Bye bye Nouvelle Zélande !

Comme pour tous les pays, voici l’heure du bilan, des souvenirs…

Clairement, nous avons adoré ce pays et toutes les expériences que nous y avons vécues…

On a eu énormément de chance avec le temps, très peu de précipitations contrairement aux Ducasse qui étaient là il y a deux mois et qui ont subi pas mal d’intempéries… On n’aura vu la pluie 3 fois seulement en 3 semaines, malgré les statistiques de précipitations ENORMES !!! (4500 mm par an dans certaines régions). On a eu du bol…

Outre les expériences extraordinaires de la nage avec les dauphins, de la marche sur le glacier, de la fabrication des couteaux ou de la balade à cheval…, nous nous souviendrons :

  • des étendues de pâturages pleines de moutons ou de vaches
  • des gros camions de lait sur la route : camion double qui doublaient même le camping-car
  • des ponts à une seule file traversant les rivières sur l’île du sud
  • de l’amabilité des gens, partout …
  • du nombre de camping cars que nous avons croisés : du jamais vu…
  • sans parler des cyclistes, voyageant avec leur tente que l’on a vu en nombre : chapeau !!!
  • du sentiment de sécurité : ici les gens laissent leur vitre ouverte sur le parking des supermarchés
  • des kiwis : ici il y a 3 sortes de kiwis : les néozélandais appelés kiwis, les fruits et les oiseaux nocturnes : ceux là, on ne les a pas vus… Juste un seul au Te Paui dans une salle.
  • de la côte ouest, superbe, le soir, au coucher du soleil
  • des “sandflies”,  aberration de l’évolution de notre point de vue .. petites mouches qui piquent et laissent des boutons qui grattent à mort, même encore après 3 semaines !
  • des maoris : costauds, très costauds mais aussi souvent obèses, très obèses… Plus présents sur l’île du Nord que sur celle du Sud…
  • des néozélandais qui marchent pieds nus partout : dans la rue, dans la station service, dans les magasins…
  • des matchs de rugby vus à la TV et en live
  • les noms à rallonge en maori
  • des paysages verts vallonnés à perte de vue : la Nature avec un grand N…

Erine gardera le souvenir des dauphins, des couteaux et de la promenade sur le glacier.

Vincent, clairement, pour lui, c’est le pays des moutons, pour son plus grand plaisir d’ailleurs…

Nous aurons passé deux semaines dans l’île du Sud et une seule dans l’île du Nord. Nous avons préféré l’île du Sud, plus nature, plus authentique…

Voici le trajet entier que nous avons effectué… On n’a vu, encore une fois qu’une toute petite partie du pays…

carte nouvelle_zelande trajet entier 20110227_LL_00064-255 20110228_LL_00065-343 20110305_LL_00073-28 20110308_LL_00078-99 20110309_LL_00080-130 20110309_LL_00081-6 20110310_LL_00082-10 20110312_LL_00083-246

Question gastronomie, même remarque qu’en Australie, ce n’est pas leur point fort… Outre le Fish&Chips et les langoustes au BBQ, nous ne noterons rien d’exceptionnel…

Auckland

Franchement, décevant, comparée à Wellington, par exemple, Auckland nous a paru sans intérêts…

Nous y avons passé deux jours dans un appart hôtel fort sympathique après toutes ces semaines en camping car. On avait l’impression de se retrouver un peu à la maison. Nous avons arpenté la Queen Street, rue commerçante où on retrouve toutes les boutiques classiques puis le quartier Parnell, avec un peu plus de caractère. Nous avons pris LA photo devant le décompte des jours, heures et minutes avant la coupe du monde de rugby.

Par hasard, nous sommes tombés sur une manifestation de design et sommes passés de boutiques en boutiques pour cette journée portes ouvertes. Chaque magasin proposait en plus des cocktails, des bonbons et même une fontaine de chocolat comme à Bruxelles. Nous en avons profité pour visiter des boutiques dans lesquelles nous ne serions surement jamais rentrés autrement.

