What’s for dinner in Laos ?

Nous voilà déjà à notre bilan culinaire sur le Laos.

Nous sommes restés 10 jours seulement mais nous avons découvert pas mal de choses tout d’abord grâce au restaurant de Sinlee sur l’île de KongBong puis grâce à un cours de cuisine à Luang Prabang.
Les ingrédients restent les mêmes que ceux que nous avons rencontrés en Chine, au Vietnam ou au Cambodge mais leur association n’est pas la même…

Un plat typique du Laos : le Lap ou Laap ou Larp (5ème photo) selon comment les cambodgiens le traduisent. Il faut savoir qu’il y a autant de Lap que de cambodgiens… Tous ont des goûts différents mais à chaque fois, un sacré mélange de saveurs principalement lié aux herbes aromatiques utilisées.

Le Lap est une salade froide de poulet ou porc ou tofu ou poisson.

  • on fait chauffer un peu d’eau dans un wok avec du bouillon cube de poulet et du jus de citron vert
  • on y fait cuire la viande et on laisse réduire l’eau
  • Puis on retire la viande du feu et dans un bol, on la ménage avec de la fleur de banane (OK pas facile à trouver chez nous !), des jeunes oignons verts, de l’ail, des échalotes, de la coriandre, de la citronnelle, du sel, de la poudre de chili
  • ET LE TRUC qui donne plein de goût : des feuilles de “kaffir lime” : herbe qui donne énormément de goût. La feuille est assez épaisse et ressemble à du laurier mais le goût est bien différent… Apparemment, on peut le remplacer par le zeste d’un citron vert.

C’est succulent !!!

Mon plat préféré a été le PANAENG GAI (7ème photo) : Un mélange de porc et de poulet dans une sauce de noix de coco avec de la pâte chili.

  • On fait revenir des échalotes et de l’ail dans l’huile,     
  • On ajoute dans le wok tous les autres ingrédients :
    • viande de porc et de poulet finement émincée
    • lait de coco
    • pâte de chili
    • bouillon cube, sel, poivre
    • coriandre
    • oignons…

Pas trop épicé et très bon…

Une des particularités du Laos, c’est le riz : on nous propose le riz à la vapeur ou le “sticky rice”. Le sticky rice est une variété de riz spécifique qui est lavé plusieurs fois dans beaucoup d’eau, puis cuit à la vapeur et servi dans des petits paniers faits en feuilles de palmier. C’est très collant et ça se mange avec les doigts.

Dans les rues, nous avons croisé des barbecues avec des demis poulets sur des brochettes, des marmites pour frire les beignets et même des marchands de gaufres… Nous avons été surpris de voir des morceaux de bœuf sécher comme le Biltong d’Afrique du Sud.

Il ne faut pas oublier le café du plateau des Boloven : connu mondialement. Je ne suis pas une spécialiste en café mais apparemment, celui-ci vaut le détour. L’expérience de M. Coffee qui torréfie le café devant nous batch par batch reste un souvenir exceptionnel… Notre valise dégage une bonne odeur de café lorsqu’on l’ouvre.

Pour les amateurs d’apéritif, les restaurants proposent le Lao Lao Cocktail : surprenant, très alcoolisé, à base d’alcool de riz local… 60% d’alcool de riz en général. On a essayé le Lao Lao Mojito… et bien,  on préfère la version avec le rhum !…

 P1040487 P1040513 P1040638 P1040723 P1040803 P1040806 P1040809 P1040823

2 jours à Luang Prabang

Après notre excursion aux cascades de Kuang Si, nous avons passé 2 journées “cool”. Le matin, Nelly et moi faisons l’école aux enfants tandis que les grands parents vont se balader dans la ville. Hier après-midi, nous sommes allés nous promener, visiter quelques temples et en fin d’après-midi, nous sommes montés en haut de la colline de Luang Prabang pour profiter du coucher de soleil. Il y avait énormément de monde et il était difficile de se frayer un chemin permettant d’avoir un bon spot pour faire une photo.

