Bye Bye Vietnam !!!

Au lieu de Good Morning Vietnam : voici le bye bye Vietnam !!!

Trois semaines passées dans ce pays et des avis très contrastés…

Nous avons adoré la baie d’Halong sur le bateau, beaucoup aimé le trek à Sapa même dans le brouillard, apprécié nos quelques jours de répit à Mui Ne.

Par contre, nous avons moins apprécié le trafic à Hanoï, la pollution, les bruits de klaxon incessants, la méfiance incessante pour éviter toute arnaque.

Outre les arnaques de taxis, d’hôtels, de restaurants, de tour operators, il y a les gens qui vous abordent dans la rue, qui vous demandent d’où vous venez et qui commencent à expliquer qu’ils sont étudiants et veulent parler un peu français avec vous en vous emmenant visiter la ville !!! On leur a répondu : “OK, on connait le coup de l’étudiant, c’est pas la peine !” et là, comme par hasard, ils repartent comme ils sont venus sans un “Au revoir !”…

C’est franchement le premier pays où je sens que nous avons du être constamment sur nos gardes…

Voici ce dont je vais me rappeler :

  • les chargements sur les scooters : poissons rouges dans des sacs, cochon vivant, famille de 4 voir 5 avec les enfants endormis sur le dos des parents qui roulent…
  • la circulation : traverser une rue à Hanoï reste une expérience inoubliable
  • le sourire des H’mongs, Tao et autres communautés de Sapa mais aussi des habitants du Mékong
  • le calme sur le bateau qui nous a fait découvrir la baie d’Halong
  • le petit-déjeuner au bord du lac d’Hanoï après la nuit dans le train
  • les bateaux “coques de noix” rondes des pêcheurs de Mui Ne
  • la cuisine : très équilibrée et pleine de saveurs….

mais aussi :

  • la pollution et les vietnamiens sur les scooters qui portent tous des masques, même les enfants
  • le bruit des klaxons : en fait, les Vietnamiens ne regardent jamais dans leur rétroviseur alors quand ils arrivent derrière un véhicule, ils le klaxonnent pour se manifester. Cette tendance a même dévié car nous avons vu souvent des scooters avancer en klaxonnant alors qu’il n’y a personne devant eux : par habitude surement…
  • leur agressivité quand on refuse leurs embrouilles
  • les vietnamiens qui vous poussent dans les rues comme des chinois (pour moi, c’est comme l’antipode des japonais)
  • la circulation sur 3 voir 4 voies alors qu’il n’y en a que 2 : c’est effrayant de les voir conduire
  • les trottoirs remplis de scooters garés où on ne peut plus passer…

Nous déplorons quelques pertes…

  • mon parapluie japonais à 24 baleines, bêtement laissé sur un chariot dans l’aéroport d’Hanoï
  • le polaire de Laurent perdu lors de notre excursion sur la baie d’Halong
  • une bride de mon sac à dos arraché par un scooter à Hanoi
  • une chaussette de Vincent brûlée dans le feu lors du séchage chez l’habitant près de Sapa…

Comme vous pouvez le voir, rien de bien grave…

Le communisme ici est omniprésent par les affiches de propagande un peu partout mais pas du tout invasif.

Ici les vietnamiens peuvent avoir 2 enfants en ville mais pas plus ; sinon, coupe franche de salaire… Apparemment c’est très contrôlé, presque chaque mois. Par contre à la campagne, ils ont jusqu’à 10 enfants car les enfants représentent la chance. Il y a aussi des histoires de mariages forcés ou même d’enlèvements de jeunes filles dans le Nord pour aller les marier en Chine (c’est arrivé à la guide de nos amis Maxime et Laureline).

Comme je vous le disais, ce pays est riche en contraste.

A l’heure où j’écris ce mail, cela fait 10 jours que nous avons quitté Sapa et les températures ont sacrément descendu là-bas, il fait moins de 8°C et une trentaine de buffles sont morts de froid. De notre coté, il fait plus de 30°C avec une chaleur humide et de nombreux orages…

20101113_13112010_LL00117 20101114_14112010_LL00167 20101116_16112010_LL00033 20101117_17112010_LL00224 20101120_20112010_LL00013 20101120_20112010_LL00063 20101122_22112010_LL00080 20101128_28112010_LL00101 20101128_28112010_LL00218

Devinette vietnamienne : réponse

Je vous explique :

P1040001 C’est du riz soufllé: du pop rice (comme on dit du pop corn pour le maïs)…

Lors de notre visite dans la fabrique familiale, nous avons vu comment fabriquer de très bonnes barres de riz soufflé au sucre.

