Journée de transfert : Hanoï – Mui Ne

Bye bye Hanoï !!! Nous sommes heureux de t’avoir rencontrée mais pas mécontent de repartir : fuyons cette ville polluée, pleine de bruit et de trafic…

Pour nos amis voyageurs : passer 2-3 jours à Hanoï suffit largement. Cette ville permet de faire un pied à terre entre les excursions vers la baie d’Halong ou Sapa, par exemple.

Nous voilà en route vers Mui Ne, station balnéaire au sud du Vietnam.

Taxi pour nous emmener à l’aéroport, puis aéroport d’Hanoï, assez petit, ressemblant à nos vieux aéroports nationaux.

Vol Hanoï-Ho Chi Minh : 1 heure 45 avec un petit vietnamien de 3 ans derrière moi qui prend un malin plaisir à me mettre ses pieds dans la tête ou des coups dans le dossiers du siège… Charmant… Comme chez les chinois, (ou même comme chez nous finalement), certains enfants sont rois au Vietnam et peuvent faire ce qu’ils veulent.

A la sortie de l’avion, on se fait bousculer par une vieille dame qui ne supporte pas l’idée d’attendre une seconde dans l’allée de l’avion que Vincent attrape son sac… Charmant, je vous dis !!!

Bon, le challenge pour nous, c’est de trouver un taxi qui veuille bien nous emmener à Mui Ne (4 heures de route) sans nous arnaquer.

Le Vietnam est le pays des arnaques, il faut le savoir… Tous les guides et autres voyageurs nous mettent en garde… Il arrive que des chauffeurs soient d’accord sur un tarif avant de partir et vous demande le double à l’arrivée prétextant que le prix était par personne… Et ça ce n’est qu’une arnaque mais il y en a plein des comme ça…

A la sortie de l’aéroport d’Ho Chi Minh, on nous demande nos tickets de bagages pour vérifier que chacun repart avec ses propres valises et pas celles des autres… C’est bien, ils luttent donc contre les vols…

De même, nous avons l’agréable surprise de constater que la station de taxi est gérée par des officiels qui s’assurent que les clients montent dans un vrai taxi… Un officiel va donc négocier pour nous le trajet vers Mui Ne… Et nous voilà partis… Le chauffeur nous annonce 5 heures de route : il faut prendre son mal en patience…

Laurent occupe les enfants en leur faisant des révisions de leurs devoirs (Maths : tables de multiplication, Français : reconnaissance du verbe et détermination du temps). Je regarde le paysage… Il me semble que les 300 kms qui nous séparent de Mui Ne ne sont, en fait qu’une seule et même ville. Nous ne verrons que quelques kilomètres de campagne…

Nous croisons encore une fois toutes sortes de chargements sur les scooters. Notre chauffeur conduit prudemment mais je me retrouverai tout de même un peu crispée deux ou trois fois lorsque la voiture se trouvera sur la file de gauche face à un camion qui me semble tout proche…

Je verrai des étals (merci Claudy pour l’orthographe) immenses de fruits du dragon : on dirait des murs entiers… Et des échoppes, en veux-tu en voilà… De tout type : ferronnerie, roues de scooters, moteurs de tracteurs, meubles en bois, statues de pierre, cercueils… Je suis aussi étonnée de voir autant d’églises catholiques : immenses et parfois remplies…

Nous verrons aussi pas mal de studios photo de mariage comme en Chine.

Finalement, nous arrivons au bout de 4 heures avec soulagement… Le chauffeur n’a pas fait de pause et nous sommes quasiment sûrs qu’il est reparti directement pour le retour à Ho Chi Minh…

A l’arrivée à l’hôtel, grosse discussion à la réception : la réceptionniste veut garder nos passeports durant tout notre séjour… Or, nous, nous ne laissons jamais nos passeports à qui que ce soit… Nous avons lu que des hôtels affichaient des prix pour des boissons et qu’au moment de la facture (check-out), le prix est doublé… Face au refus des touristes de payer la facture, les hôteliers répondent : “tu payes pas, pas de passeports !!!” Alors nous, nous ne donnons jamais nos passeports… Voilà encore une fois le genre d’arnaques qui nuit à la réputation du tourisme au Vietnam.

La discussion va durer un bon 1/4 d’heure. La réceptionniste, charmante, nous explique que si les policiers arrivent pour un contrôle, elle doit avoir nos passeports sinon, elle aura des ennuis et je lui réponds gentiment que je vais lui donner une copie de nos passeports et que si les policiers viennent : elle n’a qu’à nous les envoyer et nous leur expliquerons. Nous aurons finalement gain de cause…

Dommage que nous soyons arrivés de nuit, nous ne voyons pas la vue, ni le confort de l’hôtel… Nous entendons la mer tout près et découvrirons la vue au réveil demain matin… Surprise !!!

 

Aujourd’hui, suite à la demande de certains de nos lecteurs, je vous joins quelques cartes pour voir concrètement où nous sommes….