Et au détour d’une galerie, nous avons rencontré Charlotte et Sam, deux français faisant aussi le tour du monde (on se reconnait tous à notre tenue vestimentaire). Nous avons accroché tout de suite avec ce couple et finalement, nous avons passé l’après-midi et la soirée ensemble…

Il a fallu couper l’après midi par une séance de courses dans le parc, histoire de défouler les enfants, qui commençaient sérieusement à s’ennuyer…

Nous nous sommes racontés de nombreuses anecdotes sur nos voyages et avons partagé nos sentiments sur les pays visités. Soirée fort sympathique… Nous les retrouverons en Polynésie car ils prennent le même vol que nous vers l’île de Pâques.

Après leur départ vers minuit, nous avons la surprise d’entendre l’alarme à incendie dans tout l’hôtel : EVACUATION… Sympa de retrouver tout le monde sur le trottoir en pyjama à 1 h du mat… Après la visite des pompiers, nous avons tous pu regagner nos lits… C’était juste histoire de faire un peu d’exercice dans la nuit : descendre 13 étages par l’escalier de secours avec les enfants dans les bras…

Les enfants sont fatigués et aussi fatigants ces jours-ci. Vincent colle sa sœur de plus en plus, la touche, la pince, la mord… Elle, elle en a marre… Ils sont pénibles : ils sautent partout, crient, n’écoutent rien… On espère que les deux semaines à Tahiti vont nous permettre de nous ressourcer et de les remettre sur les rails. Erine a eu une grosse crise de larmes aujourd’hui, pleurant l’absence de ses copines. Ils sont crevés…

Tahiti, Bora Bora, Maupiti, nous voilà !!!!

20110318_LL_00089-17 20110318_LL_00089-23 20110318_LL_00089-28 20110319_LL_00089-10 20110319_LL_00089-15 20110319_LL_00089-73 20110320_LL_00090-28

Une journée en camping car

Suite à la demande de notre amie Titou et après 8 semaines passées en camping car, nous allons vous montrer comment se passe une de nos journées.

P1070258 Notre Camping car fait 3,4 m de haut et 6.3 mètres de long : assez facile à conduire…

 

 

 

 

 

 

Réveil à 8 heures : et oui, faut pas oublier qu’on est en vacances quand même…

Première étape : refaire le lit des parents pour pouvoir mettre la table. Nous dormons en bas, alors que les enfants ont leur lit tout fait, en haut de l’échelle, au dessus des places conducteur et passager.

Petit-déjeuner en famille… On a tout ce qu’il faut : un gazinière pour faire chauffer le chocolat chaud et le thé et café du matin… On a même un micro-ondes et un grille-pain mais utilisables seulement lorsque nous sommes branchés sur le secteur c’est à dire dans un camping.

P1070191 P1070192 P1070193

Puis on se lave les dents et la figure dans notre toute petite salle de bains…

P1060996 P1060997

Désolée Titou, pas de photo de Laurent dans la douche… Il a refusé catégoriquement … de peur de faire des jaloux (NDL) !

Là, il faut s’assurer que tout est rangé dans les placards, que rien ne traine et que tous les placards sont verrouillés, sinon après les premiers mètres en roulant, on a des surprises… Tout s’ouvre et tout se casse la gueule… On vérifie aussi que le gaz est coupé.

Dernier petit contrôle : vérifier que la trappe des toilettes est bien fermée car je vous laisse imaginer le résultat dans le cas contraire…

Pendant nos trajets, les enfants sont attachés à l’arrière devant la table. Ils lisent, jouent à la DS et parfois même regardent Scooby-Doo en espagnol sur la TV-lecteur DVD du camping-car.

