En route pour Copacabana

Alors, ce matin, ça va être du sport… Notre bus part une heure plus tôt vers Copacabana espérant ainsi éviter le blocage des grévistes à la sortie de la ville.

Nous partons dans notre gros bus et après 30 minutes de route, nous apercevons le premier blocage : de gros rochers sur la route et surtout des centaines de personnes qui empêchent tout véhicule de passer. Ce sont des habitants de l’alto, le quartier haut de la ville. Ils réclament de meilleures infrastructures pour leur quartier : eau courante, égouts, routes… Notre bus fait demi-tour dès qu’il voit les grévistes : il parait qu’il ne faut pas essayer de forcer le passage, sinon, le véhicule est assiégé.

Notre chauffeur va ainsi essayer 4 routes différentes à chaque fois barrées, parfois par des centaines de grévistes, parfois par juste 3 personnes… Mais le résultat est le même : on ne passe pas. Le bus emprunte des routes où même les voitures ont du mal à passer. Nous sommes ballotés dans tous les sens.

Nous arrivons sur un chemin en terre très étroit. Le bus s’arrête, le chauffeur descend regarder la route qui présente un trou et un fort dénivelé devant nous. Non, moi, je dis, ça passe pas… Les voitures devant nous passent en frottant leur bas de caisse… Ca passe pas, je te dis… Et bien si, il le tente…. Les autres conducteurs sortent de leur voiture pour regarder ça. Et oui, le gros bus de 40 places passe là où on n’aurait jamais cru qu’il passerait. C’est peut-être pour ça qu’il n’y a pas de blocage sur cette route d’ailleurs… Bravo, chapeau !!!

On nous annonce alors au micro que les barrages sont passés et que la route va être fluide jusqu’au lac Titicaca. On s’arrête 10 minutes plus tard dans une station-service pour se dégourdir les jambes et c’est là que Vincent a la bonne idée de vomir, une fois sorti du bus : Sacré pro du vomi notre Vincent…

Après une heure de route, on aperçoit le lac Titicaca sur les cotés du bus. Le fameux lac Titicaca : énorme : on dirait l’océan… Le bus s’arrête à un point de vue pour prendre des photos. Puis 45 minutes plus tard, on nous invite à descendre du bus pour prendre un bateau. Le bus prendra un ferry pour traverser le lac sur un petit estuaire. Petite balade sympa sauf que l’ambiance familiale n’est pas au top. Les enfants ne m’obéissant pas, je m’énerve, je gronde et Laurent n’approuve pas…. Ca jette un froid…

Encore 45 minutes de bus et nous arrivons à Copacabana, petite ville nichée entre deux collines et le lac. Le ciel est bleu, la ville nous parait vide. Notre hôtel (La Cupula) est sympa avec des petits jardins mais notre chambre est gelée… Nous avons deux petits estufas comme radiateurs (ce sont en fait des petits radiateurs d’appoint avec des gros filaments lumineux). Laurent branche le premier et la prise prend feu. Bon, va falloir faire autrement…

Nous allons déjeuner une bonne truite du lac en ville et faire une promenade dans la ville. Une bonne discussion en famille et le sourire revient… J’ai déjà envie de rentrer alors si, en plus, on s’engueule, ça va pas aller… Nous prenons nos billets de bateau pour aller le lendemain sur la Isla del Sol.

A 17 heures, nous entamons la montée vers le mirador pour voir le coucher de soleil sur le lac…. Ouille, ça monte dur et nous sommes bien essoufflés. Nous sommes à 3800 m et montons à 4100 en peinant. Mais ça en valait la peine, le coucher du soleil est très beau et nous rencontrons de nouveaux compagnons de voyage fort sympathiques : Camille et Mathieu et deux hollandaises que nous retrouverons le lendemain dans le bateau pour l’Isla del sol. Les enfants sont contents car Tierra, le chien de l’hôtel nous a accompagné jusqu’au sommet et semble bien nous aimer… Ils en oublient la difficulté de l’ascension.

A notre retour, nous dinons dans le restau de l’hôtel, très bon mais très très lent… Heureusement que le Uno occupe la famille. La chambre est toujours gelée à notre retour et nous tentons de faire un feu dans la mini cheminée de la chambre : ça ne durera qu’une heure mais nous gagnons qqs calories. Une foie réchauffés sous les couvertures, ça va bien mieux…

20110608_LL_00190-17 20110608_LL_00190-66 20110608_LL_00190-76 20110608_LL_00190-99 20110608_LL_00190-106 20110608_LL_00190-143 20110608_LL_00190-153

Une réflexion au sujet de « En route pour Copacabana »

  1. Coup de coeur absolu pour la première photo ! En fait, je vois bien ça (sans les poteaux électriques) en plan vidéo en intro d’un film sur la guerre du Salpètre ! Bisous de nous 4 et profitez bien de Cusco ! François

Les commentaires sont fermés.