Le soir, nous sommes retournés comme prévu à l’Eléphant pour fêter Noël, en famille, avec quelques jours d’avance. Champagne et vin de bordeaux pour le liquide, bœuf, buffle et porc pour le solide ! Tout le monde s’est régalé.. Au dessert, les enfants ont choisi une glace (l’avenir nous montrera que c’était une erreur) et j’ai essayé la tarte tatin de mangue (très moyen). Nous sommes tous extrêmement contents de notre soirée et tout le monde va se coucher le sourire aux lèvres …. mais …

A 3:30 du matin, Vincent cogne à notre porte pour nous réveiller (les enfants dorment dans une chambre juste à côté de la notre). Il m’explique, “il faut venir, Erine a vomi”. Je me réveille tant bien que mal et j’arrive dans la chambre et là .. c’est Tchernobyl .. Bon, je ne vous fais pas un dessin mais vous pouvez imaginer. L’odeur me donnant moi-même une grosse envie de vomir, je vais chercher Nelly à la rescousse.. Après une douche, changement de lit (heureusement, nous avions un 3ème lit tout prêt dans la chambre), tout le monde se recouche. Je reste dormir avec Vincent et Erine ira dormir dans notre chambre avec Nelly. Elle vomira 6 fois jusqu’au petit matin … Personnellement, je pense que c’était la glace au caramel qui lui a été fatale. Je l’avais goutée et elle était très cristallisée. Bon, c’est la première fois en presque que 5 mois que quelqu’un d’entre nous a une indigestion.

Même si elle est fatiguée, Erine est de bonne humeur et s’installe d’elle même à la table de travail. Donc, on fait comme si de rien n’était et on entame la journée d’école. Les enfants travaillent assez bien mais nous écourtons un peu la séance. L’après-midi, je repars avec Vincent et les grands parents pour nous promener dans la ville.  Nelly reste garder Erine qui n’est pas encore remise et qui continue de vomir. Nous visitons de nouveau quelques temples, dont celui du musée de Luang Prabang, très beau. Puis, je vais avec Vincent faire des photos des moines avec leur tenue orange.. Vincent n’est pas très patient et nous retournons donc tranquillement vers l’hôtel. A 17:00, les deux mamans se sont inscrites à un cours de cuisine. Je prends donc la relève de la garde des enfants. Ce cours faisant l’objet d’un article “What’s for dinner” à venir, je ne vous en dis pas plus pour le moment !

20101222_LL_120101222_LL_1-220101222_LL_1-320101222_LL_1-420101222_LL_1-520101223_LL_120101223_LL_1-220101223_LL_1-320101223_LL_1-4

Vidéo de la balade en éléphants

Il y a quelques jours, nous faisions une petite balade en éléphants dans la jungle du plateau des Bolovens. J’avais fait quelques petites prises de vues mais la qualité de la connexion internet ne m’avait pas permis de publier la vidéo.

Voilà qui est chose faite. Cette petite balade reste un super souvenir pour nous tous  !

Une journée bien remplie

Ce matin, le réveil sonne à 04:45 pour être sur le pont dès 05:00 afin d’aller voir la cérémonie d’offrande aux moines qui a lieu tous les matins. Il ne nous faut que 2 minutes pour nous rendre sur le lieu de la cérémonie. Arrivés sur place, nous voyons des vendeurs ambulants qui proposent (principalement aux touristes) du riz cuit et des fruits à offrir aux moines. Nous ne participerons pas à l’offrande car elle est normalement réservée aux bouddhistes qui partagent avec les moines une prière et un véritable échange spirituel. Malheureusement, aujourd’hui, la cérémonie n’est plus très authentique et les touristes font leur offrande aux moines “pour s’amuser”.