Bisous à tous…

Nelly

Monde map_asia_fr  carte_vietnam_frCarte LESOURIRE A

Retour à Hanoï pour notre dernier jour dans le nord du Vietnam

Comme nous le pensions, c’est à 4h30 du matin que nous arrivons dans la gare de Hanoï… Forcément, on est un peu dans le pâté mais avec les boules Quies, on a bien mieux dormi qu’à l’aller… Nous avons croisé des espagnols dans notre voiture, fort déçus de ce train : apparemment à l’aller, leur train était bien mieux… Peut-être comme celui que l’on voit en photo dans les agences des tour operators mais que nous n’avons jamais vu en vrai…

Un homme nous propose de faire le taxi et nous acceptons son offre même si ce n’est pas un taxi officiel : on négocie avant de partir le tarif (son compteur en effet l’air complètement trafiqué)  et il nous emmène jusqu’à notre hôtel…

A 4 h 30 du matin, la rue n’est pas morte mais les étales sont bien différents de celles de la journée : ce sont des marchands de viandes qui sont dans les rues (bien plus calmes quand même). A gauche et à droite, nous sommes entourés de vendeurs qui découpent les carcasses de bœuf ou de cochons…

Bon, le truc c’est que l’hôtel est fermé avec un beau cadenas… Comme nous le pensions, nous sommes à la porte…

On décide d’aller au bord du lac pour attendre que le jour se lève… Comme des SDF, nous attendons sur un banc en regardant la ville se réveiller. Au fur et à mesure que les minutes passent, nous sommes de plus en plus entourés de vietnamiens qui viennent faire leur gymnastique du matin… Nous sommes vite rejoints par d’autres touristes qui, comme nous, sortent du train venant de Sapa… Une femme est installée par terre pour vendre des vêtements dans le noir et en 15 minutes, elle vendra au moins 3 articles : qui l’eût cru, à 5 heures du mat ???

A 6 heures, pour notre grand plaisir, le café du bord du lac (conseillé par Laureline et Maxime) ouvre. Hum, qu’on est bien !!! Un thé, un café, un jus d’orange et des croissants en regardant le jour se lever et en lisant le journal… Ca change des chaussures mouillées et pleines de boue de la veille dans l’humidité et le froid…

A 8 heures, on bouge : en regagnant notre hôtel, on s’arrête pour faire les derniers achats de Noël…

L’hôtel nous libère une chambre et nous allons dormir une petite heure pendant que Laurent retourne en ville faire quelques commandes que nous devons garder secrète, certains lecteurs étant concernés 🙂

Après un déjeuner plutôt occidental pour une fois (des croque-monsieur ou des pâtes), nous allons au spectacle de marionnettes sur l’eau de Hanoï, très connu, très réputé : tellement qu’il faut une semaine pour obtenir un billet…

Le théâtre est assez petit, les marionnettes jouent sur l’eau sous le son d’un orchestre vietnamien. C’est très joli, plein de lumières et ça plait beaucoup aux enfants…Le spectacle propose différents tableaux représentant des coutumes vietnamiennes : danses folkloriques, culture du riz avec les buffles, processions, dragons, cueillette de noix de coco…

A notre sortie, nous allons prendre une glace chez Fanny ice cream…. puis, nous nous séparons : certains pour aller travailler à l’hôtel et moi pour aller à la poste envoyer un nouveau paquet de souvenirs… Ici, c’est assez spécial, la poste ressemble à une échoppe et pas à un bâtiment comme chez nous… Je suis à moitié rassurée de laisser mon paquet là-bas mais bon…

A mon retour, nous contactons Mamylène par Skype puis les copains, Philou, Céline, Karim et Sam avec plaisir…

C’est l’heure des valises : nous partons demain pour Mui Ne où Laurent espère bien pouvoir faire du kitesurf ! Mais avant, une longue journée de transit nous attend …

Petit jeu :

Dans les photos ci-après, cherchez le cochon !

20101120_LL_1 20101120_LL_1-2 20101120_LL_1-3 20101120_LL_1-4 20101120_LL_1-5 20101120_LL_1-6 20101120_LL_1-7

Trek dans la région de Sapa : Jour 2 et 3

Réveil vers 8 heures : nous avons fait le tour du cadran. Malheureusement, le temps est toujours aussi pourri mais une chance, la pluie de la nuit s’est arrêtée…

Nos hôtes si charmants nous ont fait des crêpes pour le petit déj… Je retrouve le linge que j’ai lavé la veille au dessus du feu, pendu avec le cochon en train d’être fumé. Les chaussettes aussi du coup…

Nous remballons nos sacs et nous voilà repartis. Petit tour dans une école regroupant plusieurs communautés différentes : des H’Mong, des Tay, des Dao et des chinois. Les enfants jouent dans la cour : ils sont plein de boue… Ils se roulent dans l’eau pour jouer… Nous rentrons dans une classe de CP, CE1 comprenant une vingtaine d”élèves. Ils sont tous sages assis à leur pupitre. Nous proposons de chanter une chanson en français afin de briser la glace ; Erine et moi nous lançons et les enfants tapent des mains… Après deux chansons, nous leur demandons si ils veulent chanter eux aussi mais la maitresse nous répond qu’ils sont trop timides… Nous les laissons travailler… Je me demande bien, dans mon coin, comment on fait la classe à des élèves pleins de boue…

Notre trek nous amène dans un nouveau village, Supah, où il y a un petit marché qui permet aux habitants des montagnes de vendre leurs produits et aussi de s’approvisionner… Lan nous emmène dans un mini restaurant ; c’est, en fait un âtre dans une cuisine, un frigo pour les boissons et quelques tables et chaises sur une terrasse. Lan apporte ses produits fraichement achetés au marché et nous fait la cuisine, alors que nous nous reposons sur la terrasse (ce midi, nous ne sommes pas les bienvenus dans la cuisine). D’autres groupes sont attablés et alors que nous discutons, Erine voit arriver trois nouveaux touristes : Maxime, Laureline et un nouveau compagnon de voyage, Charles… Nous sommes ravis de les retrouver là… et apparemment, eux aussi… Nous dégustons ensemble notre repas : soupe de nouilles à la viande de porc….

