Catégories

Le mercredi 8 janvier 2014

Et ce qui leur a plu le plus…

Voici quelques questions – réponses que nous avons posées aux enfants sur ce voyage :

– qu’est ce qui vous a le plus marqué ?

  • Erine (11 ans) : Antelope Canyon
  • Vincent (9 ans) : Antelope Canyoon
  • Paul (14 ans) : Las Vegas
  • Anaïs ‘(16 ans) : la taille et la diversité des boissons

– les 3 meilleurs sites ?

  • Erine : Monument valley, Lake Powel, Antelope Canyon
  • Vincent : Antelope canyon, Lake Powel et Horse shoe
  • Paul : Antelpe Canyon, Horse shoe et Bryce canyon
  • Anaïs : Antelope Canyon, Las Vegas, Horse shoe

– Les 3 meilleures expériences

  • Erine : Fête dans le bar de cowboys – Helico – limousine
  • Vincent : Bouées, limousine et Cheval
  • Paul : Bateau, hélicoptère et cheval
  • Anaïs : Bateau-bouée, hélico et cheval

– la plus grande déception

  • Erine : la nourriture
  • Vincent : le temps passe trop vite
  • Paul : la forêt pétrifiée
  • Anaïs : ne pas avoir vu de serpent à sonnettes

– Anecdote drôle retenue par chacun

  • Anaïs :  Anaïs sur la cuvette des WC – les bouées et fort Boyard
  • Vincent : pistache et Anaïs et les coeurs sur les photos
  • Paul : les espadrilles et le boulet
  • Erine : quand Anaïs et moi on se poussait et on disait “c’est toi qui tombe la première” sur la bouée.

 

Que de bons souvenirs !!!

Le jeudi 8 août 2013

Retour Las Vegas–Londres-Aix en Provence

Comme des fleurs, nous arrivons chez El Monte à Las Vegas pour rendre le camping car. Les enfants gardent les valises, je fais un dernier tour dans le van alors que Laurent va voir le bureau pour les papiers.

Et là, Surprise ! La dame nous dit : “Mais les Lellu, vous deviez revenir hier !!!” Hahaha c’te blague… Laurent sort les papiers et réalise avec stupeur qu’elle avait raison… Alors ça c’est trop bête ! Car nous sommes rentrés tranquillou vers Las Vegas, alors que nous aurions pu rentrer la veille… Grrr…

Nous avions briefé les enfants sur les pénalités de retard : 50 USD par heure de retard pour leur faire comprendre que le matin au réveil, il allait falloir se bouger un peu… Du coup, Paul commence à faire les calculs…. 24 heures de retard, aie aie aie, ça va faire mal !

La dame du bureau revient de sa photocopieuse, s’installe sur sa chaise, nous regarde sérieusement et nous dit : “let’s talk about money !” Nous attendons le verdict, inquiets. Finalement, elle a lu notre dossier, nos mails de mécontentement face au RV que nous avons eu alors que nous avions payé une option pour un modèle plus récent. Elle est allée voir son chef qui a décidé de nous faire cadeau de la journée supplémentaire.

Bah tiens, c’est pas royal ça ?

Laurent venait juste de remplir le questionnaire de satisfaction négativement… Du coup, la dame lui en a glissé un autre pour le refaire… hihihi… Tout est bien qui finit bien !

Nous repartons soulagés et rassurés une fois que j’ai vérifié les dates de notre réservation de ce soir… Car il se serait bien pu que nous nous soyons trompés de dates pour tout le reste du séjour… Mais non, tout va bien…

Alors où allons-nous dormir ce soir ?

Les paris sont lancés : Paul et Anaïs votent pour le Caesar palace, Vincent pour le MGM et Erine pour le Bellagio… Et la gagnante est :…………. Erine !!!

Dernière nuit à Vegas au Bellagio avec vue sur les fontaines ! Le lobby est grandiose, superbe avec un plafond en relief décoré de verre de Baccarat… C’est beau mais aussi kitchissime…

Nos chambres sont aussi assez kitch, c’est très beau voire luxueux mais aussi très ancien… Etonnamment, vu le prix des chambres, nous n’avons même pas de bouilloire ou de café dans les chambres, pas de bouteille d’eau gratuite… Nous apprécions la douche, la grande salle de bain, la vue sur les jets d’eau et les lits très confortables après 2 semaines de camping-car.

L’après-midi sera dédié à un nouveau tour dans les boutiques pour l’achat de souvenirs par les enfants : chacun gère son budget.

Un gros orage s’abat sur Las Vegas : les rues sont gorgées d’eau. La pluie tombe fort en peu de temps et rien n’a le temps de s’écouler. C’est assez insolite de voir passer les limo avec de l’eau à mi-roue. Demain, à cette heure-là nous serons dans l’avion : je suis ravie que l’orage éclate aujourd’hui et pas demain.

