さようなら、日本! Bye bye Japan !!!

Et voilà, nous quittons Kyoto et par la même occasion le Japon… Direction Hong Kong, puis Bali pour deux semaines de vacances.

L’occasion pour nous de faire un bilan sur le Japon.

J’ai été marquée par :

  • l’ordre des japonais, les queues devant les entrées de métro bien alignées
  • les japonais endormis dans le métro qui dorment le temps de leur trajet seulement
  • les japonais scotchés à leur téléphone portable et pourtant, on n’en entend jamais un seul sonner
  • les coins fumeurs dans la rue au carrefour alors que, dans les restaurants, tout le monde peut fumer
  • les voitures cubiques, incroyablement carrées
  • le nombre de distributeurs automatiques (de boissons,de nouilles, de glaces…) dans les rues tous les 100 mètres
  • l’élégance des japonaises très classiques (comme j’aime) et plus à Tokyo qu’à Kyoto
  • les petits cartables jaunes des écoliers qui rentrent seuls à la maison, en métro alors qu’ils ont l’âge de Vincent
  • le nombre de japonaises en habit traditionnel que l’on croise dans les rues avec leurs tongs en bois
  • le nombre de japonais ayant des petits chiens (habillés s’il vous plait) à défaut d’enfants
  • l’importance qu’il donne à l’hygiène et pourtant c’est ici que nous serons piqués par des puces et qu’Erine attrapera des poux… Heureusement stoppés dès le début…
  • la ville de Kyoto tellement plus sympa que celle de Tokyo
  • les prix… Très chers surtout quand on arrive de Chine.
  • leur excellente cuisine…

Et étonnée par :

  • leur timidité ou pudeur (rendant toute discussion difficile) : ils ne vous regardent que rarement dans les yeux
  • leur pauvre anglais : beaucoup nous ont dit que nous n’aurions aucun problème avec l’anglais des japonais… C’était tout le contraire…

Je regrette :

  • de ne pas avoir rencontré une famille de japonais mais notre séjour ne l’a pas permis
  • de ne pas avoir vu les belles couleurs d’automne des arbres japonais (fin octobre, c’était encore trop tôt…)

Je me souviens d’Oscar nous racontant son voyage au Japon, il y a une douzaine d’années et nous expliquant que dans le métro, tout est écrit en japonais mais on se débrouille quand même. Ca me paraissait tellement impossible… Et bien non, on y arrive. Oscar avait raison…

Pour Laurent, il garde le souvenir :

  • des temples et shrines : excellent souvenir de Fushimi inari taisha
  • du marché de Tsukiji
  • du respect et de la politesse surtout après le passage par la Chine
  • des toilettes du futur qui rincent les fesses, dont on peut régler la pression du jet et la température de la lunette et même la puissance du désodorisant intégré…

Pour Erine : clairement les dauphins dans l’aquarium… Il y avait moins de thé qu’en Chine… Ils sont beaucoup plus sages qu’en Chine, les Japonais… Il y a beaucoup de temples…

Pour Vincent : les dauphins aussi. Il regrette de ne pas avoir vu de pandas.

A ce jour, nous ne déplorons que la perte d’une bague que Laurent m’avait offert au marché Nishiki… Bague que je ne pouvais pas passer sous l’eau alors je l’ai oublié sur le rebord d’un lavabo de l’aéroport… Snif…. Elle n’était pas de grande valeur financière mais plus d’une grande valeur sentimentale… Comme me dit ma maman : “le meilleur moyen de ne pas perdre une bague, c’est de ne jamais l’enlever…”

Comme vous l’avez compris, nous avons gagné de nouveaux voyageurs : poux dans la tête d’Erine et la visite à la pharmacie japonaise pour demander un shampoing anti-poux restera dans ma mémoire. J’ai bien aimé me retrouver seule avec la notice (bien sûr en japonais) mais bien expliquée par la pharmacienne… Heureusement, forte d’avoir lu l’aventure de la famille Milcent, partie aussi en tour du monde et qui ont tous choppés des poux aux USA, j’avais l’œil attentif sur les cheveux de mes loulous et ai réussi à enrayer la crise avant qu’elle ne s’étende aux autres membres de la famille… Aussi, les petits voyageurs clandestins supplémentaires resteront au Japon : NA !!!

Maintenant, à nous Bali et la glande… Objectif principal : REPOS !

20101015_LL_1 20101016_LL_1 20101017_LL_1 20101017_LL_1-2 20101019_LL_1 20101020_LL_1 20101022_LL_1 20101023_LL_1

What’s for dinner in Japan ?

Et voici le moment de retrouver votre rubrique préférée sur la cuisine locale ! (ça me rappelle le début des articles de Laurent dans Electronique Pratique… pour ceux qui s’en souviennent).