Vers midi et demie : pause déjeuner… On sort de notre super frigo tout ce qu’il faut pour faire des tartines comme en Belgique…

P1070314 P1060995

Nous avons même instauré le concours de calculs mentaux pour chaque enfant afin d’avoir droit ou non au carré de chocolat en fin de repas…

Une fois la vaisselle faite et de nouveau rangée, on repart…. En fait, c’est super pratique, on s’arrête où on veut pour manger ou faire l’école ou autres…

Tout est rangé dans les super multiples placards de rangement dans le CC : un pour le Pt déj, un pour la nourriture, un pour les vêtements des enfants ou les nôtres, un pour les livres et jouets des enfants, un pour les affaires de toilettes…

Après les activités de la journée, nous recherchons un endroit pour dormir entre 18 et 19 heures. Tout l’art est de trouver un endroit calme, autorisé et avec une belle vue tant qu’à faire. Le truc c’est aussi de trouver un emplacement plat parce que sinon la nuit, c’est pénible. Nous avons suivi un rythme de 2 nuits de camping sauvage suivies de 1 nuit de camping pour vidanger les eaux sales et recharger en eau propre et en électricité.

Une fois installés, je prépare le diner. On a tout ce qu’il faut, poêle, casseroles, assiettes, verres à vin, verres à eau, bols, couverts… Et il y a pas mal de BBQ dans les campings, moins dans les aires de repos qu’en Australie…

P1070162 P1070179 P1070182

Bon, sur la photo c’est Laurent qui fait la cuisine mais ne vous y trompez pas, il a juste touché la poêle pour la photo … désinformation classique, n’y prêtez pas attention (NDL)

C’est aussi l’heure de la douche : en camping, c’est pratique pas de limite d’eau sauf dans certains où on nous coupe l’eau chaude au bout de 6 minutes. Dans le camping car, c’est plus restreint car si on prend toute l’eau pour la douche, y’en a plus trop pour le reste. On a même de l’eau chaude chauffée (je ne sais pas trop comment, avec le gazole), en 15 minutes.

Après le repas, la vaisselle et le rituel du lavage des dents, on installe l’échelle et les enfants montent lire et dormir dans leurs appartements. De notre coté, on installe notre lit en 5 minutes (pas compliqué) et c’est là qu’on écrit les mails, les blogs avant de trouver une connexion Internet qui fonctionne.

P1070188  P1070185

Pour les toilettes, nous évitons le plus possible d’utiliser les toilettes chimiques du camping-car mais bon, c’est quand même pratique, tout va dans une cassette qui est très facile à vider, tous les 3 jours.

Nous avons très bien vécu cette expérience en camping car : heureusement car, en tout, ça fait 8 semaines de CC… On a toujours eu des véhicules qui fonctionnent parfaitement sans problème… C’est quand même pratique. Et puis, clairement en Australie comme en Nouvelle Zélande tout est fait pour aider les campeurs. Il y a des points d’eau et de vidange partout…

On n’aura d’ailleurs jamais croisé autant de camping-cars sur les routes…

Mais maintenant que nous venons de passer notre première nuit dans un appartement et dans un vrai lit : on apprécie quand même un peu d’espace…

* NDL = Note de Laurent qu’il a jugé nécessaire d’ajouter

Nous avons visité le village des Hobbits

Pour notre avant-dernière nuit en camping car, nous avions rêvé d’une petite aire de repos, près d’un lac, loin du bruit des voitures, comme nous en avons tant croisées ces derniers jours …

Malheureusement, après une heure de route depuis Rotorua, nous ne croisons aucun endroit propice. Nous décidons donc de nous arrêter sur un site de stockage de gravier pour la DDE locale .. bref, le coin pas trop glamour mais il est tard et on a faim.

En dehors de l’aspect esthétique qui, après tout, n’est qu’une histoire de goût, ce choix ne s’avèrera pas des plus judicieux …. En effet, proche d’une intersection, nous entendons tous les camions au V8 survitaminé freiner puis repartir de plus belle. A 22:00, on se dit que ca va se terminer mais que nenni. Finalement, à 4:00 du matin, sans avoir fermé l’œil de la nuit ou presque, Nelly et moi prendrons les grands moyens et nous équiperons de boules Quies.

C’est donc avec une énergie toute relative qu’au petit matin, nous sautons de notre lit. Je demande à Erine “tu as entendu les camions cette nuit ?” et elle me répond “Ah non, il y a eu des camions ?? tu sais moi, quand je dors, je dors ….”. Bref ….