 

 

 

 

 

 

P1030994 Les grains de riz sont placés dans une grande marmite contenant du sable : la marmite est placée sur le feu. Elle est très chaude.
P1030995 Le sable est mélangé avec le riz et à peine après avoir été placé, il saute pour donner du riz soufflé.
P1030996  
P1030997 Et voilà !!!
P1030999 La marmite est alors retournée sur un tamis pour éliminer le sable, plusieurs fois.
P1040002 Il est ensuite mélangé au sucre et placé sur une table encadré par un moule et pressé par un gros rouleau à pâtisserie très lourd.
P1040004 Une fois séché, les gens coupent les barres avec une règle et un couteau et les emballent.
P1040005 Et même avec bébé à coté…

What’s for dinner in Vietnam !

Après ces quelques semaines au Vietnam, qu’est ce que nous aurons bien mangé !!!

Au petit-déjeuner les vietnamiens mangent une soupe de nouilles ou du riz mais j’avoue que nous sommes restés à notre petit-déjeuner sucré… On trouve facilement des baguettes (pain)au Vietnam, vendue dans la rue et même sur le bord des autoroutes…

En règle générale, je dirais que les repas sont bien plus équilibrés qu’en Chine : on retrouve dans tous les plats de la viande ou des œufs, des légumes (contrairement à la Chine) et des féculents (riz ou pâtes).

A Hanoï, nous avons testé les “restaurants” de rue qui vendent des Pho Bo ou Pho gà : viande de bœuf ou de poulet cuite des heures dans l’eau avec oignons, gingembre, sauce poisson, anis, cannelle… Servie enroulée dans des légumes verts (voir 1ère photo) ou dans la soupe directement, ils sont toujours accompagnés de riz ou de noodles, mais aussi de Water grass (légumes verts) revenus avec des oignons et de l’ail.

Nous avons aussi aimé confectionner nos propres rouleaux de Printemps : prendre une feuille de riz (aussi fine que du papier calque), y mettre des nouilles, des légumes coupés en julienne, de la viande cuite à l’eau ou du poisson grillé, refermer le rouleau et le tremper dans la sauce soja…

Mon expérience culinaire favorite sera celle vécue chez l’habitant avec les communautés aux alentours de Sapa. Nous avons pu participer à la cuisine autour du feu. Sur celui-ci, les femmes disposent un grand wok, le remplissent d’huile d’arachide et y font cuire des pommes de terre frites pour les touristes en apéritif. Puis la même huile est utilisée pour faire frire les rouleaux de printemps fraîchement roulés.

Ensuite, elles récupèrent l’huile pour l’utiliser progressivement dans tous les plats cuisinés par la suite :

  • un peu d’huile, d’oignons, échalotes et ail et une bassine pleine de haricots verts fraichement équeutés (pré-cuits dans la casserole ou non) : on mélange et on ajoute du sel, du sel et encore du sel…
  • un peu d’huile, d’oignons, échalotes et ail et une bassine de Water grass : la bassine parait énorme mais les légumes réduisent très très vite, et on ajoute du sel, du sel et encore du sel…
  • même recette pour faire revenir des champignons cueillis dans la forêt en Juillet, puis séchés et tout juste reconstitués dans l’eau
  • un peu d’huile et d’oignons et hop, on fait revenir des lamelles de porc fraichement coupées. Puis on rajoute les haricots verts et les champignons juste préparés.

Nous aurons aussi le plaisir de déguster leur porc séché et fumé au dessus du feu. Le nôtre n’aura que quelques jours mais ils peuvent garder des morceaux de porc pendant des mois, pendus toute la journée au dessus de l’âtre. Pour nous, ils en ont décroché un morceau, l’ont lavé à grande eau, puis embroché et mis sur le feu et encore lavé et encore cuit… Les morceaux sont franchement gras et ressemblent à notre poitrine fumé.

Coté viande, ils mangent du poulet, du porc, du bœuf mais aussi du serpent, du chien, de la grenouille mais aussi du poisson (poisson-chat, de l’anguille…), des fruits de mer (crevettes, langoustes, crabes, noix de St Jacques). Sur tous les marchés et régulièrement, on trouve du tofu qu’ils aiment frire ou servir cuit à l’eau.