Le soir, nous testons un restau à tapas (nostalgie de Barcelone ? qui sait ?) et ressortons avec une addition de 150 USD et deux adolescents encore affamés ! Petit passage par la pizzeria pour calmer leur faim et retour à l’hôtel. Les enfants profitent des jets d’eau et nous allons, nous, boire un dernier verre en amoureux dans le casino. Finalement, le bruit et l’activité du casino sont vite saoulants et nous regagnons assez tôt notre chambre si confortable.     

Dernier jour : après avoir déposé nos valises au lugage room, nous partons pour la piscine et finalement nous resterons à la piscine toute la journée. Il fait extrêmement chaud et c’est là que nous sommes le mieux. On se pose sur un transat et 5 minutes plus tard, on se remet dans l’eau : ceci toute la journée ! Les enfants sont, eux ravis… C’est ce qui importe…

Et voilà l’heure du départ : Valérie de Presidential limo vient nous chercher en limousine pour nous déposer à l’aéroport. Nous sommes samedi : l’aéroport est vide, vide, vide… Nous avons 2 heures à tuer qui s’avèrent être bien longues vu que nous faisons vite le tour des magasins à voir (pas grand chose).

L’agréable surprise vient en montant dans l’avion où nous sommes placés dans un compartiment particulier avec des sièges plus larges, plus de places pour les jambes, des sièges qui se basculent plus avec des repose-pieds, presque des lits… YOUPI !!!

Cette catégorie est un entre-deux entre l’économique et la business. TOP ! Nous sommes très peu nombreux en plus ce qui nous permet de nous installer à l’aise près des hublots pour le décollage…

Aïe, à la même heure que la veille, l’orage gronde… L’avion devant nous décolle dans les éclairs mais, nous, nous restons au sol le temps que l’orage passe… Perso, je préfère ça ! Nous aurons finalement 1h30 de retard et vu que nous n’avons que deux heures de transfert à Londres: ça va être chaud. Le personnel de British Airways me renseigne gentiment en me disant que nous pourrons peut être y arriver. Le vol se passe parfaitement bien, nous avons bien dormi.

Arrivés à Heathrow, nous quittons l’avion en premier grâce à nos amis stewards et piquons un sprint dans les couloirs de l’aéroport pour changer de terminal le plus vite possible. Ca fait rire tout le monde mais nos jambes endormies par le voyage ont un peu de mal à suivre. Heureusement, nous passons la sécurité en un rien de temps car sans file d’attente et arrivons just on time à l’embarquement pour Marseille… Les valises, elles, ne suivront pas et nous seront livrées le lendemain à la maison. Le hic, c’est qu’Anaïs est partie entre temps pour Genève sans sa valise… Heureusement, je la retrouve dans deux semaines chez ses grands-parents pour lui rendre sa valise, ses cadeaux, ses souvenirs et son linge…

20130719_133600_IMG_735420130719_135204_IMG_735620130719_145148_IMG_736420130719_200156_IMG_004920130720_124727_IMG_739220130720_173303_IMG_740720130720_173630_IMG_7413

Le mercredi 7 août 2013

Ca sent le retour… Zion-St George-Mesquite

Après cette journée nautique sur le lac, ça sent franchement le retour… Et oui, nous reprenons la route vers Las Vegas, fin de notre périple…

Ce matin, les enfants comptent leurs plaies ou plutôt les bobos liés au frottement sur la bouée mais qu’est-ce-qu’ils se sont bien amusés ! Personne ne se plaint mais ils comparent plutôt l’étendue des “dégâts”.

Tranquillement, nous reprenons la route en direction de Kanab, petite bourgade où nous prendrons notre pique-nique. Notre objectif est de regagner Las Vegas en deux jours : nous sommes Mercredi et nous devons rendre le camping-car Vendredi pour 11 h. Alors, pas d’urgence, nous repartons même en ville pour acheter quelques souvenirs.

Nous enchainons les kilomètres sur une route plate et assez monotone. Nous n’avons pas réservé d’emplacement de parking pour ces deux dernières nuits. Aussi nous décidons de repasser par Zion qui nous avait plu et qui se trouve être sur notre route. De nouveau, nous sommes émerveillés par les paysages car après 3 heures de route monotone, dès que le relief apparait, les couleurs sont chaudes et c’est de suite magnifique !

Avec plaisir nous passons la nuit au bord de la rivière à Springdale. Camping de qualité avec piscine pour les enfants, machine à laver pour nous mais de nouveau, nous sommes assez déçus de ne pas lier contact avec d’autres touristes ou des américains. La chaleur est pesante et de nombreux vacanciers sont enfermés dans leur camping-car avec la clim.

Le Jeudi, nous avons du temps alors, pourquoi ne pas se faire de nouveau une petite randonnée sur Zion. C’est reparti !!! Les jeunes enfants tirent un peu la patte, on avait dit “plus de randonnées !” et voilà que nous y sommes de nouveau ! Nous partons pour la randonnée de la piscine d’émeraude (Emerald pool trails). Elle est assez populaire et ça se voit ! On croise beaucoup, beaucoup de monde. Des inconscients en tongs et d’autres… Finalement, nous arrivons au bord d’une petite étendue d’eau qui n’a de vert que le nom. Tout le monde est déçu mais je relativise : après tous les beaux paysages que nous avons vus, il est normal que notre barre soit assez haute. Je pense que si nous avions fait cette randonnée au tout début de notre voyage, nous l’aurions trouvée très bien !  Bref !