Le Japon est riche de différentes spécialités culinaires…

Les sushis :

Tout le monde connait les fameux sushis composés de riz vinaigré couvert d’une fine couche de poisson cru avec une pointe de wasabi entre les deux… ou encore composés de riz vinaigré et de poisson cru roulés dans une feuille de nori (algue). Nous aurions bien aimé déguster des sushis dans un kaitenzushi, restaurant avec tapis roulant qui fait passer les plats mais nos enfants n’aimant pas les sushis, nous avons du nous contenter de les acheter à emporter afin de leur trouver autre chose…

Laurent aura dégusté ses meilleurs sashimis (poisson cru tout seul) au petit-déjeuner de sa virée au marché de Tokyo…

Les tempura :

Des légumes et des fruits de mer couverts de farine et frits dans l’huile… Comprenez des beignets de légumes ou de crevettes. Les japonais en sont très friands… En fait, il parait que ça vient du Portugal mais chuttt….

Les yakitori :

Petites brochettes de viande ou poissons (brochettes faites en bambou, bien sûr), grillées. Excellent… Sauf quand on ne sait pas ce qu’on commande et qu’on se retrouve avec tous les abats du poulet… Mais bon… Faut bien goûter à tout… C’est aussi ça, l’aventure !

Les tepanyaki :

Hummm, ça j’ai adoré…. Dans les grands restaurants (hors de prix même au Japon), le cuisinier cuisine devant vous sur une plaque chauffante… Nous, nous avons eu la plaque chauffante mais le cuisinier préparait son plat dans sa cuisine et venait juste nous mettre le met à déguster sur notre table (chauffante, vous l’aurez compris). Les mets sont composés de mélanges :

  • de pâtes, viande, sauce soja, légumes grillés
  • de pommes de terre, porc et fromage
  • œufs, légumes, viande….

C’est excellent, les enfants ont adoré ça…

Mais il y a encore plein de spécialités :

Les confiseries : sorte de crêpes de riz fourrées d’une sorte de pâte aux fruits. De nombreux magasins en vendent des boites entières. Le goût est assez bon mais la texture très molle à mon goût….  Il existe d’autres confiseries plus croustillantes mais très sucrées.

Les nouilles sont aussi servies à toutes les sauces comme chez les chinois.

Les japonais sont friands de tofu (pâte blanche : caillé de soja). La petite famille n’avait déjà pas trop apprécié le tofu avec mes cours de diététique, ici ils ne l’apprécieront pas plus. De même pour le lait de soja, tant bu par les asiatiques…

Le sake : issu du riz, le sake a un taux d’alcool d’environ 16 %. Il y en a diverses variétés plus ou moins douces. Il est servi dans une petite cruche ronde à fin goulot et se boit dans des petits godets. Nous en avons testé un seul doux, très bon, dans notre palais de novices….

Ici les japonais accordent beaucoup d’importance à la diététique. Dans les restaurants de chaîne, toutes les cartes montrent le nombre de kcalories apportées par le plat et même parfois le taux de sel. On retrouve, bien sûr, un pavé nutritionnel sur tous les packagings. Les restaurants proposent aussi des menus enfants bien équilibrés avec potage de légumes, petites portions de viande, riz…

A l’entrée des restaurants, les restaurateurs présentent souvent en vitrine les plats qu’ils proposent. C’est amusant comme ces plats en plastique ou en cire (je suppose) font plus vrais que nature. Ils sont doués…

Les restaurants sont aussi très variés ici :

  • tout petits établissements avec 6 tables à tout casser, souvent avec des petites chaises pour petits…
  • restaurants au 6ème ou 7ème étage d’un immeuble dont on ne devinerait pas qu’ils sont là s’ils n’y avaient des rabatteurs dans la rue proposant la carte
  • petites tables basses sur tatamis où nous sommes assis en tailleur
  • tables dans des toutes petites pièces séparées par des cloisons en papier…

J’aime bien aller voir les magasins d’alimentation, les marchés et les supermarchés. Ici, les rayons de riz et de thé sont, bien sûr, impressionnants, logique! Mais on trouve un rayon légumes et fruits bien plus important qu’en Chine. Ce qui nous a marqué, c’est le rayon poissonnerie qui remplace littéralement notre rayon viande, par sa taille et sa diversité et bien sûr, le rayon des feuilles d’algues pour faire ses propres sushis…

Nous avons aussi souvent retrouvé des petits alvins séchés que les japonais mettent sur leurs préparations comme pour assaisonner leurs plats. A la cuisson, les petits alvins séchés bougent, s’envolent presque : nous avions cru que c’était des asticots vivants la première fois…

Ils aiment aussi les racines ou tubercules conservés dans le vinaigre : ça nous a franchement rappelé le goût de nos radis (le vinaigre, en moins).

Au supermarché, tout est bien rangé dans les rayons et propre. Les caissières laissent vos articles dans votre panier, vous donnent des sacs plastique et après avoir payé, des tables sont mises à votre disposition (avec autres emballages, scotch …) pour emballer, vous même, vos courses comme vous l’entendez.