Nous partons rapidement de notre petit emplacement de charme en direction d’Auckland .. Quelques minutes plus tard, nous voyons sur le côté de la route une affiche qui indique qu’ici, on peut visiter le village des Hobbit du film “le Seigneur des Anneaux”. Nous ne sommes pas super fans du film (on a vu que le premier, et encore, on a arrêté au bout de 2 heures !) mais décidons quand même de nous y arrêter car notre objectif de la journée, Auckland, n’est qu’à deux heures de route.

Nous allons donc déambuler pendant une heure et demi parmi les décors naturels du film. L’endroit a été aménagé pour répondre aux exigences de Peter Jackson. La plupart des décors sont naturels (les fruits et légumes, le potager et les grosses citrouilles, la plupart des arbres, les fleurs). Bref, c’est avec une armée de jardiniers et de décorateurs que le site s’est transformé. Il sert d’ailleurs encore cette année pour le tournage du film “Les Hobbits”. En tout, il y a une quarantaine de petite maisons (la plupart ne sont que des façades posées contre l’herbe).

Il y a aussi un arbre de 26 tonnes qui a été coupé, transporté puis “reconstruit” au dessus de la maison principale du village. Ses feuilles naturelles ont été remplacés par plus de 200 000 feuilles artificielles, fixées à la main !!

La visite est agréable même si les trop nombreuses mises en garde du guide sur les interdictions d’aller ici ou là sont fatigantes à la longue. Nous ne sommes en effet pas libres d’aller où nous voulons pour éviter que nous dévoilions des secrets sur le prochain film.

Après la visite, nous sommes conviés à une démonstration de tonte de mouton qui est ici un métier mais aussi un un sport national. Le record est de 850 moutons en une journée avec une moyenne de 38 secondes pour un mouton. Après la tonte, les enfants ont la possibilité de donner le biberon à des agneaux … Vincent est aux anges ….

20110317_LL_00087-4520110317_LL_00087-920110317_LL_00087-4720110317_LL_00087-4620110317_LL_00087-5020110317_LL_00087-7120110317_LL_00087-8820110317_LL_00087-106

Géothermie à Rotorua

Après notre épisode de pêche à la truite, nous prenons la route vers Rotorua, charmante petite ville située au cœur d’un volcan. Ce tableau, presque idyllique, est en réalité un peu terni par l’odeur d’œuf pourri qui y règne toute l’année. En plus, les spécialistes prévoient une éruption du volcan dans les 30 ou 50 prochaines années, si on a bien compris …

La région est aussi très active au niveau géothermique et est parsemée de lacs d’acide, de geyser, de concrétions de silices et cristaux de souffre (d’où l’odeur). Nous nous y arrêtons donc afin de visiter le parc Te Puia qui regroupe un centre sur la culture Maori et des balades parmi les particularités géothermiques.

Nous visitons donc un centre de création d’artisanat Maori et une école de sculpteurs sur bois. C’est assez intéressant même si l’accent à couper au couteau du guide nous posera quelques problèmes de compréhension.

Ensuite, nous nous baladons entre marres de boues “à bulles”, geysers et concrétions de souffre. Les fumeroles sortent de tous les trous de la terre et donnent une ambiance lunaire (voir les photos et la vidéo).  En plus, il fait grand soleil et l’eau qui s’échappe des geysers forme des arcs en ciel.

Bon, le truc c’est que l’odeur a tendance à nous lasser que les gaz irritants me font pleurer les yeux. C’est donc sans regret que nous décidons de quitter la ville.

20110316_LL_00086-23620110316_LL_00086-3720110316_LL_00086-13120110316_LL_00086-8520110316_LL_00086-9620110316_LL_00086-11420110316_LL_00086-14620110316_LL_00086-19620110316_LL_00086-180

Pêche à la truite !