Nous prenons un café sur le pouce et discutons quelques minutes avec la vendeuse qui nous apprend que les moines n’arrivent pas avant 06:00 … Urgh, on se demande pourquoi l’hôtel nous a conseillé de se réveiller si tôt et on est un peu dégoutés de ne pas être restés au lit plus longtemps. Nous attendons donc, en dégustant notre café sur quelques sièges que la vendeuse nous a proposés. Il est maintenant 06:10 et toujours pas de moines en vue. Dans l’intervalle, une cinquantaine de touristes nous ont rejoint. Finalement, les moines n’arrivent qu’à 06:30. Ils forment une longue ligne et s’arrêtent devant chaque personne pour recevoir une boulette de riz ou un fruit. Par contre, rares sont les échanges ou les prières (certainement car la plupart des participants sont des touristes en short).

Après 10 minutes, les moines s’éloignent et je décide de partir vers le marché pendant que mes parents vont se reposer un peu à l’hôtel. Le marché est très similaire à ce que l’on a déjà vu au Laos et au Cambodge : beaucoup de fruits et de légumes, de la viande et du poisson disposés sur des étals non réfrigérés.

Je reviens à l’hôtel vers 08:00 pour aller prendre le petit déjeuner avec Nelly et les enfants restés à l’hôtel (ils ont eu bien raison de dormir). Mamie Colette prend ensuite en charge la classe des enfants pendant que nous allons organiser l’excursion de l’après-midi. Au retour, une petite heure de sieste et, après un déjeuner très moyen, nous partons vers les cascades de Kuang Si où nous espérons bien nous baigner. Nous faisons une courte halte dans un village de Hmong (une éthnie que nous avons déjà croisée à Sapa). Malheureusement, le contact avec les habitants se limite presque exclusivement à quelques discussions sur les prix de l’artisanat qu’ils proposent. Là encore, les familles vivent dans des habitations très modestes, sans eau courante ni électricité. Les enfants sont sales et mangent par terre du riz pendant que leurs mères brodent et vendent leur production. Nous repartons donc assez rapidement et 20 minutes de taxi plus tard, nous arrivons à Kuang Si. Nous passons par le sanctuaire des ours et restons quelques minutes à observer les animaux. Les pensionnaires ont été retirés des griffes des braconniers qui capturent et enferment les ours pour en extraire régulièrement la bile, connue en Asie pour soigner les maux de tête ou de foie.

Nous continuons ensuite le chemin et arrivons rapidement vers les chutes. L’eau est d’un beau bleu laiteux. Sur le site, il y a quelques dizaines de personnes dont une bonne moitié est dans l’eau à patauger. Les enfants sont super excités et nous avons bien du mal à les emmener faire une petite promenade avant le bain. Près des chutes, il y a une corde à nœuds  accrochée à un arbre et qui permet de se lancer en l’air et de plonger dans l’eau. Certains se lancent donc dans le vide et font des ploufs plus ou moins maitrisés. Les enfants me disent “Eh papa tu vas le faire hein, tu vas le faire ????”. Je réponds “Et .. bien sûr que je vais le faire, ça a l’air trop marrant”. Nous nous changeons (il y a même des cabines) et nous mettons les pieds dans l’eau .. et là … urgh.. ça caille de chez caille !! Je me demande comment font tous ces gens pour nager là dedans. En plus c’est glissant et plein de cailloux qui font mal aux pieds; Vincent abandonne rapidement .. trop froid et “ça fait trop mal”. Nelly et Erine sont déjà quasiment dans l’eau et je les rejoins après avoir aidé Vincent à sortir sans se blesser. Papy Pierre fait quelques photos et au moment où Nelly et Erine se disent qu’elles vont sortir car c’est vraiment trop froid, Vincent dit “bon et bien, moi je viens maintenant”. Nous nous retrouvons donc tous dans l’eau pour une belle photo de famille. Les enfants se retournent vers moi “bon papa, maintenant, tu le fais hein, sauter de l’arbre”. Bon, chose promise, chose due, je prends mon courage à deux mains et je mets la tête dans l’eau .. c’est vraiment froid. Je nage un peu pour me réchauffer et sors de l’eau pour grimper à l’arbre. Même si quelques planches ont été cloutées pour faciliter l’ascension, c’est très glissant. J’attrape finalement la corde puis me lance. C’est très marrant et je suis bien content. En plus, les enfants me font de grands signes et sont super fiers de leur papa. Je recommence donc l’expérience quelques fois et Nelly prend un petit film. Nous rentrons ensuite sur Luang Prabang puis décidons d’aller faire un Lao massage d’une heure. Nelly trouve cela un peu soft et est un peu déçue. De mon côté, mon gaillard de masseur appuie très fort sur les muscles et je trouve l’expérience assez réussie.