Après un dernier pique-nique à Zion, nous repartons vers St George. Une touriste que j’ai croisée m’a dit que c’était mignon et sympa. La chaleur est accablante. Nous arrivons en ville et cherchons désespérément un centre-ville. Une américaine nous annonce que nous sommes au  “down town”. OK ! Bon, il y a 3 boutiques et 2 restau… C’est vraiment le centre-ville à l’américaine avec juste l’église… Il fait très très chaud : les boutiques sont sombres pour garder la fraicheur mais ouvertes. Il n’y a personne dans les rues. Et tout d’un coup, nous entendons des voix d’enfants : derrière l’église, un ensemble de fontaines jettent de l’eau à même le sol et les enfants jouent pieds nus dans l’eau sous les différents jets.

Avec plaisir nous nous joignons à eux : une bonne dose de rigolade rafraichissante… Venus de nulle part, nous voyons débarquer 3 personnages déguisés en hamster (genre personnages Disney) qui se mettent à danser derrière les enfants avec des caméras… Ce sont les Hamstar, apparemment les mascottes d’une marque de voitures apparaissant dans des publicités TV. Drôle de rencontre !

En repartant un peu déçus vers le camping-car nous tombons sur un petit café décoré à l’ancienne. C’est l’ancienne épicerie familiale avec tous les objets d’antan, transformée en café-glacier-marchand de bonbons comme quand on était petits !

Nous y passons un bon moment fort sympathique à déguster des glaces ENORMES et à faire découvrir aux enfants les bonbons d’antan…

Nous reprenons la route et nous arrêtons à Mesquite pour la nuit, dans un tout nouveau camping quasi vide : là encore nous avons l’impression d’être sur un parking. d’hypermarché. Un petit tour dans un supermarché voisin nous permettra de discuter avec un américain  tenant une boutique de sport. Il prend plaisir de discuter avec nous de note voyage, de notre famille… C’est agréable d’échanger un peu. Il nous court même après dans le magasin suivant pour nous laisser sa carte avec ses coordonnées personnelles. Charmant !

Et nous voici à la dernière nuit dans le camping car, les valises sont prêtes : tout est prêt pour nous permettre d’être à l’heure demain pour rendre le RV !    

20130717_165624_IMG_721020130718_092713_IMG_722520130718_093422_IMG_723720130718_100204_IMG_725720130718_100809_IMG_726220130718_135029_IMG_727120130718_140836_IMG_727720130718_141225_IMG_728120130718_142122_IMG_729320130718_145559_IMG_733120130718_145849_IMG_7335

Le dimanche 21 juillet 2013

Bateau sur le lac Powell

Cette journée était tant attendue ! Je suis très inquiète quand j’entends la pluie sur le toit de notre camping car à 5 h 30 du mat. Nous nous levons à 6h45, les nuages noirs sont là ! Aïe… Préparation rapide et départ à pied vers la marina équipés de notre super glacière à roulettes. Trop la classe !!! Mais elle est bien utile cette glacière avec les 42°C en plein milieu de journée.

Nous arrivons au Boat rental à 7h55 et il n’y a que 3 personnes devant nous. Ouf ! Ca va quand même prendre un temps fou ! On nous fait remplir mille papiers pour la caution, la location du bateau, la location d’une bouée à tirer à l’arrière… Finalement la note est sévère car on nous demande 500 USD en plus de caution. Les enfants attendent patiemment à l’extérieur et en quittant les bureaux, il y a bien 8 personnes qui attendent leur tour.

Mais ce n’est pas fini, nous devons de nouveau faire la queue pour nous voir confier un bateau. Heureusement, nous sommes chanceux et arrivons au bon moment car 10 minutes plus tard c’est 6 personnes qui attendent. On nous briefe sur la conduite du bateau, la radio, les bouées vertes et rouges etc… On nous donne des gilets de sauvetage, la grosse bouée à tracter et c’est enfin parti ! Il est 9 h 30 !

Le moteur fait un bruit assourdissant mais la balade à bateau est bien agréable. Nous partons vers Antelope Canyon par le lac. Il nous faudra bien 30 minutes pour y arriver cheveux au vent. Tout le monde est ravi.

L’entrée dans le canyon est difficile à trouver : on nous a bien donné une carte mais il est difficile de se retrouver dans un lac… Les paysages sont encore une fois magnifique avec le contraste de la couleur de l’eau du lac. On se sent tout petits dans l’immensité du canyon. Nous suivons les virages à vitesse moyenne et accostons au bout du canyon sur une petite plage : pause baignade : il y a des endroits plus désagréables pour se baigner : beau paysage, quiétude, eau à bonne température : que demander de plus… Petite bataille de boue et nous repartons vers le lac.