Bon, Vincent va nous faire une belle frayeur… N’ayant pas bien mâché ses nouilles, il s’étouffe avec et ne peut plus respirer… A mon tour d’utiliser mes cours de secourisme, je lui tape dans le dos mais rien n’y fait donc, je commence des compressions thoraciques pour évacuer l’air des poumons et ainsi dégager les voies aériennes… Le voilà qui respire… Pfff… Quelle frayeur !!!

Une fois remis de nos émotions, nous reprenons la route avec Laureline, Maxime et Charles : nous dormirons dans le même “Homestay” ce soir…

La balade nous emmène sur des chemins sinueux très étroits et pourtant pratiqués par les buffles… Le temps ne s’est pas amélioré et Laureline et Maxime sont aussi déçus que nous de ne pas profiter des paysages.

Après 15 kms dans la journée, nous arrivons dans un village de la vallée, Bah Ho : ici, on construit un barrage qui doit donner de l’électricité pour 2011 : on entend les bruits des travaux qui s’ajoutent à ceux des détonations des mines de marbre plus loin dans la montagne… Ces travaux gâchent un peu le paysage ; en effet; étant maintenant dans la vallée, nous avons laissé les nuages au-dessus de nos têtes…

La maison qui nous accueille est bien plus grande : elle compte un étage pour les touristes avec plus de 20 matelas au sol… Nous ne serons que tous les 6 ce soir, Charles préférant fuir les enfants en allant dormir chez les voisins.

La soirée est bien sympa : diner tous ensemble mais entre nous (dommage) : nous demandons alors de nous joindre à nos hôtes dans la cuisine. Laureline et Maxime sortent leur jeu du cochon qui plaira bien aux membres de la famille qui sortent, de leur coté, leur vin de riz… On trinque, une, deux, trois, quatre, cinq fois… et les petits cochons roulent… C’est finalement Vincent qui gagnera la partie… Formidable ce jeu : pas besoin de parler la même langue pour le comprendre….

Laureline et Maxime se lancent alors dans la préparation de bananes flambées (à l’alcool de riz, bien sûr…). Et la maitresse de maison nous sort une bouteille d’alcool de derrière les fagots  contenant un serpent et un scorpion… Raghhh, j’ai horreur des serpents…. Allez, on se lance et on goute le truc… Sans regarder, j’entends Maxime dire : “Attention en versant, y’a la tête qui sort…”. L’alcool s’avérera pas très goutu : un peu comme un arrache-boyau… On se croirait dans ‘”les Bronzés font du ski”.

Après une bonne nuit de sommeil (moins bonne que la nuit précédente), nous nous réveillons d’abord avec le bruit des détonations à 5 heures du mat, puis des éboulis (pas très rassurants à puis avec le doux son de la pluie sur le toit… Aie, il pleut et bien fort en plus….

Autre petit problème, les chaussettes de Vincent qui séchaient près du feu ont fini dedans !!! Plus de chaussettes……

Allez, on ne se laisse pas démonter : Crêpes au petit déjeuner, quelques postures de yoga avec Laureline et on part tous en vadrouille… Vu le temps et l’état des chemins (voir Photo), on a choisi la version courte de la randonnée ce matin : balade dans le village, rencontres des familles : les buffles foulent le sol des rizières, les femmes brodent les vêtements, les hommes construisent une nouvelle maison, les cochons passent avec leurs petits…

Sols hyper glissants obligent, les deux loulous tombent les fesses dans la boue… Bon, on va nettoyer mais cette fois ci, on évite de faire cramer les vêtements prêts du feu…

Déjeuner fort bon et nous rentrons sur Sapa en voiture : c’est finalement là que nous aurons la meilleure vue des paysages…

Cet après-midi, la balade est différente : nous allons sur le marché de Sapa découvrir les étales de légumes, œufs, volailles, viande, oreilles de porc mais aussi des vers et du chien… Et oui, ici on vend du chien au marché… Bah, je peux vous dire que ça fait bizarre de se retrouver nez à nez avec du chien en morceaux… Brrr…. On la reconnut car ils vendent la tête avec le reste…

L’heure de la séparation avec nos amis a sonné… Nous nous recroiserons peut être en Amérique du Sud… Eux continuent leur voyage vers le Laos maintenant…

Et nous, nous rentrons sur Hanoi, par le train de nuit : le même qu’à l’aller mais cette fois-ci, nous dormirons bien mieux avec des boules Quies… Le départ aux alentours de 19:30 nous fera arriver à Ha Noï à 4:30 du matin .. pas trop cool pour la journée suivante…

20101118_LL_1 20101118_LL_1-2 20101118_LL_1-3 20101118_LL_1-4 20101118_LL_1-5 20101118_LL_1-6 20101118_LL_1-7 20101118_LL_1-8 20101118_LL_1-9 20101118_LL_1-10 20101119_LL_1 20101119_LL_1-2 20101119_LL_1-3 20101119_LL_1-4

Hanoi et Sapa : départ pour le trek

Beaucoup de choses à dire aujourd’hui…

Aujourd’hui, nous passons encore une journée à Hanoi avant de prendre le train de nuit pour Sapa… Matinée studieuse car dans les 4 prochains jours, pas d’école…Nous préparons nos sacs pour prendre le strict, strict minimum afin de porter le moins possible.