Nous laissons ensuite les enfants aux grands parents pour passer une nouvelle soirée en amoureux !! Cool. Nous choisissons un restaurant français réputé (l’Eléphant). La carte n’est pas très grande comparée aux cartes asiatiques mais on a des choix différents (en gros, ce n’est pas que “fried noodles, fried rice ?” et “beef, pork, chicken or shrimp ?”. Nous prenons une bouteille de bordeaux, du carpaccio de bœuf et un fondant au chocolat au dessert.  Ca fait vraiment du bien de retrouver les saveurs européennes. Nous sommes super emballés par le restaurant et décidons de réserver une table pur nous 6 le lendemain pour fêter Noël en famille, avec quelques jours d’avance.

20101221_LL_120101221_LL_1-220101221_LL_1-320101221_LL_1-420101221_LL_1-520101221_LL_1-620101221_LL_1-720101221_LL_1-8

Journée de transfert vers Luang Prabang

Malheureusement, nous devons quitter notre petit coin de paradis… Nouvelle crêpe banane-chocolat, petite détente sur le hamac de notre bungalow alors que Colette et Pierre vont donner des stylos à l’école primaire et nous devons reprendre le bateau…

Notre sommaire embarcation nous emmène à Ben Nakasang (merci Pierre de retenir tous ces noms que j’ai tant de mal à garder en tête…) en 1 petite heure. A l’arrivée, les rives du fleuve sont à peine aménagées, nous transportons nos valises dans la boue du rivage. Un mini-bus chargé à bloc, avec valises sur le toit arrive à notre niveau, décharge tous ses touristes qui ont l’air exténués et nous prend en charge… Rentabilité…

C’est reparti pour 2 heures 30 de route vers Pakse… Nous faisons l’école aux enfants entre deux nids de poule et tout en regardant le paysage. Vincent nous fait très justement remarquer que les paysages ressemblent à l’Afrique… Et c’est vrai : le sol est très sec, poussiéreux ; les couleurs sont jaunes, marrons : c’est la saison sèche (tout le riz a été ramassé) et hormis les maisons sur pilotis, on se croirait au Botswana parfois.

Nous croisons les troupeaux de vaches qui traversent la route, les enfants à vélo qui vont à l’école en uniforme…

Petite pause au bord de la route pour manger : les femmes nous sautent dessus pour nous vendre des demi-poulets en brochette, des épis de maïs, du “sticky rice” en sac plastique et des beignets frits sous nos yeux. Après un peu d’hésitation, nous mangerons ici nous faisant de nouveaux amis avec ces habitants qui ne parlent pas un mot d’anglais mais dont les sourires valent tous les mots…

Un peu plus tard, l’aéroport de Pakse nous accueille : ambiance très spéciale : nous sommes seuls dans l’aéroport. Il n’y a PERSONNE !!! Comme dit Erine : “Ce n’est pas tous les jours que l’on se retrouve tout seuls dans un aéroport !”

Nous nous réfugions dans le restaurant où il semble que tout le personnel (10 personnes) de l’aéroport soit réuni pour déjeuner… hihihi…

Petit cours de sciences dans l’aéroport, enregistrement des bagages à la main avec siège libre dans l’avion et nous voilà partis vers Luang Prabang, 3ème plus grande ville du Laos… Arrivés sur place, nous sautons dans un grand taxi pour nous amener à notre hôtel. Nous aurons voyagé toute la journée en prenant 3 moyens de transport différents et déjà, Pierre, nous parle de l’organisation des 3 prochains jours. Demain, réveil prévu à 4:45 pour aller voir la cérémonie d’offrande aux moines (enfin, moi, je reste garder les enfants et j’ irai plus tard si le jeu en vaut la chandelle). 