Ce matin, nous avons pris rendez vous avec Rod pour une petite matinée de pêche à la truite dans le très vaste lac Taupo (pour les cancres, merci de réviser la leçon d’hier). Après de rapides présentations, nous voici tous les 4 embarqués sur le bateau à moteur prêt à en découdre avec les immenses truites de la région. Après 15 minutes de navigation, nous voilà sur un des spots préférés de Rod. Bon, on compte bien pêcher quelques truites car nous n’avons plus rien dans le frigo et pas envie d’aller dans le supermarché du coin !! …

En cette saison, il n’y a pas de mouche à la surface et les truites restent au fond. Elles se nourrissent de petits alvins. Le pêcheur doit donc s’adapter .. Nous pêcherons donc à la traine et à 40 mètres de fond. Pour cela Rod est équipé de 2 treuils qui permettent d’emmener la ligne au fond à l’aide de poids de 5 kg. La ligne est clipsée sur le poids et dès qu’un poisson mort, le clips saute automatiquement et la ligne devient alors libre.

Rod installe les 2 cannes, nous attendons quelques minutes et hop, le haut de la canne devient souple, signe que la ligne est libre et qu’un poisson a mordu ! Nelly est la première à sortir un poisson de l’eau .. malheureusement, il ne fait pas la taille requise (40 cm) et nous le rejetons à l’eau. Mais quelques minutes après, c’est reparti et une nouvelle truite est prise au piège … Cette fois-ci, c’est Vincent qui est aux commandes et il sort une belle truite, mais qui n’est toujours pas assez grande (elle ne fait que 38 cm) …

Nous pêcherons ainsi 5 poissons qui, à chaque fois, seront trop petits .. il ne reste déjà qu’ une demi-heure de pêche et on se résigne petit à petit à rentrer sans rien … mais, Rod a une idée et change de leurre .. Il explique qu’avec le soleil qui est monté, on doit mettre un leurre plus brillant pour coller au plus près des couleurs de la nature .. et ça marche .. en quelques minutes, Nelly et Erine vont sortir 2 belles truites de 42 et 40 cm !! Cool ..

Il est temps de rentrer et pendant que Rod s’occupe de vider et nettoyer notre poisson, la canne se met à frétiller pour une ultime tentative .. Je m’y colle mais malheureusement, ce ne sera encore qu’un petit poisson.

En 2 heures et demi de pêche, nous aurons quand même péché 8 poissons ce qui n’est pas mal. Par contre, la technique de pêche n’est pas très amusante … c’est très passif.. on met le poids au fond et quand le poisson est accroché, on a juste à rembobiner la ligne.

Le soir, Nelly préparera avec amour la truite (en fait, une suffit pour nous 4) et nous nous régalerons .. Même les enfants qui ne sont pas toujours emballés par le poisson l’ont trouvé très bon.  Nous avons eu une pensée pour Jean-Louis, notre ami fan de pêche à la truite. Alors Jean-Louis, on s’est renseigné, la pêche à la mouche sur le lac, c’est pour le mois de novembre .. tu es le bienvenu et tu peux contacter Rod de notre part !!

Voici en photos et en vidéo les moments forts de cette pêche !

20110316_LL_00086-1320110316_LL_00086-1920110316_LL_00086-2020110316_LL_00086-10

Le Lac Taupo et les Huka falls

“Alors voilà le topo !”, ça c’est le genre de blagues que vous ferez Laurent mais je vais vous épargner ça… ah la bougresse (Laurent)

Le lac Taupo est immense, en effet, il fait 616 km² de superficie, l’équivalent de la ville de Singapour… Nous sommes au cœur du cratère d’un volcan qui a subi une explosion gigantesque il y a 26 500 ans puis de nombreuses autres éruptions moins importantes.

L’eau est particulièrement plate et claire. Pas de pollution car, il n’y a pas d’industries et peu de cultures au bord du lac. Ce paysage devrait ne pas changer dans les prochaines années car les terres alentours appartiennent toutes à des maoris qui n’accepteront jamais de vendre pour l’implantation d’usines.

