Transfert, transfert…

Allez, aujourd’hui, il faut être courageux… La journée va être longue… Nous quittons Cusco et le Pérou pour Quito en Equateur, mais bon, nous allons prendre 3 vols pour cette petite balade…

Départ à 5 heures du mat de notre hôtel (Don Bosco). L’hôtel était sympa, dans un ancien bâtiment d’école mais les lieux communs étaient très froids… Le personnel génial et notre réceptionniste préférée nous a imprimé toutes nos cartes d’embarquement pour tous nos vols du jour : une vraie secrétaire… Ainsi, arrivés à l’aéroport de Cusco, nous n’avons plus qu’à donner nos bagages et à aller prendre notre petit-déjeuner.

Le premier vol Cusco-Lima part à l’heure : ça commence bien…

Arrivés à Lima, nous sommes surpris par l’aéroport très moderne avec même un Starbuck Coffee… (c’est dire !). Nous espérons trouver un bureau Iberia pour confirmer nos vols du retour en Europe mais c’est fermé, nous sommes dimanche et le bureau n’ouvre qu’au moment des départs des vols… Dommage…

Hop, sans problème et assez rapidement, nous embarquons dans le 2ème avion Lima-Guayaquil (Equateur). L’avion est grand : on se croirait dans un vol transatlantique, nous avons tous des TV et même si le vol est court, les enfants se jettent sur les vidéos pour regarder un film qu’ils ne verront forcément pas en entier… On a l’impression d’être dans le vol de retour pour l’Europe.

Nous sommes toujours dans les temps… Pas de retard donc pas de problème pour les correspondances.

A Guayaquil, longue, longue attente pour l’immigration, on se croirait à NY. En fait, les douaniers n’ont pas de système pour scanner les passeports et tapent donc toutes les informations des voyageurs. Forcément, ça prend un certain temps. Nous sortons comme des fleurs après une bonne heure d’attente. Il fait beau, les gens sont en tongs, un bonheur… Par hasard, je jette un œil sur le carrousel des bagages et je vois nos valises… Persuadés qu’elles allaient suivre toutes seules, nous n’avions pas pensé à regarder… Erreur… Vu que nous entrons dans un nouveau pays, nous devons passer la douane avec nos valises… Mais là, ça change tout !!! Nous sommes alors très en retard, pour le 3ème vol. Vite, on fonce, on prend les valises. On passe la douane en 5 minutes (heureusement), et on fonce à l’enregistrement pour redonner nos valises. C’est là que l’on voit que les enfants sont habitués maintenant. Ils suivent, ils portent, ils ne bronchent pas et c’est tant mieux, car ce n’est pas du tout le moment. Tous essoufflés, nous donnons nos valises et courons à la porte d’embarquement…

Forcément, c’est au bout d’une demi-heure que l’on apprend que l’avion a 1 bonne heure de retard… hihihi… C’est pas bien grave, c’est le dernier de la journée mais on aurait pu éviter de courir…

Arrivés à Quito, grosse déception, fini les 27°C de Guayaquil, il fait 19°C et il pleut franchement… Tant pis !!! On arrive à notre hôtel. On discute avec d’autres voyageurs sympas qui nous donnent des pilules anti maux de cœur pour le bateau aux Galápagos (ça promet!) et nous allons diner dans le restau suisse de l’hôtel. Là, le gérant nous accueille les bras grands ouverts et nous dit “Je vous attendais !!! Vos amis, les Galamez qui étaient là hier vous offrent l’apéritif !” C’est pas génial ça comme accueil ???

Et oui, nos amis, les Galamez, rencontrés à Cusco, viennent de passer 3 jours à Quito et nous ont trouvé une croisière aux Galápagos pour nous tous. Nous les rejoignons donc le lendemain sur Santa Cruz, une des iles principales des Galápagos.

Et nous voilà donc repartis, le lendemain à 8 heures pour l’aéroport de Quito. C’est le gros mais le gros BORDEL !!! Du jamais vu pendant ce tour du monde. On fait la queue pour l’enregistrement de notre vol pour nous entendre dire, quand arrive notre tour, “ah mais non, vous devez faire contrôler vos passeports d’abord pour payer la taxe des Galápagos !” On repart avec nos valises à l’autre bout de l’aéroport pour faire faire le papier puis on voit des gens faisant scanner leurs valises alors on s’inquiète et on se renseigne. Effectivement, pour aller aux Galápagos, il faut faire scanner et contrôler ses valises mais personne ne le dit avant, c’est tellement plus intelligent… Laurent et moi commençons à être un peu énervés car, là il faut carrément sortir de l’aéroport pour rerentrer avec les valises scannées. Encore une fois, les enfants suivent sans broncher !!! C’est un vrai jeu de piste et tous les touristes crient victoire quand ils obtiennent enfin leur carte d’embarquement.

Allez, on va pouvoir prendre le petit-déjeuner… Pas fameux mais bon, c’est mieux que rien. J’essaye de trouver le bureau Iberia dans l’aéroport mais là encore, il est fermé et n’ouvre que dans l’après-midi… Tant pis… On embarque finalement avec 2 heures de retard.

Arrivés à Baltra sur l’ile de Santa Cruz, il faut payer le droit d’entrée dans les parcs des Galápagos (100$US par adultes et 50 par enfant quand même), ensuite les chiens reniflent nos valises et nous embarquons dans un bus. Il fait chaud et bon… Un régal… Mais au bout de 10 min, le bus s’arrête et nous devons traverser un chenal en bateau, porter les valises, et les remettre dans un autre bus qui roule 45 minutes… Finalement, nous voilà à Puerto Ayora où nous sommes accueillis par nos amis à la sortie du bus…

Après deux jours de transfert, nous les avons rattrapé !!! C’est qu’ils courent vite les Galamez…

3 réflexions au sujet de « Transfert, transfert… »

  1. L’avion est rapide, le problème est effectivement entre les vols. Super « Loulous Lellu » nous sommes fiersde vous. Bisous

  2. Bonsoir à vous quatre,
    Nous avons prévu les Galapagos l’an prochain après avoir remonté le Pantanal brésilien puis traverser la Bolivie d’est en ouest et le Pérou où nous sommes déjà allés faire un trek de cinq semaines autour des cordillères de Vilcanota et Carabaya (400km). Vos tuyaux vont nous servir, merci pour ce compte rendu au moins vous allez en aider quelques uns, surtout pour l’enregistrement et faire scanner les valises!
    Oui Nelly, c’est vraiment dommage de s’être loupé sur San Pedro de Atacama car nous y étions en même temps et si nous avions su, nous vous aurions attendu, vraiment c’est rageant.
    Bonne continuation à vous quatre.
    Françoise et Gérard

  3. Bonjour à vous quatre,

    Bien reçu ton mail Nelly et nous te remercions cela va bien nous servir. Actuellement en Corse sous un chaud soleil nous avons malgré tout hâte de repartir retrouver notre « Hugo » à Buenos-Aires et reprendre la route. Mais nous sommes avec notre petite fille alors nous sommes heureux.
    Bon courage à vous et « take care ».
    Françoise et Gérard

Les commentaires sont fermés.