20101220_LL_1 20101220_LL_1-2 20101220_LL_1-3 20101220_LL_1-4

Don Khone et Don Det

Que c’est paisible ici !!! Pas de voitures, quelques scooters mais principalement des piétons et des cyclistes… Le calme et pas de pollution.

Bon, l’air est un peu chargé de poussières de la terre mais bon ça nous rappelle le Botswana !

Tout est calme : le matin, nous sommes réveillés par le bruit des moteurs de bateau : des moteurs de tondeuse avec un long bras pour l’hélice… ou par le son des coqs (qui a dit que les coqs chantaient au lever du soleil ? En pleine nuit aussi…), ou les miaulements des chattes en chaleur… La nature quoi, ou presque…

Après une bonne crêpe banane-chocolat et une très bonne matinée d’école (productive cette fois), nous partons à vélo découvrir l’île de Don Khone.
Nous passons sous un pont, construit par les français dont le sol est constitué de terre et de cailloux. Nous devons nous acquitter d’un péage pour passer (péage annoncé clairement 4 fois plus cher pour les touristes que pour les locaux).  Nous longeons ensuite le Mékong jusqu’aux chutes de Somphamit au sud de l’ile. Le paysage est très beau avec de gros rapides et de larges chutes.
C’est là que nous ferons notre pause déjeuner dans une échoppe-restaurant pour manger des spring rolls et du riz frit au poulet. La famille qui nous reçoit est très souriante. Comme à chaque fois, on attend longtemps nos plats car, ici tout est préparé à la commande : c’est plus frais comme ça mais il faut être patient. Nous observons les coqs, les canards, les chats de la famille tous la queue coupée et certains ayant mauvaise mine … Les enfants sont très sales, couverts de terre et de crasse, mais ça ne les empêche visiblement pas d’être heureux. On les voit qui mangent avec les mains (comme font les laotiens) sans prendre la peine de se les laver ni même de les rincer. Les hommes sont tous devant la TV à regarder de la boxe thaï, les femmes travaillent. Ls enfants jouent au “lancer de tongs”. Ce jeu consiste à lancer sa tong sur un morceau de plastique pour le dégommer… Puis ils sortent leurs cahiers d’école : en piteux état, plein de boue… Mais au moins il y a un cahier ! Nous offrirons aux enfants quelques stylos.

Papy et Mamie nous ont rejoint et nous repartons tous ensemble en vélo vers l’île de Don Det. Moi qui suis une championne de vélo (sentez l’ironie de l’expression), je dois jongler entre Vincent qui gigote derrière moi et les buffles, vaches et veaux que l’on croise sur le chemin…  Encore une fois, les laotiens que nous croisons nous souhaitent tous Sabaï-dee (bonjour) avec un grand sourire : un bonheur…

Nous rejoignons alors la petite l’île de Don Det. Nous longeons la rive sur un chemin plat à l’ombre des cocotiers : c’est très agréable. Nous croisons toutes sortes de scènes locales : un homme qui bat le riz, une femme qui va se laver dans le fleuve, des joueurs de pétanque, des enfants qui jouent, des cochons bizarrement roux comme des vaches bourguignonnes…

Notre balade en famille nous amène jusqu’à l’école. Même si c’est dimanche aujourd’hui, les enfants se regroupent dans la cour pour s’y amuser. Ils jouent à une sorte de ballon prisonnier où une savate remplace le ballon. A chaque tour, une tong est posée sur un pieu .. Bon, on a pas tout compris des subtilités du jeu mais à la fin, tout le monde est quasiment pieds nus.

Nous continuons ensuite jusqu’à la pointe Nord de l’île où nous trouvons un bar très sympa, avec une vue magnifique sur le coucher du soleil : un petit coin de paradis…

A notre retour, nous retournons manger chez Sinding (le garçon de 13 ans) au Khampasong restaurant. C’est vraiment très bon et bien servi : les plats sont énormes et Sinding est si gentil…Papy et Mamie ont testé le King Kong sur Don Dep et ont été très déçus…

20101219_LL_1 20101219_LL_1-2 20101219_LL_1-3 20101219_LL_1-4 20101219_LL_1-5 20101219_LL_1-6

Et voici une petite vidéo de la balade en vélo. Vous excuserez par avance les soubresauts mais les chemins sont assez chaotiques !