Puis nous partons en vadrouille, retrouvons Maxime et Laureline pour le déjeuner (ils ont toutes les peines du monde à obtenir leurs visas pour la Birmanie), puis nous nous séparons sans savoir où nous nous reverrons (ils font aussi un trek à Sapa mais pas dans les même villages que nous).

Nous partons pour le mausolée de l’oncle Ho : Ho Chi Minh. Nous arrivons dans un quartier plein de grandes maisons, toutes des ambassades; passons devant la grande statue de Lénine puis arrivons sur la grande place : ça nous fait franchement penser à la place Tien an Men, très vaste et sobre : image du communisme. Je vais d’ailleurs me lancer dans une explication sur ce qu’est le communisme aux enfants : Accrochez vous, c’est pas simple à expliquer comme notion… Assise par terre pour mes explications, je me fais gentiment virer par un garde… Oups…

Après la relève de la garde du mausolée et mes explications plus ou moins percutantes (comme dit Romuald Ducasse, aussi en voyage autour du monde en famille, on a plus de succès à raconter des histoires de Bakugans qu’à donner des explications historiques…), nous repartons vers le temple de la littérature.

Marchés dans les rues d’Hanoi, même hors du vieux quartier, c’est quelque chose : hormis le risque de se faire écraser toutes les 10 secondes, on en voit des choses… Des gens qui jouent au badminton sur le trottoir, des chargements de scooters toujours plus étonnants, des scooters qui prennent le virage intérieur en coupant par le trottoir, à fond la caisse…

Bon, pour le temple de la littérature, c’est loupé : on arrive après la fermeture. On s’arrête manger un goûter dans un café recommandé par le Lonely, le Smile Café… On mettra 3/4 d’heure pour obtenir une commande pas bien compliquée mais bon… Nous rencontrons un couple de Finlandais qui nous raconte être allé à Hué quelques jours pour leur voyage et y avoir passé 3 jours enfermés dans l’hôtel à cause des lourdes pluies… Décidément, on va devoir éviter le centre du Vietnam, qui est aussi touché par les inondations… 

Allez, retour à l’hôtel à pied, toujours ; diner sur le pouce et départ pour l’aventure…

Une personne vient nous chercher à l’hôtel pour nous emmener à la gare : en fait, elle prend le taxi avec nous. Fait intéressant, si on prend un taxi avec un vietnamien on paye 2 fois moins cher qu’en tant que touristes seuls… Même avec le compteur car il faut le savoir, il y a 2 vitesses au compteur…

Nous arrivons dans “la salle d’attendre” de la gare… Cette inscription en “français” va marquer les enfants… Notre guide nous confie les billets de train et nous accompagne sur le quai…

En fait, on est dans le noir relatif et on passe sur les rails pour passer d’une voie à l’autre… Strange !!!

Nous longeons le train qui parait bien vieux de l’extérieur…. Nous avons pris des billets DELUXE et j’en suis ravie… On découvre en effet les différentes voitures : avec juste des sièges inclinables, les couchettes à 6 par compartiment et la nôtre : 4 couchettes dans un compartiment avec draps propres… Nous sommes bien installés… Bon, ça reste quand même des couchettes en bois dans un train mais nous sommes bien, tous les 4.

En quittant Hanoi, nous voyons la

La nuit sera tranquille pour les enfants qui dorment en haut et plus mouvementée pour nous qui dormons en bas. Le train n’est pas un express mais plutôt une micheline qui s’arrête souvent en faisant pas mal de bruit avec les freins.

Réveil à 5 heures du mat : nous sommes à Lao Cai, carrément dans le pâté… Nous traversons de nouveau des rails pour sortir de la gare où un guide nous attend.

1 heure de route pour monter dans la montagne : on se croirait sur le chemin du ski… Douche et petit déj dans un hôtel frisqué et nous voilà partis avec notre guide Lan…

La mauvaise nouvelle, c’est que nous sommes dans le brouillard total et complet : la vraie purée de pois… On ne voit pas à 10 mètres…

Lan nous emmène sur un chemin très pentu, boueux et assez glissant pendant plusieurs kilomètres. Puis nous arrivons sur un chemin plus plat. Nous apercevons quelques paysages sympas le temps d’une éclaircie plus que rapide… Lan nous explique plein de choses sur les communautés du coin. Deux H’mongs nous accompagnent habillées en vêtements traditionnels, elles rejoignent leur village en portant notre déjeuner.;

Au bout d’une heure et demi, nous arrivons dans un village de montagne…quelques maisons par ci par là en autarcie complète (les cochons et le poules se baladent autour de nous). Laurent pense que nous avons fait la moitié du chemin pour la matinée mais Lan annonce “dans 3 heures, on arrivera au prochain village pour le lunch” .. Ouch 

Les enfants se font faire un bâton de marche en bambou, bien utile dans les descentes glissantes, en sont très fiers ce qui relance la motivation de tout le monde.

C’est donc après 4h30 de marche soutenue dans la purée de pois que nous arrivons dans la maison de nos deux accompagnatrices pour le déjeuner ! Les enfants sont crevés et Vincent tombe en traversant un ruisseau à une centaine de mètres de la maison !  Nous arrivons au village de Hàut Cao.