Tout est servi avec du riz cuit dans une casserole sur le coté.

Ils utilisent toutes sortes de légumes : des aubergines, des tomates, des épinards, des salades, des citrouilles, des poivrons, des oignons….

Mais nous avons aussi découverts de nombreux fruits inconnus pour nous. Mis à part, les pommes, bananes, ananas, oranges et clémentines que l’on trouve partout dans les rues, nous avons aussi goûté :

  • la pomme rose (Mân), fruit rouge à la peau fine, ayant un goût entre la pomme et la poire
  • le fruit du Dragon (Trai Tang Long)
  • Le ramboutan (Chôm Chôm) ou litchi à poils longs
  • un fruit ressemblant à une châtaigne avec une peau marron, difficile à décortiquer et contenant un fruit blanc assez juteux sans trop de goût…
  • les petits litchi à peau lisse…

Ils mettent volontiers de l’ananas, de l’ail et des cacahuètes dans tous les plats…

Notre dernière expérience dans le sud sera le Canh Chua : du poisson chat dans une casserole d’eau avec diverses légumes et fruits : fleurs de citrouille, cactus, rhubarbe, épinards, ananas… Un bain de différentes saveurs le tout couvert d’herbes vertes.

Laurent aura aussi testé le menu au serpent avec des rouleaux de Printemps au serpent, et même un curry au serpent. La viande a une texture un peu plus ferme que du poulet et n’a pas vraiment de goût.

Dans le Sud, nous avons aussi vu de nombreuses échoppes au bord de la route qui vendent du Ca Phê : comprendre Café. Les échoppes ont toutes des hamacs pour que les routiers puissent se reposer. Il parait que le café vietnamien (robusta) est fameux … Mais ils ont une spécialité : le wizmo café. Accrochez vous ! Le café est torréfié et placé sur le sol : là il est mangé par des genres de fouines qui vont les digérer et on va ensuite récupérer les fèves de café dans les selles des animaux : Hummm… Il parait que ça a un goût excellent particulier : Nous, on n’a pas testé…

I y aurait encore pas mal de choses à dire mais vous les avez déjà lu dans nos précédents articles : le chien au marché, les carcasses sur le trottoir, les criquets, les petits pancakes préparés au safran au cours de cuisine à Mui Ne, appelé Banh Xeo… Est ce que tout ça ne vous donne pas l’eau à la bouche ???

20101112_LL_1 20101112_LL_1-3 20101112_LL_1-4 20101112_LL_1-5 20101117_LL_1 20101117_LL_1-2 20101119_LL_1-6 20101127_LL_1 20101127_LL_1-3

Mekong Delta Jour 2….

Après une nuit collée serrée contre mon homme, nous repartons ce matin à la découverte du delta du Mékong en bateau : plus petit bateau que la veille avec un bruit de moteur très… sonore. Nous allons voir un nouveau marché flottant… Ce seront finalement les mêmes bateaux que la veille qui vendent leurs produits à d’autres détaillants qui vont les revendre sur des plus petits marchés.

Nous observons les différentes barques : ils “affichent” sur un mat les légumes qu’ils vendent en les exposant en hauteur, comme un drapeau. Qui les citrouilles, qui les ananas, qui de quoi faire une bonne soupe de légumes…

Nous allons monter sur un des bateaux ayant des kilos d’ananas dans la cale. Sur le toit, à coté de la cahutte (maison familiale de 4 m² dont je parlais hier), nous avons dégusté des ananas fraichement épluchés pour nous.

Puis, nous allons naviguer dans différents canaux, faire des coucous aux locaux décidément très souriants (c’est un plaisir) et aller voir un autre marché flottant plus petit mais pratiquement  identique.

En chemin, nous nous arrêtons chez un vieux monsieur de 75 ans : il fait du vin de serpent… Il va nous en faire déguster une petite goutte : décidément, c’est fort et ça n’a pas tellement de goût à part un goût d’hôpital. Il parait que c’est fait avec le poison du serpent qui, si il vous mord, vous tue en 15 secondes. Moi, je suis assise dans un coin à regarder le mur (comme si j’étais au piquet) pour ne pas regarder les bêtes dont j’ai une peur bleue et même une phobie… Le vieux monsieur nous fait visiter son jardin dont il est très fier avec des bonsaïs fleuris qui sentent le jasmin, des bananes, des agrumes mais aussi les deux tombes de ses parents (afin qu’ils restent très proches de lui ou lui très proche d’eux). D’après les dates sur les tombes, les parents ont vécu plus de 95 ans tous les deux .. comme quoi, le vin de serpent, ça conserve !!