4000 îles – Don Khong et Don Khone

Après une bonne nuit de sommeil (je vous disais que c’était très tranquille ici), nous prenons un petit déjeuner sur le bord du fleuve. Laurent et moi allons ensuite chercher une connexion Internet (et oui, il y a même Internet ici) et Pierre et Colette vont découvrir la Poste, en fait une toute petite cahutte au bord du Mékong.

A 10 heures, nous reprenons un nouveau bateau, plus petit que celui d’hier. En effet, plus nous descendons au sud et moins le Mekong est profond. Notre objectif est l’île de Done Khone à 1 heure 30 de navigation. Pour ceux qui suivent : attention, nous quittons Don Khong pour aller à Don Khone… C’est pas pareil…

Nous sommes assis sur des planches en bois toute proche du sol. Les paysages sont plus vivants ici. Nous voyons les gens se baigner dans la rivière. Les femmes se baignent habillées, puis en sortant de l’eau, elles mettent leur jupe-tube et enlèvent leurs vêtements mouillés. Pour info, c’est aussi comme ceci que le laotiennes font pipi dans la nature : elles desserrent leurs jupes tubes en la gardant autour de la taille, se baissent et, une fois terminé, elle réajustent leur jupe autour de la taille.

Nous croiserons aussi quelques pécheurs, plus que la veille. Nous verrons aussi des vaches et leur veau s’allonger dans l’eau pour se rafraichir.

Arrivés à Don Khone, c’est le paysage paradisiaque et tropical ; notre guest house est un ensemble de 8 bungalows sous les cocotiers. Nous avons une vue sur le fleuve et sur l’île d’en face Don Dep. L’île n’est pas bien grande et il est facile d’en faire le tour en vélo. Nous décidons de ne pas se presser cette après-midi et de rester à l’hôtel pour faire la classe aux enfants. Pierre et Colette décident quand à eux de partir voir des cascades au bout de l’ile.

Nous rencontrons alors un couple de français de Colmar, grands voyageurs à la retraite. Nous déjeunons ensemble dans un restaurant sur pilotis qui nous sert des Lap et plats de poissons au basilic excellents…  Monique était professeur d’espagnol et va même donner un cours à Erine. Malheureusement, malgré les efforts de Monique, Erine se met à chouiner et à bouder comme ça lui arrive régulièrement. Et pourtant, elle sait bien répondre aux questions de Monique… Ha lala !!!

Papy et Mamie partent en promenade autour de la guest house et nous restons au bord du Mékong faire la classe : très, très laborieux aujourd’hui…

Pour le diner, nous retournons dans le même restaurant sur pilotis avec nos nouveaux amis… Une soirée bien agréable. Notre serveur est un garçon de 13 ans qui parle très bien anglais. Il travaille sur ses cahiers dans un coin du restaurant et découvre avec plaisir la DS de Vincent.

20101218_LL_1 20101218_LL_1-2 20101218_LL_1-3 20101218_LL_1-4

Journée de transfert vers les 4000 îles

En route pour les 4000 îles et première escale sur l’île de Done Khong.

Nous partons à 8 heures 20 en mini-bus pour le quai, pas très loin. Pakse, c’est vraiment très petit…

Notre bateau est assez petit (aussi) comme pas mal de bateaux que nous avons pris en Asie. Le bruit est relativement faible mais au bout de 6 heures, on est quand même content quand ça s’arrête.

Nous sommes installés à la queue leu leu. Je donne un cours de sciences aux enfants et Mamie leur fait quelques révisions de maths et français.