Nous sommes dans une maison en bois dont une partie est réservée pour les bêtes (cochons…) et une partie pour la famille. Dans un coin, il y a un feu de bois pour faire la cuisine. Les femmes s’y assoient sur de tout petits bancs pour cuisiner dans des woks ou des casseroles sur le feu. Dans un autre coin, il y a une table basse avec des bancs pour le repas et enfin dans un dernier coin : incroyable mais vrai : une TV avec lecteur DVD et ampli !!! Et oui…

Nous nous installons autour du feu pour les regarder cuisiner, puis autour de la table alors que les cochons pointent le bout de leurs nez à la porte.

Nous mangerons un excellent repas à base de Tofu, de riz et de légumes et fruits en dessert. Toute la famille est très souriante. A la fin du repas, nous rejoignons le chef de famille devant le feu pour le regarder fumer avec sa pipe à eau. Il proposera même aux enfants d’essayer…

Nous repartons en forme et pour cet après-midi, nous ne ferons que 2 heures de marche. Malheureusement, le temps ne s’est toujours pas levé.

Après le village Olang La Chai et une descente dans laquelle nous croisons des enfants qui remontent du bois sur leur dos, nous arrivons chez nos hôtes pour la nuit, de la communauté des Dao. Une nouvelle maison en bois ayant une cuisine séparée avec un âtre et une salle commune : nous dormirons à l’étage dans l’ancienne réserve d’entreposage de riz (juste la place pour 3 lits). Nous sommes accueillis par une tasse de thé. Les enfants jouent sur le coté alors que nous nous reposons un peu, impressionnés par nos deux loulous qui ont avalé tous ces kilomètres sans broncher.

Un peu plus tard, nous découvrons les chutes d’eau dans la rivière un peu plus bas et le pont suspendu où passent les buffles poussés au cul par leur gardien…

La préparation du repas fera l’objet d’un article “What’s for dinner !” mais je peux déjà vous dire qu’ils sont très bien organisés…

Nous passons à table après une douche au baquet avec de l’eau chauffée au feu de bois. Nous dinons tous ensemble avec la famille et malheureusement devant la TV… Ils sont scotchés à cette TV. Ils n’ont l’électricité que pour la lumière et pour la TV (même pas pour l’eau chaude). En fait, l’EDF vietnamienne leur donne l’électricité gratuitement pendant 3 mois et une fois qu’ils sont bien habitués, ils leur demandent de payer (un peu comme Canal +)…

Nous trinquerons maintes fois avec des petits verres de vin de riz fait maison, bien sûr… Một hai ba bốn : un, deux, trois, quatre et cul sec…

Après une soirée fort sympathique, nous nous couchons, comme les poules, crevés de la nuit passée dans le train mais aussi de ces 17 kms de trek dans la boue…

Emmitouflés dans notre sac à viande, notre couverture et notre moustiquaire (après avoir tué un cafard dans le lit), nous fermons le yeux et ne les rouvrirons que le lendemain…

20101116_LL_1 20101117_LL_1 20101117_LL_1-2 20101117_LL_1-3 20101117_LL_1-4 20101117_LL_1-5 20101117_LL_1-6 20101117_LL_1-7 20101117_LL_1-8 20101117_LL_1-9 20101117_LL_1-10

Ha Long Bay : Day 2

Ce matin, réveil par le moteur du bateau qui se remet en route. Après une nuit dans la baie toute calme, le bateau se dirige vers une île.

Nous accostons pour grimper au Ti Top afin de bénéficier d’une magnifique vue sur la baie. 347 marches à grimper au petit matin avant le p’tit déj… Mais nous sommes les premiers, seuls…

Que c’est beau !!! On le dit souvent ça sur le blog mais croyez moi, c’est beau !!! Inoubliable pour nous…

Nous faisons plein de photos, un peu de yoga en haut vu le calme et la beauté du site. Laureline et Max nous donnent de bonnes idées de poses-photos…

Au retour sur le bateau, petit déjeuner… Puis le bateau se remet en route lentement mais surement vers la ville d’Ha Long. Les 3 heures de navigation nous laissent le temps d’apprécier les lieux en discutant avec nos amis et aussi en faisant l’école aux enfants.

Une fois arrivés en ville, le petit bateau nous dépose sur la rive et nous allons déjeuner dans un hôtel un peu plus loin avant de reprendre la route.

Snif, c’est fini…Ca valait franchement la peine d’y aller… C’est très très beau.

De nouveau 3 heures de route pour rentrer, avec les voitures et camions qui se doublent à 3 sur 2 voies… Vincent aura un peu mal au cœur, juste avant la pause heureusement…Les paysages défilent : beaucoup de villes avec des maisons très étroites et très longues comme en Belgique, sauf qu’elles sont seules et pas forcément accolées à une autre : ça fait très bizarre… Y aurait il un impôt à la taille de la façade ici ?

Un peu plus loin, on voit encore des scooters qui transportent des marchandises insolites : plusieurs cages à poules entassées les unes sur les autres ou encore une jeune femme avec une dizaine de sacs remplis d’eau et de poissons rouges…

Le chauffeur nous dépose devant l’agence de voyage et pas à l’hôtel : nous voilà dans le cœur du vieux Hanoï de nouveau avec ses klaxons et ses scooters partout.

C’est fou, les scooters foncent et klaxonnent en passant même si il n’y a personne devant : c’est juste pour prévenir…

Tout à coup, je suis happée par l’arrière, une sangle de mon sac à dos s’est accrochée à un scooter qui me frôlait de près : la sangle a été arrachée du sac et le conducteur du scooter trouve encore le moyen de m’engueuler moi… Non mais !!!