La ville de Taupo au Nord du Lac compte juste 22 000 habitants : pas très grande… Cette ville est assez sympa avec un port de plaisance, un grand centre d’informations comme on les connait en Nouvelle Zélande, un centre ville, ni trop grand ni trop petit, et, et une immense plaine de jeux qui fera le bonheur de nos loulous…

L’activité principale de cette petite ville et de ses alentours est la pêche à la truite, à la ligne dans le lac ou à la mouche dans les rivières alentours. Imaginez la joie de Laurent en lisant que cette région se fait appeler la capitale mondiale de la pêche à la truite… Il nous a même réservé une partie de pêche sur le lac pour demain.

Mais cet après-midi, nous allons visiter les Huka falls… Encore une fois, c’est très impressionnant : je vous explique :

La rivière venant du lac et ayant une largeur de 100 m tombe tout d’un coup dans un passage de 20 m, puis 15 mètres de large. Ca entraine un débit de 220 000 litres par seconde où l’équivalent de 10 piscines olympiques vidées en 1 minute… Je vous laisse imaginer le mouvement… L’eau forme des millions de petites bulles donnant à l’eau une couleur verte turquoise.

Vous allez me dire que ce n’est pas très original mais nous avons encore une fois poussé un Waouh en arrivant sur le pont surplombant les chutes. De nombreux champions de kayak et autres mabouls se sont essayés à la descente avec malheureusement de nombreuses issues fatales…

Les enfants, équipés comme de bons néo-zélandais avec leurs tee-shirts des All-blacks nous ferons une petite démonstration de haka : la grimace fait tout, pour les gestes va encore falloir répéter…

A la fin de notre promenade le long des falls, nous allons nous installer dans le camping du coin pour une soirée tranquille : il y a même une piscine avec jacuzzi : la soirée s’annonce sympa… Mais c’est sans compter sur Erine qui va se tordre bien comme il faut l’orteil du pied droit sur un jeu de la plaine de jeux. Il est 19 heures et nous voilà partis à la maison médicale pour voir si une radio va être nécessaire. Efficacité sera le mot clé de cette virée : en 1/2 heure, nous avons vu le médecin qui a ausculté Erine et nous a rassuré : elle s’est faite une petite entorse de l’orteil avec un hématome qu’il faut résorbé pour limiter le gonflement du pied. Nous récupérons un paquet de 5 kg de glaçons pour un petit orteil à la station essence et rentrons au camping un peu tard. Dommage pour la virée piscine et jacuzzi.

20110315_LL_00085-9 20110315_LL_00085-32 20110315_LL_00085-41

Sur la route de Taupo

Nous avons quitté Wellington pour remonter vers le Nord.

Directement, ça nous saute aux yeux que l’île du Nord est bien plus peuplée que l’île du Sud. En effet, elle rassemble les 3/4 de la population néo-zélandaise. Nous aurons d’ailleurs du mal à trouver un emplacement de camping sauvage dans les agglomérations qui s’enchainent.

La côte Ouest est bien jolie, bordée de villes au Nord de Wellington mais plus on remonte vers le Nord et vers les terres, moins la population est dense. On arrive même progressivement à des paysages désertiques.

Nous arrivons à Foxton, petite ville de Province qui possède un moulin à vent, comme en Hollande. Les gérants de l’établissement sont d’ailleurs des hollandais expatriés en Nouvelle Zélande, ils proposent des visites de leur moulin et vendent même des produits moulus sur place. Bon, pour nous, habitant Bruxelles, ce n’est pas très dépaysant mais plus l’occasion de discuter avec ces hollandais et même de leur acheter des “Waffels”…

Encore une fois, nous n’avons pas compté combien de fois nous nous sommes exclamés ‘”WAOUH !” sur cette route, au détour d’un virage ou en arrivant sur un point de vue. Les paysages néo-zélandais sont vraiment sublimes.

Nous nous arrêtons plusieurs fois dans les centres d’information des villes que nous croisons. Certains conseils sont des vraies perles mais parfois nous sommes aussi déçus.

Ainsi après plusieurs dizaines de kilomètres le long des pâturages plus ou moins verts, nous arrivons à Mokaï Gravity Canyon : un canyon formé par la rivière offrant de très beaux paysages.  Le site est exploité par une société proposant des sauts à l’élastique ou des trajets en tyrolienne. Du coup, nous ne profitons pas autant de la vue que nous l’aurions voulu, n’ayant pas trouvé non plus le sentier permettant l’exploration du sentier : nous serons bien déçus.