Une petite halte à Champasak, le temps de récupérer de quoi déjeuner, un pique nique : riz frit au poulet dans des barquettes en polystyrène. Laurent part en scooter avec notre pilote chercher les plats et les enfants, Mamie et moi restons près du bateau à regarder les bacs arriver : ils transportent des camions, des grosses voitures, des vélos… Le bac est, en fait, fait de 3 petits bateaux collés les uns aux autres avec un plancher qui les relient…

Pour la suite du voyage, nous suivons le Mékong vers le Sud : rive plate, pas grand-chose à voir ; parfois on aperçoit quelques potagers sur la rive. On ne croisera quasiment pas un seul bateau… Les enfants jouent à la DS, Laurent lit et j’avance sur mon journal de bord. Près de notre destination, nous verrons quelques pêcheurs lancer leurs filets de pêche. Il y a parfois peu de fond et le pilote doit souvent zigzaguer pour pouvoir passer.

Nous ne savons pas où nous dormirons ce soir. Pas encore de réservation faite sur l’île de Don Khong.

A notre arrivée, nous laissons les grands parents et les valises au pied du bateau pour aller explorer les guest-houses. Le première, recommandée par notre pilote est bien, propre mais un peu vieillotte et surtout la femme qui nous accueille n’est pas du tout aimable. Nous partons alors de l’autre coté pour aller voir la guest house Pon’s. Le jeune homme qui nous reçoit est très souriant, comme toute sa famille. Il nous montre des chambres plus récentes et plus aménagées que les précédentes pour moins cher. Notre choix est fait !

C’est d’un calme ici… Ca nous change des grandes villes du Cambodge où nous étions. Les enfants peuvent jouer dans la rue sans problème.

Une fois installés, nous louons des vélos pour les deux heures de jour qu’il nous reste. Pierre part pour voir le coucher de soleil à l’ouest : ceci implique que nous revenions de nuit sans lumière. Aussi, je préfère partir avec Mamie, Laurent et les enfants vers le sud, à l’aventure. Nous longeons les maisons ; tous les laotiens sur le bord de la route nous lancent des “Subaïdi” pour dire bonjour: ils ont tous le sourire, c’est un bonheur. Nous longeons les rizières avec les buffles qui labourent les champs…

Nous nous arrêtons devant un laotien qui coupe des pâtes avec une machine. Il nous montre comment il les fait sécher ensuite sur des toits en paille et comment elles deviennent une fois séchées.

A notre retour, nous partageons un verre de Lao Lao : alcool de riz local très fort… Le nôtre sera même un Lao lao mojito… Et un bon diner en dégustant du Lap au poisson, plat typique laotien plein de saveurs et du sticky rice, riz très collant et sec servi dans des petits paniers cylindriques fait en feuilles de palmier.

20101217_LL_1 20101217_LL_1-2 20101217_LL_1-3 20101217_LL_1-4 20101217_LL_1-5 20101217_LL_1-6 20101217_LL_1-7 20101217_LL_1-8

Le plateau des Boloven

Nous voilà arrivés au Laos après un vol Siem Reap- Pakse d’une heure à peine… Ca fait toujours drôle de se rendre à l’aéroport en tuk-tuk et de se retrouver à 10 passagers dans un avion comptant une centaine de places.

A Pakse, la vie semble bien calme… Bien moins de circulation et de mouvements dans les rues que dans les grandes villes du Cambodge. Nous dormons au Champasak Palace Hôtel : un ancien palais royal transformé en hôtel. C’est assez marrant : les salles sont très grandes et la décoration très austère : ça fait très communiste comme endroit… Le soir, nous avons droit à un groupe de Thaïs qui font un karaoké dans une salle du restaurant… Ca nous fait marrer tellement ils chantent faux mais ont l’air de s’éclater…

Grâce à une organisation gérée de mains de maitres par les deux hommes Lellu à notre arrivée, nous partons aujourd’hui pour une journée d’excursion sur le plateau des Boloven.

La région est très verte mais ici, on ne voit plus de rizières mais des arbres partout, des fleurs et surtout des caféiers : au lieu du riz qui sèche au sol, nous voyons des fèves de café sécher au sol tout le long de la route.