Erine est aussi un peu barbouillée du voyage… Nous nous reposons un peu à l’hôtel puis ressortons diner au Little Hanoi : super bon…. Comme dit Erine, c’est un restau classe car on n’est pas assis dans la rue mais sur des tables dans un restaurant, même s’il ne compte que 5 tables (et que ce n’est pas si “classe” que ça)…

Petite aventure de Laurent : ce soir, vers 22:00, je sors faire une petite course au marché. Juste à côté de l’hôtel, je vois un homme gisant par terre en plein milieu du carrefour dans l’indifférence générale. Les gens mangent sur les trottoirs comme si de rien n’était alors que des scooters frôlent l’homme à terre. Une voiture arrive et l’évite de justesse puis repart. Je suis effaré par le manque d’empathie des vietnamiens autour. Je me dirige vers l’homme à terre, complètement “bourré” et plein de vomi. Je le secoue un peu et aucune réaction. Je me dirige alors vers des vietnamiens à table en leur disant en anglais “eh, il faut le bouger celui-là, il va se faire percuter par une voiture”. Ils me disent gentiment qu’ils ne veulent pas bouger … J’insiste un peu et finalement, un vietnamien me tape dans le dos et me propose son aide.. Le mec est super fin mais super lourd (et puis, il ne nous aide pas beaucoup le bougre)! on arrive quand même à le bouger et à le remettre sur le côté de la route. Bon clairement, il est pas au top, il est à demi conscient  mais il respire bien … Je me sers alors de mes supers cours de secourisme (merci Julien) et le met en position latérale de sécurité pour éviter qu’il ne s’étouffe avec son vomi! et hop, il revomit un coup. Une femme vietnamienne m’aborde et discute un peu avec moi, visiblement étonnée que je m’inquiète du sort d’un alcoolique local. Je reste quelques minutes puis continue finalement mon chemin, un peu déboussolé encore par l’indifférence générale.

Je croise un peu plus loin des jeunes qui brulent des faux billets en offrande à leur Dieu. Je discute quelques minutes avec eux puis ils me tendent une liasse de (faux) billets pour rajouter au foyer ! ils sont très sympas mais ne parlent pas anglais alors la discussion est limitée .. Je prends une petite photo des 2 compères puis fais ensuite ma petite course de Noël (mais chut, c’est un secret) et retourne en direction de l’hôtel. Je repasse voir mon copain alcoolique (on est presque pote maintenant !) qui git toujours là où on l’a laissé. L’homme qui m’a aidé à le transporter vient me voir et m’explique que c’est un habitué du quartier et que c’est tous les soirs comme ça, qu’il ne faut pas s’inquiéter et que, dans quelques heures, il retournera au lit. Je retourne auprès de ma petite femme qui écrit justement le blog de la journée et lui raconte mes “aventures” …

Demain, nous prenons le train de nuit pour aller à Sapa où nous allons faire deux jours de trek dans la montagne et dormir chez l’habitant… L’aventure continue…

20101115_LL_1 20101115_LL_1-2 20101115_LL_1-3  20101115_LL_1-5 20101115_LL_1-6 20101115_LL_1-7 20101115_LL_1-8

La baie d’Ha Long et les 7 ans de Vincent

Aujourd’hui, nous avons vécu un de nos MUST du tour du monde… La baie d’Ha Long à bord d’une jonque, c’est GRANDIOSE !!!

Réveil à 6 h 30 en chantant un Joyeux anniversaire à notre grand garçon : VINCENT a 7 ans aujourd’hui !!!!

Après un peu d’inquiétudes de ma part, le guide passe finalement nous prendre à 8 heures et nous retrouvons Laureline et Maxime dans le bus accompagnés de 2 jeunes femmes de Hong Kong et un espagnol… Tout ce petit groupe s’élance vers la Baie d’Ha Long…

Après 3 heures de route… à la vietnamienne (en doublant sur 3 voies alors qu’il n’y en a que 2…), nous arrivons sur un grand parking plein de minibus et de touristes. De loin, on aperçoit les jonques dans la baie… En fait, nous devons attendre car les bateaux déchargent les touristes de la veille avant de prendre ceux du jour : un vraie usine…

Une barque à moteur nous attend dans le port pour nous emmener dans notre bateau. Nous embarquons tous les 10 (avec le guide). Vite les embruns viennent nous fouetter le visage : il y a pas mal de mouvement aujourd’hui dans la baie et notre capitaine va devoir s’y reprendre à 3 fois avant d’accoster sur notre bateau. Erine crie “Super, j’adore le bateau!!!”

Magnifique bateau tout en bois… Nous ne sommes que 9 clients : le bonheur !!! Les cabines sont magnifiques avec douche et toilettes dans chacune d’entre elles. Le pont supérieur offre une superbe vue avec transat… Les enfants sont très excités et Vincent semble ravi pour son anniversaire…

Le déjeuner à base de fruits de mer sera très copieux et très bon et après un court repos sur le pont à regarder le paysage, nous accostons près d’une grotte : une des plus grandes du monde… C’est vrai que c’est immense et plein de stalagmites et de stalactites… Du haut de la grotte, on a une belle vue sur la baie et les jonques.

A notre retour sur le bateau, nous enfilons nos maillots de bain pour aller faire du kayak… Les enfants sont ravis… Et pour Vincent, c’est une première… Il monte avec Laurent et je prends Erine. Nous partons au milieu des paysages karstiques et passons sous un tunnel pour arriver dans une cirque entouré de roches d’une cinquantaine de mètres de haut: on se croit dans le film La Plage avec Di Caprio… Il y a beaucoup d’échos, l’endroit est très apaisant, grandiose. On se sent tout petit en kayak face à ses pics… C’est une super expérience.