C’est l’heure de la bouée : on jette les enfants et la bouée à l’eau. Ils sont tout excités et ont bien du mal à monter dessus mais après deux essais, ils ont vite compris le truc. Nous les tractons avec le bateau en faisant des virages et c’est vols planés et fous rires garantis : deux par deux, c’est à celui qui tiendra le plus longtemps. Quelle rigolade !

Un peu plus tard, nous prenons un autre canyon pour accoster pour le pique nique : Nouveau paysage superbe… Ce canyon est très long et n’en finit pas. Une fois accostés : ah la tête de Paul quand il voit ce que j’ai amené pour le pique-nique : il a peur de manquer. Il faut dire que les fruits que j’avais sorti hier soir pour les prendre ont été rangés par le même Paul dans le placard et sont donc restés dans le camping car. Finalement, tout le monde mangera à sa faim mais c’est sur que le bateau et la bouée, ça creuse. Le temps passe très vite et Vincent très motivé compte les heures et minutes qui nous restent pour profiter de la bouée. Ca lui plait ça !!! Fini le Vincent grognon que l’on connait !

Nous allons enchainer les tours de bouée au point que les enfants vont finir la journée avec la peau irritée aux coudes et au ventre. Mais qu’est ce qu’ils se sont amusés !

Nous en avons aussi profité en faisant de beaux vols planés Laurent comme moi. Je me suis prise de fous rires dans l’eau : difficile de m’arrêter !

Chacun va conduire un peu le bateau tout fier d’essayer.

Finalement, nous ramenons le bateau à la dernière minute ravis mais bien fatigués.

Beau BBQ pour finir cette merveilleuse journée avec des marshmallows grillés en prime…

Et finalement le temps s’est maintenu, nous avons même eu un franc soleil avec quelques coups de soleil malgré la crème solaire… Ce soir la Biafine est de sortie !

20130716_105734_IMG_712520130716_114310_IMG_715920130716_120803_IMG_717420130716_141034_IMG_718420130716_141352_IMG_719020130716_091357_IMG_701720130716_101528_IMG_702020130716_105052_IMG_709920130716_105353_IMG_7118

Le samedi 20 juillet 2013

Antelope Canyon

The place to see !!!

Pour essayer de sauver la journée de Laurent, nous partons chez Wallmart pour chercher un nouvel objectif d’appareil photo ! Mais bon… C’est Wallmart, le coin photo ne propose que peu de choix et pas d’objectifs pour le boitier de Laurent. Il se contentera d’un pied pour faire de belles photos avec son autre objectif. Nous en profitons pour faire les courses.

Nous déposons Laurent à son tour et partons entre nous faire notre propre tour : nous avons choisi le Lower Antelope Canyon alors que Laurent va visiter le upper side (plus visité, plus touristique, plus peuplé en somme).

C’est à une baraque en bambou que nous devons payer les navajos pour avoir un droit d’accès au canyon : 26 USD par personne. Un guide nous accompagne : un seul guide pour une trentaine de personnes. Je m’inquiète un peu : comment allons-nous profiter de cette visite ?

Au début de la visite, le guide donne les consignes de sécurité et nous montre une plaque commémorative de la disparition d’un groupe de touristes en 1997 qui se sont aventurés seuls dans le canyon alors que les conditions météo étaient défavorables voire dangereuses et contre l’avis des locaux. Ils sont tous morts noyés dans le canyon, sauf un. Nous regardons la plaque et constatons que la plupart étaient français ! En clair, ceux qui n’en font qu’à leur tête !

Puis le guide nous montre une faille dans le sol, dans la roche : il nous dit que c’est par là que nous allons passer pour aller dans le canyon : tout le monde rigole et pourtant ce n’est pas une blague ! Vincent nous sort : “bah là les gros américains, ils ne passent pas !” Une échelle métallique nous permet de descendre : c’est l’aventure ! C’est superbe et très surprenant : les enfants sont bluffés. Anaïs s’émerveille à chaque virage et déclare que c’est une de ses visites préférées . Finalement le groupe s’étale avec des personnes plus rapides et d’autres plus lentes. Nous arrivons à avoir nos moments d’”intimité”. Ca plait beaucoup aux enfants de naviguer ainsi le long du canyon… Chaque détour offre un éclairage et des couleurs différentes. C’est très hétérogène et absolument pas monotone.

Le guide nous explique que lorsque des orages pluvieux frappent les hauts plateaux du Colorado, l’eau arrive dans le canyon à très grande vitesse et l’inonde. Ma question : “Et à quelle saison arrivent ces inondations ?” Bah en Juillet, Août et Septembre. Ah ouais : good to know ! Il leur faut alors 3 jours pour pomper l’eau du canyon.

Nous passons différentes échelles pour changer de niveau avant la grande échelle de fin qui nous remonte à la surface au dessus du canyon ! Quelle visite ! C’était top ! Tout le monde est content et nous espérons que Laurent le sera aussi.