Près une bonne heure de bateau (les oreilles en vrac), puis une bonne heure de voiture, nous nous arrêtons au bord d’une route près de Chau Doc. Surprise! Hoan, notre guide, nous dit qu’il faut faire la suite du chemin en scooter. Aie… Ca c’est pas cool… Vous n’avez pas vu comment ils roulent… C’est hyper dangereux !!! Nous aurons des casques mais pas les enfants…Nous allons en fait rester 300 mètres sur la route (je garderai les yeux fermés au moment de la traverser) puis nous allons longer les rizières sur un chemin étroit sans voiture, à trois sur un scooter.

Tout ça pour arriver à un sanctuaire d’oiseaux. Quand on vous dis sanctuaire d’oiseaux, vous pensez à un joli jardin ou de jolis arbres avec plusieurs variétés d’oiseaux. Nous arrivons en fait dans un petit coin de forêt tropicale blindé de fientes et dont l’odeur nous fait hésiter à avancer. Hoan nous invite à prendre un escalier en colimaçon pour monter sur une terrasse et observer les oiseaux. Ce sont des centaines d’espèces de hérons qui sont en train de préparer leur nid. Nous sommes très près pour les observer, c’est assez intéressant de voir le mâle apporter des brindilles alors que la femelle arrange le nid.

Mes pensées, mal placées me rappellent les cas de grippe aviaire du Cambodge transmis par les fientes d’oiseaux…

Retour en scooter, Vincent y prend goût… Puis nous nous arrêtons pour le déjeuner dans un restaurant de rue sous un garage (heureusement, car c’est le parfait moment où l’orage éclate). Nous avons déjeuné du poisson chat bouilli, dans une soupe accompagné de cactus, rhubarbe, fleur de citrouille et ananas : excellent mélange de saveurs… Le saviez vous ??? Le delta du Mékong est aussi connu pour ses exportations de poisson chat séché partout dans le monde…

Nous repartons pour la montagne Sam qui nous offre une belle vue sur la frontière Vietnam-Cambodge : Vietnam à droite et les vastes plaines du Cambodge à gauche… Bon, le temps n’est pas très clair, on devine les plaines mais les photos ne seront pas top…

Arrivés à l’hôtel, nous constatons avec plaisir que nous avons une chambre pour 4 personnes ce soir… Comme quoi, ça sert de montrer son mécontentement.

20101129_LL_1 20101129_LL_1-2 20101129_LL_1-3 20101129_LL_1-4 20101129_LL_1-5 20101129_LL_1-6 20101129_LL_1-7 20101129_LL_1-8 20101129_LL_1-9 20101129_LL_1-10

Delta du Mékong

Après le delta d’Okavango, nous traversons aujourd’hui le delta du Mékong : pas vraiment la même chose…

Nous quittons ce matin Saigon pour aller vers le Sud à Cai Be. Après 2 heures de route, nous montons sur un bateau en bois pour aller naviguer dans le delta. Nous croiserons un marché flottant : pas du tout comme nous l’imaginions : ce sont, en fait des bateaux qui vendent des tonnes de pastèques ou des tonnes de citrouilles ou des tonnes de betterave et qui sont ancrés sur un bras du delta en attendant les clients. C’est en fait un marché de gros.

Les bateaux sont remplis à bloc de marchandises. Ils ont une petite cahute sur le haut qui constitue l’habitation de la famille. Nous y voyons des hommes couchés dans les hamacs, des femmes mettre le linge à sécher, les petits enfants attendent que ça se passe. La cahutte doit faire 4 m², pas plus… Les gens que nous croisons sont tous très souriants : ça fait plaisir… Les enfants nous envoient des coucous et les parents répondent par un grand sourire à nos saluts…

Nous allons ensuite naviguer sur des barques pilotées par des femmes vietnamiennes dans les canaux du delta : affublés de chapeaux vietnamiens, nous apprécions la promenade qui nous rappelle le marais poitevin : mais bon, ce n’est pas du tout la même végétation. La région est très fertile, les arbres ici sont énormes et plein de fruits : mangues, goyaves, litchis…C’est très calme et ça nous change des bateaux à moteur des bras du delta.