Erine et moi observons un truc blanc dans l’eau : une méduse ? Non une seiche… C’est la première fois que je vois une seiche nager et de si près…

En repartant, nous allons voir une autre grotte : là c’est dur : ça tire dans les bras, il faut dire qu’Erine ne rame pas beaucoup…

Petit passage de Laurent: en ce qui concerne Vincent, il rame à contre sens mais il est tellement content que je ne dis trop rien… j’ai bien essayé de lui expliquer mais il s’énerve alors je le laisse faire (c’est son anniversaire après tout). Les distances me paraissent donc d’autant plus longues car je dois ramer pour … 3. En plus, plus il force dans les bras, plus il est content de “m’aider" et moi, plus je dois compenser avec les sourires ! De temps en temps, je l’incite donc gentiment à se reposer un peu. Finalement, pour les dernières 10 minutes, il se met à ramer dans le bon sens…  bref …

A notre retour au bateau, j’apprécie un bon thé sur le pont, seule à regarder la nuit tomber….

Puis, c’est l’heure des cadeaux : quoi offrir à son fils de 7 ans, à l’autre bout du monde, quand on n’a pas de place dans les sacs ? Ce sera des Bakugans (achetés en Chine pour 2 euro les 9), un coussin tout doux en forme de mouton (son animal favori) et un porte clé Mario (acheté en Chine)… Il est ravi…

En plus Maxime et Laureline lui ont aussi fait un cadeau : un tampon avec son prénom…

Après un succulent repas encore très copieux, il aura même un très beau gâteau d’anniversaire…

Objectif réussi : Il sourit, ravi de son anniversaire et nous, nous sommes ravis d’avoir réussi l’impossible : lui faire un chouette anniversaire sans la fête avec ses copains !!!

La baie d’Halong, c’est magique… Je ne m’attendais pas à ça… On nous avait dit qu’il y avait énormément de touristes : oui, c’est vrai mais tous dans des jonques qui vont avec le paysage et franchement, ça ne gâche rien à la magie de l’endroit… Ca restera pour moi un moment fort de ce grand voyage…

20101114_LL_1 20101114_LL_1-2 20101114_LL_1-3 20101114_LL_1-4 20101114_LL_1-5 20101114_LL_1-6 20101114_LL_1-7 20101114_LL_1-8

Hanoi : Old town Jour 2

Ouf, ce matin, tout va bien, plus de maux de tête : rien de tel qu’une bonne nuit réparatrice. Allez tous au petit déjeuner et à l’école…

L’école commencera un peu plus tard ce matin car les enfants regardent “C’est pas sorcier” sur TV5 Monde gentiment mis sur la TV de l’hôtel par notre serveur… Ils adorent…

Vincent lit la fin de l’histoire de Jack et le haricot magique et Erine un documentaire sur les lions, pendant que j’organise le voyage en Thaïlande et que Laurent trie des photos.

Nous voilà repartis, déjeuner rapide dans un “restau de rue” : comme hier, un Pho Ga mais avec des nouilles… Puis nous nous dirigeons vers le pont Long Bien bridge construit par Eiffel.

Nous y retrouvons nos amis Laureline et Maxime assis gentiment à l’entrée, regardant circuler les mobylettes qui débouchent du pont… Tout d’un coup, un grand bruit nous fait sursauter, c’est le train (ancien le train, Vincent demande si il y a vraiment des gens dedans derrière les grilles et les cartons : mais oui, on y voit des têtes…) qui part de la gare juste à coté pour traverser le fameux pont…

Allez, on se le fait !!! On part tous les 6, à pied le long du pont. Il est très long et nous regardons, tout le long de notre promenade, les différents vélos et scooters plus ou moins chargés…

Alexandre, que nous avons rencontré à Bali nous avait dit y avoir passé 3 heures. On peut le comprendre : nous reconnaitrons in situ certaines de ses prises de vue…

Nous traversons ainsi le fleuve rouge : on se croirait au dessus de la Loire, sur le pont de fil (ou presque : la circulation et les trains en moins…). Il y a aussi de nombreux potagers en dessous…

Il est tout de même en piteux état, le pont : tout rouillé et les dalles de béton sur lesquelles nous marchons sont très très fines…

Arrivés au bout, nous dégustons des clémentines, morceaux d’ananas et oranges achetés à une vendeuse sur le bord de la route.

Un petit tour dans le quartier et on repart dans l’autre sens en croisant sur le pont, les marchands de maïs, de fruits mais aussi de poissons super frais car ils sautent encore….

Laurent et Max échangent des signes avec les bateliers des péniches qui passent en dessous…

Ensuite, direction le lac et le Fanny Ice cream : on va se faire une belle glace tous ensemble !!! La balade a été assez longue aussi le calme et l’ambiance du glacier sont appréciables.

Erine et Vincent se bouchent souvent les oreilles et se plaignent du bruit de la rue : c’est vrai que c’est très fatigant et à la fin de la journée, on sent qu’on a souffert de la pollution…Dire qu’il y a 20 ans, il n’y avait quasiment pas de moteurs dans la ville d’Hanoï : tout se faisait à vélo… Ca devait être chouette…

Au retour, nous nous arrêtons dans une micro brasserie pour gouter la bière de rue… Elle est bonne, légère et fraiche !!!