Après un passage à la laverie pour démarrer une machine, je passe prendre Laurent à la fin de son tour : il a l’air content et satisfait ! Il a finalement pu prendre de belles photos avec l’objectif qu’il avait : la preuve ci-après…

Nous profiterons de l’après-midi pour nous baigner dans le lac, sous la tempête de sable avec des orages frappant tout autour de nous. Nous arriverons quand même à faire notre BBQ avant la pluie… Je crains que le temps de demain soit mauvais alors que nous avons loué un bateau… On verra bien…

20130715_154335_IMG_701020100107_201410_P109034120100107_201538_P109034520100107_203233_P109037020100107_204403_P109039720100107_204941_P109040620130715_120756_IMG_682720130715_122307_IMG_687320130715_122940_IMG_688920130715_124040_IMG_6906

Le vendredi 19 juillet 2013

Page

Nous reprenons la route pour Page et le Lake Powell : on nous en a dit le plus grand bien…

Le route se passe bien et est relativement courte. En fait, à vol d’oiseau nous pourrions rejoindre le lac en 30 minutes depuis Monument valley mais il n’existe pas de route. Du coup, nous devons détourner le canyon et cela prend deux heures et demi. Nous traversons encore des villes toutes étendues et avec peu d’habitants. On ne peut pas s’empêcher de se dire mais que font les gens ici ? Ils doivent s’ennuyer à mourir…

Arrivés à Page, nous cherchons à nous organiser : prendre notre emplacement de camping près du lac… Décidément, les navajos ne sont pas très aimables en contradiction avec les américains. Au Registration office du campground, nous avons l’impression de déranger : on nous donne notre emplacement, on nous prend nos sous en nous disant qu’il y a quelques douches seulement sur le camping et payantes ! Pas d’internet non plus.  Nous nous retrouvons sur un emplacement avec la vue opposée au lac (le plus éloigné du lac). Les emplacements sont au touche touche : on pense plus à un parking qu’à un camping. Mais bon, nous avons l’électricité et une douche dans notre camping-car.

Plus tard, nous essayons de réserver un bateau pour faire un tour sur le lac : les prix sont exorbitants : 400 USD pour 4 heures + le fuel + l’huile et après avoir fait plus de 30 minutes de queue, on nous indique qu’on ne prend pas de réservations, qu’il faut venir le lendemain à la première heure pour refaire la queue… Hihihi…

Idem pour la visite d’Antelope canyon : Laurent s’inscrit à un tour spécial pour les photographes afin de faire de belles photos. Il a de la chance car tous les tours sont complets pour les 3 prochains jours. De notre coté, nous essayons de nous inscrire à un tour pour nous et on nous répond sèchement qu’il faut revenir le lendemain…

Notre première impression sur Page est très moyenne…

Afin de voir quelque chose aujourd’hui, nous décidons d’aller voir le point de vue appelé Horse Shoe View Point : il fait très très chaud aujourd’hui… Nous devons monter une dune puis redescendre sur une courte distance mais la chaleur est pesante. Finalement nous arrivons au bord du canyon : au bord du précipice ! C’est merveilleusement beau, très haut mais magnifique. Il nous parait très étonnant que les américains nous laissent nous approcher ainsi du précipice sans barrières. Sacré exercice pour le vertige. Laurent d’habitude très à l’aise stresse pas mal ici pour les enfants.

Nous prenons beaucoup de photos et profitons de la vue. Les nuages passent dans le ciel nous permettant de faire des photos différentes. Cette vue me rappelle le lac bleu d’Australie. C’est aussi impressionnant.

Le hic, c’est qu’après, il faut repartir. Remonter la dune sous le soleil…

Après une petite douche, nous partons pour le Ken’s Old Western Steak House, recommandé par notre ami Laurent. Le lieu est bien décoré, dans l’obscurité avec des rappels de western : buffet en forme de chariot de cow-boys et un groupe qui joue de la musique. La soirée s’annonce fort sympathique. Et là, c’est le drame ! Laurent bouge sa table pour la rapprocher de celle des enfants et dans l’action fait tomber son appareil photo : l’objectif est cassé ! Aïe !

C’est dur, cet accident arrive juste la veille du tour des photographes pour Antelope Canyon. L’objectif cassé est son grand angle : celui dont il a le plus besoin…

Nous sommes tous mal à l’aise pour lui et essayons de changer de sujet en passant une bonne soirée : les steaks sont délicieux et on en profite bien. Erine et Anaïs ont très envie de danser mais n’osent pas. Finalement, elles rencontrent Héloïse, une jeune française qui voudrait bien danser aussi. Je me joins à elles pour les aider à se lancer sur la piste de danse. Erine nous montre les pas de Country qu’elle a appris pour son spectacle de fin d’année. Et nous attirons ainsi d’autres danseurs.

L’ambiance est très sympa. Le groupe nous invite toutes les 4 sur la scène pour la prochaine chanson en nous donnant des chapeaux et des tambourins pour Pretty Woman ! Hihihihi…. Nous passons un bon moment. Les filles sont ravies.