Nous passerons la nuit à Ohakune, au bord du Tongariro National Park. Ce parc national est entouré de plusieurs volcans avec des pics à plus de 2700 mètres. Ohakune est une station de sports d’hiver animée mais là, nous sommes en automne et la ville est endormie. Le temps n’est pas propice à une randonnée dans les montagnes : dommage… Nous avons la chance d’avoir un temps clair dans la vallée mais les hauts sont chargés de nuages voire de pluie. On voit nettement que les sommets retiennent les nuages…

Nous passerons la nuit dans un campsite du DOC (département de conservation de la Nature) : on campe au bord de la rivière moyennant une donation de 4 $ par personne. Laurent fera des photos du ciel étoilé pendant que je lis aux enfants la suite des aventures de Perceval comme tous les soirs ces jours-ci…

Au réveil, nous reprenons la route vers Taupo : les paysages désertiques s’enchainent avec des couleurs superbes apportées par les bruyères violettes. Puis après un virage, nous avons une vue splendide sur le lac Rotoaira. L’eau est super claire et plate avec une belle vue sur les montagnes en arrière plan. Parfait endroit pour pique-niquer et même pour faire l’école. Mais ceci n’est qu’un avant-goût des points de vue sur le lac Taupo : Wouah !!! Superbe magnifique… Je vous en dirai plus demain… 

20110314_LL_00084-5 20110314_LL_00084-21 20110314_LL_00084-29 20110314_LL_00084-66 20110315_LL_00084-7 20110315_LL_00084-28 20110315_LL_00084-32 20110315_LL_00084-85

Te Papa Museum

Après notre petite soirée de Rugby de la veille et une nuit bien méritée, nous voilà ce matin partis pour le Te Papa museum. Dès notre arrivée sur le parking, nous faisons la connaissance d’un couple de français et de leur fils, Lounes, Stéphanie et le petit Loris avec qui nous passons la matinée. Lui est militaire parachutiste, basé à Tahiti, notre prochaine destination. Ils nous donnent quelques informations sur la Polynésie pendant que nous parcourons le musée.

Le musée est très bien fait, avec de nombreux ateliers interactifs et documents multimédia. En plus, il y a 5 parties spécialisées pour les enfants. Nous commençons la visite par la partie sur la tectonique, et les catastrophes naturelles. Pour illustrer les tremblements de terre, on peut entrer dans une petite maison qui simule les vibrations ressenties lors d’un séisme. C’est assez impressionnant de sentir le sol bouger et les murs tanguer. Les enfants sont très contents de l’expérience.

Nous verrons ensuite un squelette de baleine, un calamar géant dans le formol (4,5 m quand même !) et les enfants iront jouer aux jeux interactifs sur les ordinateurs. Pendant ce temps, nous parlerons beaucoup avec Lounes qui nous racontera quelques unes de ses aventures dans ses diverses missions (Afghanistan, ex Yougoslavie, Gabon, Tchad, Mururoa, etc). C’est tout aussi intéressant que le musée !

Nous ferons ensuite la rencontre d’une famille qui, devinez quoi ?  fait le tour du monde, et oui, une de plus !! Nelly les avait repéré la veille, sur l’aire de jeu. On finit par les reconnaitre les “Tourdumondistes”. C’est le costume qui aide le plus.

Nous sympathisons de suite et décidons d’aller déjeuner ensemble alors que Lounes et Stéphanie partent de leur côté. Nous échangeons pas mal sur nos voyages respectifs et ne voyons pas les heures passer. En plus, Delphine et Nelly s’aperçoivent qu’elles bossaient toutes les 2 pour Nestlé en même temps donc forcément … les discussions s’enchainent.

Après cette longue pause déjeuner, nous retournons au musée car les enfants veulent absolument faire toutes les activités proposées .. Nous passerons le reste de la journée, ensemble au musée. Les Bideau nous quitteront un peu plus tôt car ils veulent faire un peu de route ce soir.