Puis, nous allons diner dans un petit restaurant bien sympathique : le Ladybird restaurant : des rouleaux de printemps (les premiers pour nous), une salade de fleurs de bananiers et jets de soja et des crevettes entourées de porc sans oublier la banane flambée en dessert… hummm…..

Ce soir, nous préparons nos sacs : demain, nous partons sur la baie d’Ha Long pour deux jours… Et oui, nous allons fêter l’anniversaire de notre grand Vincent sur la baie d’Ha Long… Donc pas de nouvelles demain, pour les assidus du blog… Voilà les aléas de la vie en direct….

20101113_LL_1 20101113_LL_1-2 20101113_LL_1-3 20101113_LL_1-4 20101113_LL_1-5 20101113_LL_1-6 20101113_LL_1-7 20101113_LL_1-8 20101113_LL_1-6 20101113_LL_1-7

Hanoi : Old Town

Après une journée de transit mouvementée (erreur de cartes d’embarquement, chute de Laurent en portant les valises, vol avec 2 heures de retard suite à une panne, décelée une fois que tout le monde était installé dans l’avion, turbulences…), nous arrivons bien tard à Hanoi… Dommage, ce n’est pas pratique pour notre première découverte du pays : il fait tout noir !!!

Après une bonne nuit dans notre hôtel familial et un bon petit déjeuner, Laurent part à la découverte du quartier (objectif : retirer de la monnaie locale et trouver une carte), moi, je fais l’école… Gros problèmes de Vincent avec la géométrie : c’est décidé : la géométrie c’est pas son truc !!! Erine s’arrache les cheveux avec des multiplications qui s’avèreront finalement toutes juste…

Laurent revient en me disant : “On se plaignait des scooters à Bali, on n’avait encore rien vu : ici c’est 1000 fois pire…”

Allez c’est parti et il faut trouver quelque chose à manger. Notre hôtel est au cœur de la old town : la ville fourmille de scooters et d’échoppes. Chaque rue porte un nom différent décrivant le type d’articles vendus : rue de l’emballage (scotch, fils plastiques, sacs d’emballage), rue des ferronniers, rue de l’outillage, rue du textile, rue des chaussures…

Nous sommes dans la rue de l’emballage, entourés de magasins de rubans adhésifs de toutes les tailles… Les scooters sont partout, sur les trottoirs, sur la route, dans les magasins.

Nous nous arrêtons dans une rue perpendiculaire très étroite où il y a nombre de “restaurants” de rue : en fait, c’est un fourneau qui permet de cuire riz et brochettes entouré de toutes petites tables et chaises en plastique pour s’assoir (façon table de jardin pour enfants de 3 ans). On prend le premier qui nous vient. La “maitresse de maison” nous installe sur une grande table dans son garage à coté des scooters et caisses de bouteille vide. Elle lave vite fait-mal fait la table et nous sert à chacun une assiette de riz avec brochette de viande, petits palets de viande emballé dans des feuilles d’épinards (à tremper dans le jus) et une soupe… C’est assez bon, ma foi… Nous mangerons, tous les 4, pour 4 euros…

Nous partons ensuite à la découverte de ce quartier, les yeux grands ouverts. Il y a beaucoup à découvrir mais la forte circulation, le bruit des klaxons incessants et la surveillance soutenue des enfants afin d’éviter qu’ils ne se fassent écraser, nuisent un peu à la découverte. Vite, Vincent se plaint du niveau sonore… C’est sur que ça change de la tranquillité de la villa de Bali…

Nous découvrons les ferrailleurs, les marchands d’échelles en bambou, les marchands de bricolage, les sculpteurs sur bois faisant des tampons…

Nous retrouvons nos compagnons de voyage, avec grand plaisir : Maxime et Laureline avec qui nous arpentons les rues à la recherche d’un café où boire un verre.

Les recommandations du Lonely Planet nous amènent dans un autre quartier tout proche dans un établissement, qui, comme beaucoup, a bien augmenté ses tarifs depuis qu’il est mentionné dans le Lonely… Nous discutons de nos nouvelles aventures depuis que nous nous sommes quittés à Bali. Max et Laureline sont arrivés au Vietnam il y a plus d’une semaine et ont bien des choses à nous raconter.

Nous décidons d’aller diner ensemble ce soir et sur le chemin, nous nous arrêtons à la Cathédrale d’Hanoï : cérémonie en cours devant une audience attentive. Etonnamment, l’église est pleine pour la messe du soir. C’est assez marrant d’entendre certains alléluia prononcés à la vietnamienne…

Court passage à l’hôtel pour utilisation de Skype et dégustation du vin local offert par la maison et nous repartons vers le restaurant : Highway 4 (recommandé par le Lonely Planet). Nous arrivons devant un restaurant plein et on nous fera attendre plus d’une heure pour avoir une table (nous promettant régulièrement que dans les 5 minutes nous serons installés).

Grand expérience : nous commandons des criquets… Ma foi, ça a du gout et ça croustille sous la dent. Nous aurions pu aussi déguster un ou deux cafards que je vois passer sur la table d’à coté… Les enfants auront une papillote de viande servie sur les flammes dans leur assiette…

Malheureusement, le vin local me tape sur la tête et je me paye un beau mal de crane… Nous rentrons tard à l’hôtel et je me couche malade faisant promettre à Laurent de toujours me rappeler de ne plus boire de vins locaux…

 

  20101112_LL_1 20101112_LL_1-2 20101112_LL_1-3 20101112_LL_1-4 20101112_LL_1-5 20101112_LL_1-6 20101112_LL_1-7