Nous dansons pendant une bonne heure en apprenant à des touristes à danser le Madison. Une excellente soirée très distrayante ! Paul dansera même quelques pas de hip hop sur de la musique country ce qui impressionnera tout le monde.

Finalement au moment de partir, le batteur du groupe donne ses baguettes à Vincent, sans même savoir qu’il joue de la batterie. Tout le monde est content. Anaïs s’est faite une nouvelle amie avec Héloïse et nous repartons vers 23 h ravis de notre soirée… Sauf Laurent toujours dégouté !

20130714_152309_IMG_665920130714_152707_IMG_666620130714_210453_IMG_669020130714_210706_IMG_669720130714_212121_IMG_6718

Le jeudi 18 juillet 2013

La balade de cow-boys

Ce matin, réveil au lever du soleil pour profiter de la vue et pour notre RDV avec Patrick, notre guide de horse riding… Si, si, nous allons faire du cheval sur les traces de John Wayne…

Le RDV était fixé à 7 heures et le fameux Patrick ne pointera le bout de son nez qu’à 7h45… Mais bon… Ce sera l’occasion pour moi de discuter avec les navajos en attendant le fameux Patrick. Ils sont très surpris par la baisse du tourisme cette année… Ils comptent une activité au tiers de l’année précédente à la même époque ! C’est énorme… Manus possède 60 chevaux et aura tout juste de quoi les nourrir cette année… Il va devoir en vendre pour nourrir sa famille. Les touristes habituels sont essentiellement des européens et des japonais, seulement 5% d’américains. Et cette année, on voit bien moins d’européens… Je lui explique que la crise économique est bien présente en Europe cette année et que l’humeur est assez morose…

Finalement, Patrick arrive (il s’était trompé d’heure), on s’explique, je montre bien mon mécontentement puis on détend l’atmosphère pour que tout le monde puisse en profiter. Tout le monde ou presque car moi, je suis stressée… Je suis tombée de cheval la dernière fois sur l’ile de Pâques et on ne peut pas dire que l’équitation soit mon sport préféré… Les enfants sont eux, très excités. Ils se demandent quels chevaux ils vont monter, s’ils seront calmes ou plus nerveux.

Nous arrivons en voiture dans une toute petite “stable” avec une douzaine de chevaux. 6 sont déjà sellés. J’explique à Patrick mon appréhension et il me garantit que les chevaux sont très sages et très dociles.

Nous montons sur Silver, Skippy, Brownie, Crazy Eyes, Spirit, Urso … : beaux chevaux d’après les connaisseurs et nous voilà partis. Nous suivons un chemin à peine visibles dans la campagne environnante au pied des pics. Nous sommes seuls, pas une voiture, pas un autre groupe. C’est fou de s’imaginer ici. Je suis très tendue sur mon cheval pourtant extrêmement calme mais je réalise la chance d’être ici. Les enfants sont tous ravis de leurs chevaux aussi très faciles à manier. Laurent qui ferme la marche s’amuse à faire des petits détours autour de pierres et de buissons comme on pourrait conduire une voiture. Son cheval répond au doigt et à l’œil. Nous continuons au pas alors que tout le monde (sauf moi) demande à faire du trot. Je propose de me laisser attendre à un endroit et de partir avec le groupe au trot mais Patrick ne veut pas pour des questions de sécurité : ce sera tout le monde au trot ou pas de trot. Aïe… Vraiment, je ne le sens pas mais à force d’entendre les autres insister, j’accepte. Les chevaux accélèrent tranquillement et je me sens ballotée à gauche et à droite sans bien maitriser la chose. Ca ne dure que 2 minutes et j’arrête tout. Tant pis ! Ne m’en demandez pas trop !

Patrick nous chante des chants navajos : on se croirait vraiment dans un western. On fait de superbes photos et on continue la balade pendant 2 heures. Le chemin passe par des cotes et des pentes que les chevaux prennent tranquillement alors que nous penchons nos corps en avant ou en arrière pour accompagner le mouvement.

“I’m a poor lonesome cow-boy and I’m a long long way from home !”

Anaïs insiste encore pour faire du trot mais c’est vraiment trop pour moi, je reste très tendue sur le cheval.

A notre retour, Patrick emmènera le reste du groupe faire un peu de trot alentour en me laissant à l’écurie avec Erine qui a un cheval un peu plus nerveux.

Quelle expérience !!! Tout le monde est finalement ravi de sa promenade, même moi qui suis enfin de nouveau les pieds sur terre avec en prime un bon mal aux fesses !

La journée se terminera par un nouveau repas au restaurant Navajo et une belle photo du couché de soleil.

20130713_051751_IMG_639920130713_080909_IMG_649120130713_081542_IMG_650220130713_083411_IMG_652020130713_084122_IMG_652920130713_193410_IMG_0046_1

Le mercredi 17 juillet 2013

Sur la route de Monument Valley

Un bel orage sur Moab avec BBQ entre deux gouttes a clôturé notre journée d’hier.