Nous sortirons donc à la fermeture du musée, au grand désespoir des enfants qui seraient bien restés plus longtemps.

Sacré musée le TE PAPA, le meilleur que nous ayons fait. Il nous parait impensable qu’il soit en plus gratuit…

20110313_LL_00084-220110313_LL_00084-320110313_LL_00084-620110313_LL_00084-1120110313_LL_00084-1320110313_LL_00084-1420110313_LL_00084-22

Arrivée à Wellington et match de rugby

Nous quittons notre “camping-parking”, survivant du Tsunami en espérant pouvoir prendre le ferry pour l’ile du nord. Sur internet, l’alerte au tsunami a l’air toujours en cours. Nous nous dirigeons vers Picton pour aller vérifier directement à l’embarcadère si les ferrys traversent aujourd’hui. La femme à l’accueil nous explique qu’il n’y a aucun problème et que tout fonctionne normalement et .. nous montre même un bateau qui part dans 5 min. Nous lui demandons alors directement s’il n’y a pas de la place pour nous et, après une courte discussion radio avec l’équipe chargée de l’embarquement, elle nous donne le feu vert. Nous entrons donc directement dans le ferry évitant ainsi 2 heures de queue. Le temps que nous montions sur le pont, les amarres sont déjà larguées et nous voilà en route pour Wellington.

Nous profitons des 3 heures de traversée pour écrire quelques articles de blog et faire le tri des photos. Le bateau est confortable et la mer assez calme. Le bateau longe les Malborough islands nous offrant de très belles vues avant de traverser ensuite au large.

Arrivés à Wellington, nous nous garons dans un “Campervan Parking” et après un sandwich vite avalé, nous profitons du samedi après-midi pour aller faire quelques achats. La carte bleue tourne à plein régime. Dans un magasin, je demande à tout hasard s’il n’y aurait pas un match de rugby ce soir au stade et … la réponse est positive. Dix minutes plus tard, nous voilà en possession de 4 billets pour le match de “Super Rugby” qui oppose les Hurricanes (l’équipe locale), aux Chiefs.

Après une balade sur les quais, nous rentrons au camping-car pour une courte pause avant de repartir pour le stade qui n’est qu’à 10 minutes à pied de notre emplacement. C’est la première fois que les enfants vont dans un stade et ils sont super excités. En plus, dès l’entrée, on leur offre un drapeau de l’équipe locale qu’ils agiteront toute la soirée. Nous sommes un peu en avance et profitons pour gouter à la haute gastronomie locale : hamburger frites (pas bon) pour Nelly et Fish’n Chips bière pour moi.

Nous avons droit à un spectacle des Pom Pom Girls locales qui, au vu de leur ceinture abdominale, ont dû, elles aussi, abuser de la nourriture du stade ! Mais bon, c’est sympa quand même et ça met un peu l’ambiance dans le stade qui n’est qu’à moitié plein. Le match commence mais le jeu est un peu décevant. On s’attendait à un niveau plus élevé.  Les enfants ont un peu de mal avec les règles du Rugby et posent plein de questions. Ils demandent souvent où est le ballon. Ils sont à fond pour les Hurricanes et dès qu’ils marquent, ils hurlent et agitent leur drapeau. Nous, nous passons un bon moment même si le supporter derrière moi avait un peu tendance à hurler dans mes oreilles à chaque passe.

En tout, 4 essais seront marqués et les Huricanes gagneront de justesse. L’honneur est sauf même si la qualité de jeu n’était pas au top. La star locale, Tana Umaga, a quand même été chaudement applaudie par le public, même si elle jouait aujourd’hui dans l’équipe adverse. Les enfants sont contents mais s’attendaient eux aussi à une meilleure ambiance .. Vivement Barcelone qu’on aille voir un Madrid-Barça !!

20110312_LL_00083-7720110312_LL_00083-8620110312_LL_00083-9620110312_LL_00083-15020110312_LL_00083-18720110312_LL_00083-23620110312_LL_00083-268