Un peu plus loin, Hoan, notre guide nous emmène dans une fabrique familiale qui produit des feuilles de riz, des bonbons à la banane ou à la noix de coco… C’est très intéressant de voir comme tout cela est fait artisanalement. Nous dégustons une tasse de thé au jasmin et dégustons de bien bons bonbons. Nous gouterons également la feuille de riz fraiche, la feuille de riz grillée au sésame ainsi que du gingembre et de la noix de coco confites. Les enfants aiment tout et nous repartons avec quelques petits sacs de gourmandises sous le bras.

Au déjeuner, nous nous sommes arrêtés sur des maisons à pilotis dans lesquelles ils proposent des Homestays pour la nuit. Nous mangeons des rouleaux de Printemps au poisson (appelé elephant ear) que nous roulons nous même, installés au dessus de nénuphars : les nénuphars bougent sous nos pieds et ça donne une drôle d’impression quand on les regarde : un peu la tête qui tourne…

Nouvelle balade sur le delta en bateau tout en buvant de l’eau de noix de coco. Les enfants jouent sur le bateau et nous regardons le paysage. Nous accostons enfin à VinhLong, ville où les habitants font des briques rouges et sont connus pour leurs bonsaïs…

Notre chauffeur nous emmène alors à CanTho pour la nuit… Notre hôtel est très bien mais nous constatons avec déception que notre chambre compte seulement 3 couchages : notre tour operator (qui pourtant a une excellente réputation) a fait des économies sur notre dos : nous avons payé un voyage pour 4 mais nous obtenons une chambre pour 3 : encore une arnaque à la Vietnamienne….

Demain, nous verrons d’autres marchés flottants, surement différents…

Nos impressions : que le fleuve Mékong est large est grand ! Il faut savoir qu’il nait au Tibet puis traverse plusieurs pays pour arriver au Cambodge et au Vietnam. Les sud-vietnamiens l’utilise pour l’agriculture, la pêche, le transport… Ils ont creusé à la main de nombreux canaux pour l’irrigation et le transport afin de pouvoir aller partout en bateau. 

20101128_LL_1 20101128_LL_1-2 20101128_LL_1-3 20101128_LL_1-4 20101128_LL_1-5 20101128_LL_1-6 20101128_LL_1-7 20101128_LL_1-8

Journée de transfert : Mui Ne – Ho Chi Minh Ville

Bye Bye Mui Ne !!! Ce qu’on était bien ici ! Dernier petit-déjeuner gargantuesque… derniers jeux sur la plage et dans la piscine. A 13 h 30, nous prenons le bus pour Saïgon (maintenant appelée Ho Chi Minh ville). Le bus, c’est quand même 4 fois moins cher que le taxi pour le même temps de trajet et en plus, c’est plus confortable !

Laurent est vert… Après des derniers jours sans vent, aujourd’hui il y a du vent et nous devons partir… un peu dégouté, il regarde les kiteurs sur l’eau envoyer de beaux forward loop…

Nous prenons donc le bus : un bus couchette en plein milieu d’après midi (même si nous avions demandé assis). C’est une première pour nous et surement pas la dernière…

On est plutôt bien installés, sauf qu’au bout de 5 heures, être assis dans des couchettes, ça fatigue un peu. Je suis, pour ma part, installée sur une couchette au milieu du couloir sans autre couchette devant moi et sans ceinture de sécurité : si le bus freine fort, c’est le vol plané garanti…

Les enfants sont super sages… Je leur fais un peu d’école, ils dessinent et lisent puis jouent à la DS… Ah cette DS, elle a bien des avantages parfois…

Nous arrivons à Saigon vers 19 heures. On descend du bus un peu hagards. On ne sait pas trop où on est…  Finalement, on ne se pose pas trop de questions : on hèle un taxi pour nous conduire à l’hôtel. Le chauffeur nous regarde bizarrement, il nous demande deux dollars, on ne sait pas trop pourquoi… Laurent insiste pour utiliser le compteur et nous sommes partis. Le chauffeur traverse la rue et nous arrête 100 mètres plus loin ; nous sommes arrivés… C’te blague… Nous étions juste à coté de l’hôtel sans le savoir… La course nous aura couté 25 centimes d’euros… Trop fort !!!

Notre hôtel est sympa, très bien placé et nous avons 2 chambres communicantes ce qui est quand même plus confortable que de partager tous la même grande chambre. Nous y resterons 2 nuits avant de rejoindre Phnom Penh par bateau en remontant le delta du Mekong.