Ce matin, nous laissons les enfants dormir : pas d’urgence… Cette journée va être une journée de transfert vers Monument Valley juste à 3 heures de route.

En chemin, arrêt courses, arrêt pique-nique près d’une aire de jeux. Au passage, on resserre la vis du rétro extérieur qui est proche de faire des 360° sur lui-même… 

La route passe par des “villes” : entre guillemets car elles nous semblent très peu peuplées : étendues sur un mile le long de la highway mais avec si peu de maisons…

Je roule le long de la plaine avec des panneaux : “attention aux cerfs et autres cervidés” tous les 500 mètres, puis après une butte, le paysage change du tout au tout : les couleurs redeviennent rouges et on aperçoit au loin les pics de Monument Valley. Anaïs s’exclame : Wouah !

Je pensais qu’après avoir visité les autres canyons depuis 10 jours, nous serions “blasés” par Monument Valley : Mais absolument pas : C’est mythique et absolument GRANDIOSE ! Comme dit Paul : “nous ne sommes plus entourés de “petits” canyons serrés” mais ici les pics laissés par la mer il y a des millions d’années sont solitaires et éparpillés dans le paysage immense. C’est bluffant !

Nous entrons aussi en territoire Navajo : des indiens Navajos. Nous nous arrêtons au premier point de vue pour profiter du paysage : des navajos y sont installés pour vendre leurs bijoux. Nous y achèterons quelques souvenirs avant de poursuivre notre route vers l’entrée du site.

Finalement, nous arrivons assez tôt ce qui nous permet de réserver un “tour” pour la fin d’après-midi et le coucher du soleil. En effet, pour s’approcher des pics de Monument Valley, il faut emprunter des chemins en terre dans lesquels notre RV aura bien du mal à passer. Les Navajos proposent donc des tours en 4×4 pick-up (comme les safaris en Afrique) et nous emmènent pour une visite de 2h30 vers des points de vue connus mais aussi vers des zones interdites aux touristes non accompagnés. Les prix pratiqués nous paraissent énormes mais bon, on ne peut pas vraiment l’éviter.

Notre guide CISSO est un vieux Navajo qui nous explique de temps en temps les noms des sites et les rituels navajos. Nous découvrons ainsi une dune de sable que nous descendons pieds nus en courant, une grotte sacrée où des cérémonies étaient encore pratiquées il y a 100 ans. la roche est en forme de tête de femme avec des filets d’eau noircis qui représentent ses cheveux. A l’intérieur, un trou au plafond représente l’œil de la tête d’un aigle formé par la roche. Un navajo nous y joue un morceau de flutiau : on s’y croirait… et bien sûr, il nous arrête aussi près des stands de ses amis navajos marchands de bijoux.

Le coucher du soleil offre une belle lumière mais surtout l’orage qui pointe le bout de son nez… Nous essayons “d’attraper” un éclair dans nos appareils photo sans grand succès. 

Ravis de cette ballade qui nous a permis de découvrir des dizaines de paysages de cartes postales, nos cartes d’appareil photo sont pleines… La nuit tombe et la pluie aussi. La surprise de ce soir est que nous restons sur place dans l’hôtel du site : The View Hotel… Les enfants sont ravis. L’hôtel offre une vue magnifique en direct avec tout le confort… Après la poussière avalée en 4×4, la douche est la bienvenue.

Notre diner sera navajo : un assortiment de chili, de ragout de mouton et autre soupe de poulet agrémentés de galettes de pain bleu au maïs et aux herbes.

D’autres aventures de cow-boys nous attendent demain…

20130712_121940_IMG_611020130712_140601_IMG_612020130712_160315_IMG_614220130712_162427_IMG_617320130712_162738_IMG_618020130712_162950_IMG_618820130712_163814_IMG_620120130712_164543_IMG_621320130712_172108_IMG_625720130712_173132_IMG_627720130712_173806_IMG_628820130712_180109_IMG_629620130712_185528_IMG_637120130712_190224_IMG_6378

Le mardi 16 juillet 2013

Arches et Moab

La nuit fût mouvementée. Un vent fort s’est mis à souffler faisant tanguer notre camping car. Dans le “stress” de la nuit, j’ai même pensé que nous pouvions être victime d’une tornade. Les campeurs voisins (campant sous la tente) se sont réfugiés dans leur voiture. Ceci n’a pas empêché Laurent, Anaïs, Paul et Erine de partir à 5 heures du matin pour voir le lever du soleil sur la landscape arch. Je reste dans le RV avec Vincent qui préfère ne pas rester seul.

Ils arrivent sur le site à 5h45 alors que le soleil se lève à 6h03 : parfait timing. Mais l’arche se situe juste devant une montagne ce qui limite la profondeur du paysage. Paul et Laurent décident alors de faire un peu d’escalade pour se placer de l’autre coté de l’arche et voir ainsi le soleil se lever dans l’arche. Excellent résultat : les photos sont magnifiques.

