Musée de l’urbanisme et Shangaï by night

Ce matin, je pars en vadrouille entre filles avec Catherine pour une belle séance shopping : objectif : m’acheter une robe chinoise en soie. Catherine m’emmène dans le bon quartier qu’elle connait. Après quelques demi-tours (le taxi, que nous avons pris était un peu paumé), nous arrivons devant un bâtiment abritant les échoppes de magasins de tissus et vêtements.

Au hasard, nous choisissons un stand tenu par deux sœurs. Il faut dire que deux trois modèles ont attiré notre regard. Je suis vite tentée d’en essayer quelques-uns… Mais y’a pas de cabine dans ces échoppes ! Pas de problème : un drap accroché dans un coin et voilà, tout y est… La première robe est superbe et la 2ème encore mieux… J’essaye de négocier un peu mais bon, ici c’est pas comme au copy… Je commande finalement les deux robes à ma taille et avec le tissu que j’ai choisi. Catherine se laisse aussi tenter par une robe. Les trois robes seront prêtes demain après-midi… Après la prise de mesure, nous voilà reparties…

Aujourd’hui, nous partons vers le People square pour visiter le musée de l’urbanisme. Nous arrivons dans le quartier bondé, déjeunons rapidement et arrivés devant le musée de l’urbanisme, un panneau indique : “pour l’exposition, aller à droite de l’entrée”. On prend l’escalier et on se retrouve dans un nouveau circuit commercial : des kilomètres de couloirs plein d’échoppes et pas d’entrée vers le musée… On ressort une bonne demi-heure plus tard, un peu paumés. On se retrouve, en fait,  à l’autre bout de l’esplanade, bien loin du musée… On reprend notre chemin mais, pour y arriver, il faut traverser la route : Impossible ! Les piétons doivent prendre un souterrain pour traverser et nous revoilà dans les sous-sols commerciaux. Allez soyons calme : on va finir par y arriver.

Une fois dans la place, c’est le calme par rapport à l’extérieur. Le bâtiment est très agréable. Les premiers étages proposent des images du vieux Shangaï. Puis les prochains, le Shangaï actuel alors que les derniers étages nous montrent les projets du futur Shangaï. On découvre une immense maquette du centre de la ville : elle fait plus de 30 m² et nous montre la ville de jour et de nuit. Sur la maquette (comme sur certaines cartes postales), on voit déjà la tour en construction qui dépassera en hauteur la tour japonaise (décapsuleur) actuellement la plus haute de la ville. Un peu plus loin, une salle propose un film à 360° qui nous permet de survoler la ville.

Les projets de la ville à venir sont grandioses : green : plus de 40% de la surface en espaces verts, Better city, Better life… On profite aussi des photos de l’expo et d’une exposition d’œuvres de Zili Li, peintre impressionniste peignant des paysages de Paris et de Shangaï.

A la sortie du musée, nous tenons notre promesse : un petit tour dans les manèges… Un tour en mini grand 8 puis sur les chaises volantes. Les enfants sont sur-excités et ravis.

Après, un autre manège nous attend. Nous prenons la rue du peuple, en début de soirée… OK, là , c’est plus la même histoire que la dernière fois. C’est archi blindé de monde. Tous les chinois sont de sortie… Une marée humaine… La rue du peuple mène jusqu’au Bond et on suit la marée.

On s’arrête en chemin dans un restau chinois au hasard… Encore une fois, une famille d’occidentaux dans leur restau et les chinois sont très étonnés et ravis… On note dans le restau le frigo chargé de crabes ficelés en cube.

A notre sortie, nous reprenons le flot de la marée humaine qui mène au Bund. C’est pas le moment de lâcher les enfants. Vincent se prend deux trois coups de coude ce qui l’énerve fortement et on le comprend. Arrivés sur le boulevard qui longe le Bund, la marée humaine continue encadrée par les soldats. On monte par un coté, on jette un œil sur la skyline et on redescend par l’autre coté, comme des moutons dirigés par les chiens… Bon, c’est pas très romantique tout ça… Au passage, les enfants se font encore alpaguer par deux trois familles de chinois qui veulent les prendre en photo.

Après ce gentil bain de foule, le nouvel objectif est de chopper un taxi : bien sûr, nous sommes les seuls à y avoir pensé. Blague à part, nous rejoignons la queue à la station de taxi et attendons gentiment notre tour. Arrive notre taxi, qui se fait prendre d’assaut par 3 mecs à la fin de la queue… Je me mets à gueuler bien fort, comme je sais si bien le faire, pour montrer mon mécontentement de m’être faite avoir… Et là, à notre grande surprise, deux policiers en moto s’arrêtent et ordonnent aux mecs de descendre du taxi… Assez récalcitrants, les mecs restent dans le taxi et l’un des policiers est obligé de descendre de moto pour se faire entendre… Ca chauffe… Les mecs finissent par sortir à notre grande satisfaction mais le taxi, ne voulant pas d’embrouille s’en va sans nous prendre à son bord… On finira par rentrer après une soirée bien mouvementée…

20101002_LL_1-220101002_LL_1 20101002_LL_1-3 20101002_LL_1-4 20101002_LL_1-5