Nos premières impressions de HCMV : la ville a l’air bien plus moderne que Hanoï, on y croise pas mal de restaurants “design” qui ont l’air assez sympa … par contre, au niveau de l’ambiance, c’est la même chose, des milliers de scooters qui klaxonnent sans cesse.

P1030044   P1030058 P1030063  20101127_LL_1 20101127_LL_1-2 20101127_LL_1-3

Full stream – Sand dunes and fishing market

A Mui Ne, il n’y a pas que la belle plage à voir mais bien d’autres choses.

Nous partons pour une excursion durant l’après-midi, en Jeep… Les enfants sont tout contents, ils se revoient dans la voiture de Cell au Botswana.

Après quelques kilomètres, nous arrivons au Full Stream.

C’est, en fait, une promenade dans le lit de la rivière fort basse à cette saison, longeant des collines de terre rouge et arrivant à une cascade.

Nous quittons nos tongs et partons pour la promenade les pieds nus… C’est marrant car mon Papa m’a parlé de cette promenade qu’il a faite avec Christine une année plus tôt… Nous marchons sur leurs traces (ou presque)… C’est marrant de marcher les pieds nus dans l’eau sur la terre rouge… Les couleurs sont très belles : joli contraste entre le rouge de la terre et le vert des cocotiers.

Bon, au bout de quelques centaines de mètres, Vincent se plaint tous les 5 mètres de se faire mal aux pieds car il marche sur des feuilles… Aïe, c’est le début des jérémiades…

Nous apprécions cependant la promenade et arrivons aux fameuses chutes… Laurent ira y faire un peu d’escalade.

Pour le retour, nous passons par les hauts des collines pour longer les maisons des locaux avec leurs jardins potagers, manguiers, bananiers, papayers, citronniers… mais aussi, leurs vaches, canards, poules et chiens…

Avec la Jeep, nous nous rendons au fishing market : le marché des pêcheurs… Il faut savoir que celui-ci est actif au petit matin essentiellement de 5 heures à 7 heures… Trop tôt pour nous, mais nous verrons, les femmes faire sécher sur le front de mer, les petites crevettes avant de les vendre pour mettre dans la salade. Nous verrons aussi des pêcheurs à pieds ramener leurs filets de pêche et leur maigre prise…

Les bateaux au large sont très beaux : jaune et bleu et sur le bord de l’eau attendent les fameux bateaux ronds recueillant les filets de pêche.

Le sol est jonché de coquillages, essentiellement des noix de St Jacques, Bernard l’Hermite, crabes, anguilles, crevettes… Erine en ramasser quelques uns.

Puis, nous reprenons la Jeep pour aller aux dunes de sable rouge. De jeunes enfants nous sautent dessus à la sortie du véhicule pour nous louer des plaques de plastique munies de sangles servant de luges dans les dunes…

Et oui, nous allons glisser sur les dunes !!! Bon, glisser c’est un bien grand mot… En fait, les premiers essais sont peu fructueux. Nous aurons besoin des bons conseils d’un enfant local : expert en la matière, qui va nous apprendre comment faire. Erine et Vincent nous feront quelques belles glissades entre deux chouineries du genre “j’ai du sable dans les yeux !!!”

Malheureusement, le ciel est fort nuageux et voilé et le coucher de soleil sera caché… Ca nous rappelle franchement notre virée dans le désert lors de nos vacances avec les copains à Oman l’année passée…  Même couleur de sable, même douceur sur les pieds et même coucher de soleil caché…

Bel après-midi, hormis certaines interventions de nos loulous parfois prises de tête ; nous dégustons avec plaisir un nouveau cocktail accompagné de brochettes dans notre restaurant préféré… Nos voisins de ce soir s’avèrent être les mêmes que la veille : comme nous, ils ont aimé l’endroit et sont de retour, ce soir, au même emplacement…

       20101124_LL_1 20101124_LL_1-2 20101124_LL_1-3 20101124_LL_1-4 20101124_LL_1-5 20101124_LL_1-6 20101124_LL_1-7 20101124_LL_1-8

Mui Ne – Jour 2 : Cuisine et kite

Ce matin, je prends un cours de cuisine vietnamienne.