Pendant ce temps, Vincent et moi dormons à poings fermés jusqu’au retour du petit groupe à 8 heures. Ils sont ravis mais épuisés, les filles surtout car Laurent et Paul ont encore la pêche pour installer le petit déjeuner.

Nous prévoyons une journée plus cool car on sent bien la fatigue de tous les membres du groupe.

Nous quittons le site de Arches en nous arrêtant sur le site de la double arch : cette fois-ci, les filles restent dormir dans le camping car. Nous profitons d’un moment d’accalmie pour faire de super photos avant l’arrivée d’un bus entier de touristes. Nous sommes bien ici : une petite brise nous rafraichit et le paysage est magnifique. Même Vincent est de bonne humeur. Nous espérons que les filles dorment bien pendant ce temps.

Finalement, nous quittons ce parc magnifique : un des meilleurs sans aucun doute. Nous gagnons la ville de MOAB à quelques miles. Cette ville est LA ville principale du Sud Est de l’UTAH : attention, elle compte 5112 habitants ! Comme beaucoup de villes aux USA, elle est composée d’une rue principale (la highway) et de rues transversales. Cette ville est truffée de magasins proposant des activités outdoor (rafting, VTT, balades en 4×4…) Nous faisons quelques magasins de souvenirs et trouvons un restaurant sympathique pour déjeuner. Au cours du repas, nous rencontrons un couple d’américains habitant Ixelles (notre quartier de Bruxelles). C’est l’occasion de partager nos expériences et impressions.

Nous repartons rapidement vers notre camping du jour pour un après midi repos, sieste, lessive et piscine… Incroyable, le temps tourne et nous aurons une succession d’orages tout l’après-midi. L’avantage c’est que ça permet de rafraichir l’air si chaud ces temps-ci. Au programme ce soir : piscine, mise à jour du blog (avec très peu d’internet), partie de Uno et BBQ sous la pluie mais BBQ quand même !

20130711_050013_IMG_584420130711_052224_IMG_591820130711_053215_IMG_593320130711_061736_IMG_596120130711_062122_IMG_597020130711_090025_IMG_600220130711_090337_IMG_601620130711_091444_IMG_605920130711_093223_IMG_6093

Le lundi 15 juillet 2013

Arches

Et oui, le réveil dans le Devils Garden Campground de Arches est digne de nos espérances : les roches rouges sur les cotés sont éclairées par le soleil qui se lève, c’est magnifique…

Aujourd’hui, nous partons pour Canyonlands, autre parc très proche de Arches. Nous dormirons de nouveau au même camping ce soir. Nous projetons de rentrer plus tôt pour en profiter.

Canyonlands est très beau, ce parc propose des points de vue très dégagé sur les canyons alentour en contre-bas. Nous roulons sur un niveau (une “langue” plus haute que les autres) et avons une vue sur des canyons en contre-bas des deux cotés de la route qui donnent eux-mêmes sur la rivière. Nous pouvons voir 3 niveaux différents. Exceptionnel…

Le hic, c’est que le ciel est brumeux : brume de chaleur ? Nous apprendrons plus tard que cette brume est aussi due à des gros incendies dans les états voisins. C’est dommage pour nos photos : on ne peut pas toujours gagner…

Nous commençons nos balades par la mesa Arch, conseillée par le Lonely planet au bout d’un mini trail. Et le site est top… L’arche donne sur le paysages grandiose dont je parlais… Quelle perspective ! Nous sommes seuls et passons sur l’arche pour faire la photo en évitant de regarder en bas…

Au bout du parc, le point de vue de Grand view point permet de relier la vue des deux cotés de la route pour un panorama à 180°… Magnifique… Dommage que la brume soit présente.

Nous trouvons un bon coin pour un pique-nique tranquille, à l’ombre… Petite sieste pour Laurent.

Puis nous reprenons la route pour nous arrêter au Dead Horse Point State Park, site où on a filmé la première scène de Mission Impossible II : là où Tom Cruise fait de l’escalade et reçoit le message qui s’autodétruira dans 10 secondes. C’est aussi là qu’a été tournée la scène finale de Thelma et Louise. Encore une fois le panorama est fabuleux. La chaleur commence a pesé et Erine commence à saigner du nez. Comme elle dit : “Pour une fois que ce n’est pas Vincent …  “.

Nous retrouvons le parc de Arches et nous nous arrêtons sur les Windows : North and South qui proposent un panorama bien différent en fonction du lieu où l’on se trouve : sur le coté, devant ou derrière.

Avec tout ça, nous retrouvons le camping de nouveau assez tardivement mais assez tôt pout profiter du coucher du soleil… Nous souhaitons dormir tôt car demain nous visiterons les arches au lever du soleil !

20130710_091258_IMG_552220130710_091416_IMG_553020130710_091626_IMG_553420130710_102809_IMG_558520130710_103713_IMG_559720130710_165616_IMG_567720130710_175834_IMG_574220130710_181151_IMG_578920130710_192846_IMG_5825