Premier arrêt dans une coopérative de café : il y a du café au sol sur une immense surface : tout le parking en est rempli… Nous ferons quelques photos en particulier de Laurent qui joue les Gringos (avec son chapeau) comme dans une ancienne publicité télévisée… Tout ce café, c’est impressionnant…

Puis, nous allons voir les chutes d’eau de la région : magnifiques : elles nous rappellent certains paysages de La Réunion. Les premières chutes sont celles de Tad Fan : deux belles chutes à distance. Pierre se prête aux jeux de Laurent à simuler que la chute d’eau sort de sa bouche. Puis, nous allons aux prochaines chutes Yuang : après une promenade de quelques minutes nous arrivons au pied d’une très belle cascade… MAGNIFIQUE… Les couleurs sont très belles. En plus, il fait frais ici : nous sommes à 1500 m d’altitude et bénéficions de la fraicheur de l’altitude. Ca nous change des températures chaudes et humides du Cambodge : on respire…

Encore quelques kilomètres et nous arrivons chez Mr Coffee, recommandé par Laureline et Maxime. Mr Coffee est un néerlandais installé en Asie du Sud-Est depuis 5 ans et particulièrement au Laos depuis 3 ans : il adore le café et est un spécialiste. Il sélectionne son café tous les ans parmi les 70 producteurs locaux, le fait sécher et le rôtisse lui-même dans un wok batch après batch (500g environ). Il nous a montré comment il fait : le wok bien chaud, il ajoute les fèves de café sèches et les remue sans arrêt pendant une vingtaine de minutes : le café devient vert, puis doré, finalement il noircit et brille un peu en expulsant un peu d’huile. Puis il finit par éclater comme du pop corn. Mr Coffee le fait refroidir d’un coup en le faisant sauter dans un panier d’osier. Au dernier moment avant la consommation, les fèves de café sont moulues. Le café dégusté est fameux… Colette, Pierre et Laurent savourent. Mr Coffee est plein d’attentions, nous donne plein de conseils et nous passons un très bon moment. Pour ma part, je vais même déguster un excellent chocolat chaud, dont le goût est relevé par quelques gouttes de café.

Nous repartons pour un déjeuner rapide dans un lodge près des chutes Tad Lo. Déjeuner rapide car nous avons un RDV : un RDV pas ordinaire : avec des éléphants pour une balade dans la forêt et les cascades.

Ce moment sera, pour moi un Must du tour du monde : un moment inoubliable pour la passionnée d’éléphants que je suis.

Colette, Erine et moi montons sur le palanquin de Moon, notre femelle éléphant. Cet animal est énorme, très grand et si doux à la fois. Elle avance sans bruit sur les chemins dans la forêt. Nous sommes stupéfaits de passer par des chemins très étroits, de traverser la rivière, de prendre des chemins pentus sans problème, sans à-coups. Pierre, Laurent et Vincent sont sur un mâle derrière nous qui s’arrête souvent pour manger des bambous… Le cornac fait passer Vincent devant à la “conduite” de l’éléphant… Par la suite, Erine passera aussi sur la tête de Moon… Erine nous dira : “mais ça pique un éléphant avec tous ses poils.” Notre promenade durera 1 h 30 à voir de magnifiques paysages, des cascades et un village laotien. INOUBLIABLE je vous dis…

A notre arrivée, je fais un petit câlin avec Moon :heu ,vu la taille de la bête, je lui fais juste des caresses sur la tête puis les cornacs enlèvent les palanquins et emmènent les éléphants au bain… Encore un moment sympa : les éléphants s’enfoncent dans l’eau avec les cornacs sur le dos. On dirait qu’ils surfent sur leur tête… C’est beau, paisible…

A notre retour à Pakse, le vent s’est levé… Encore une fois, notre diner sera accompagné du karaoké… Et histoire de bien finir la journée : Vincent a perdu une dent… Sa première dent perdue autour du monde… La petite souris passe-t-elle au Laos ?

20101216_LL_1 20101216_LL_1-2 20101216_LL_1-3 20101216_LL_1-4 20101216_LL_1-5 20101216_LL_1-6 20101216_LL_1-7 20101216_LL_1-8 20101216_LL_1-9 20101216_LL_1-10