Mon groupe de 6 personnes part tout d’abord au marché local. Attention, ça ne rigole pas : ici les marchands vont sur le marché à 1 h 30 du matin et le marché se termine à 11 heures : en effet, les vietnamiens enchainent après le marché leur deuxième journée de travail dans les hôtels au bord de la plage (par exemple)… Respect !!! C’est peut-être pour ça qu’ils ne sont pas très souriants…

Nous découvrons les étals de viande, de légumes, de fruits et dégustons des petits pancakes vietnamiens cuisinés devant nous et autres galettes de riz (comme celles dégustées avec les H’Mongs).

De retour au cours de cuisine, c’est notre tour de cuisiner… Tout d’abord une soupe de viande de bœuf pleines d’aromates que nous allons déguster avec plaisir, puis nous apprenons à faire une rose avec la peau d’une tomate (Erine sera très impressionnée par ma performance avant de mettre la belle rose directement dans sa bouche !). Art éphémère

Nous allons aussi préparer nos propres petits pancakes vietnamiens aux crevettes avec une douce sauce d’ananas… Mélanger de l’ananas avec de l’ail, ça ne me serait pas forcément venu à l’idée mais c’est très bon…

Après la préparation d’une salade avec des carottes, concombres, mangue verte, oignons et cacahuètes, nous nous essaierons à la réalisation de rouleaux de Printemps : ma foi, pas mal réussis… Le tout, c’est de connaître la bonne technique….

Pas besoin de vous dire que je m’en suis mis plein la panse toute la matinée, alors que les enfants étaient studieux avec Papa…

Cet après-midi, le vent se lève et je vois le sourire apparaître sur le visage de mon homme…

Un moment magique qui va marquer ce tour du monde, je crois : je vous décris le tableau :

Nous sommes installés, les enfants et moi sur une table du restaurant de l’hôtel qui donne sur la mer. Vincent fait du Français et Erine des Mathématiques. La mer est à 10 mètres devant nous et de là, on voit Laurent sur son kite qui fait des bords et des sauts : MAGIQUE, je vous dis…

Par le biais de Skype, je vais même pouvoir partager ce moment avec mon papa et aussi ma maman et son mari Claudy…

Le vent tombera très rapidement après deux heures de kite… mais Laurent est satisfait.

Notre soirée sera aussi une parfaite réussite : nous allons dans le restaurant juste devant notre hôtel : un barbecue de fruits de mer accompagné d’un cocktail : Excellent…

Décidément c’est une excellente journée pour nous tous !!!

 

P1020835 P1020841  P1020873 P1020890 P1020891  20101123_LL_1 20101123_LL_1-2 20101123_LL_1-3

Première journée à Mui Ne

Quel bonheur !!! Finis les bruits de la circulation, nous sommes dans un petit paradis : un petit hôtel au bord de la plage… Le restaurant donne directement sur la plage d’où partent les kite surfs..

Bon, seul problème, il n’y a pas de vent… Mais bon, on est bien ici. C’est très reposant après la frénésie de la vie à Hanoï.

La saison des pluie tarde à se terminer en Asie, résultat les conditions climatiques sont un peu chamboulées…Alors qu’il devrait y avoir du vent ici depuis le début du mois, ils ont eu 3 jours de vent en 3 semaines et de la pluie la semaine dernière… De plus, les méduses sont sensées disparaître à cette époque, mais là, elles sont toujours là.

Bon, on espère voir le vent arriver demain…

En attendant, on profite :

  • du soleil
  • de la piscine
  • de la mer
  • du restaurant
  • de la connexion internet
  • du coucher de soleil
  • et tout simplement de se poser sans partir en excursion : chose très importante pour les enfants.

Nous avons pu nous mettre à jour sur quelques organisations nécessitant Internet, faire l’école dans de bonnes conditions, jouer dans la piscine et se détendre…

Les enfants ont même regardé des Tom et Jerry à la télévision… Top du top !!!

Balade sur la plage au coucher du soleil où nous avons vu passer, sur l’eau des embarcations rondes de pêcheurs pêchant au filet… Ils pagaient dans le courant comme des malades et on se demande comment ils font pour avancer.

Bref, pas grand chose à raconter pour aujourd’hui, sauf une chose importante pour tout voyageur : pour le bon déroulement de la suite du voyage, il est important de savoir ménager, non pas sa monture mais ses compagnons de voyage… Et voilà, nous sommes justement dans cette phase de pause…

20101122_LL_1 20101122_LL_1-2 20101122_LL_1-3 20101122_LL_1-4 20101122_LL_1-5 20101122_LL_1-6