On trouve bon nombre de petits épiciers modernes (tous des mêmes enseignes : Lawson ou Mini Mart) dans les grandes villes et banlieues.

Comme à l’entrée de tous les magasins, il y a des machines automatiques pour emballer les parapluies : comme ça on ne met pas de gouttes partout : on passe le parapluie dans la machine et il ressort emballé… Trop classe…

Les japonais semblent beaucoup aimer la culture et la cuisine française. Ca doit être pour ça que l’on a beaucoup de touristes japonais chez nous. Nous avons découvert avec surprise beaucoup de magasins avec des noms français et surtout beaucoup de boulangeries-patisseries très bonnes. En plu, quel bonheur pour nous de pouvoir déguster une bonne baguette bien fraîche….

20101018_LL_1 20101019_LL_1-3 20101019_LL_1-5 20101022_LL_1-7 20101022_LL_1-8 20101022_LL_1-9 20101022_LL_1-10 20101022_LL_1-11 20101022_LL_1-13 20101022_LL_1-15 20101023_LL_1

Une journée à Nara

Aujourd’hui, départ matinal, pas d’école. Nous partons en dehors de Kyoto en train pour Nara, ancienne capitale du Japon (bon, c’était entre 710 et 784 mais quand même). Cette ville fête cette année ses 1300 ans. Nous avons lu que la ville était riche de temples et shrines et que l’on pouvait y voir des daims.

Après 1 heure de train, nous arrivons comme bon nombre de touristes à la gare et prenons un plan comme tous les autres au guichet des informations touristiques.

Et c’est parti : une longue rue (semi-piétonne) pleine d’échoppes à touristes nous sépare de l’entrée du parc de la ville.

Avant de rentrer dans le parc des temples, nous décidons de nous arrêter manger (excellente idée) : après un accueil très froid par un restaurateur, qui clairement ne devait pas vouloir de nous (restau vide d’ailleurs), nous entrons dans un restaurant à okonomiyaki (mélange d’oeufs, légumes, viande et sauce présentés sur une plaque chauffante sur notre table). Ce sera bien moins bon que dans le restaurant visité l’autre soir à Kyoto mais bien bon quand même…

Estomacs bien remplis, nous partons la découverte de tous les shrines…Leurs densité ici est impressionnante…

Les enfants ont reçu leur propre plan qu’ils doivent faire tamponner régulièrement : ça fait un peu chasse au trésor.

Premier arrêt : le temple bouddhiste de Kofukuji : majestueuse pagode de 5 étages et le Eastern golden hall. Il y a sur cette place de nombreux touristes et nous comprenons un peu plus tard qu’ils y présentent une exposition des trésors du pays pour les 1300 ans de la ville… La queue pour y aller est assez gigantesque, tourne sur le parking avant d’arriver devant le bâtiment. En effet, toutes les affiches étant en japonais, on ne comprend pas tout des événements et manifestations en cours.

Nous prenons l’avenue principale, autrefois destinée à séparer la ville en deux pour avancer vers le parc… Quelle n’est pas notre surprise de découvrir des daims (cerfs Shika) dans le parc sans enclos, ni barrières. Les braves bêtes se promènent avec les passants en espérant recevoir des biscuits. En effet, nous croisons plusieurs vendeurs de piles de biscuits qui ressemblent à des tuiles aux amandes plates françaises. Ces biscuits ne sont pas destinés à être dégustées par les touristes : c’est pour les daims… (au risque de passer clairement pour des cons…). Nous ne nous attendions pas à les voir de si près… Les passants qui leur donnent à manger se font vite poursuivre parles bêtes qui leur mordent les fesses… C’est assez drôle.

C’est troublant de marcher dans les allées des temples entourés de centaines de touristes avec des daims partout autour de nous….

Au détour d’un chemin, nous arrivons près du temple Todaï-ji très connu car l’un des plus grands bâtiment en bois du monde, qui abrite un énorme bouddha (Daïbutsu great Bouddha). A l’entrée, malheureusement derrière un grillage, se trouvent les deux gardiens du temps : deux immenses statues en bois : à priori les plus grandes statues en bois du monde. Nous voilà dans la place magnifique… Nous suivons la marée de touristes qui fait le tour à l’intérieur du temple pour voir le bouddha énorme devant nous (et pourtant Vincent demande : mais il est où le bouddha!) et ses deux gardes (énormes statues de part et d’autres). En continuant notre tour, nous découvrons des maquettes du temple entièrement en bois, superbes et plus loin une queue pleine de japonais.

Que font ils ? C’est intriguant… Ils font la queue pour passer les uns après les autres par un trou au pied d’un pilier… Ca porte chance… Le petit jeu entraine régulièrement la visite des pompiers pour extraire les trop optimistes qui restent coincés…. Ils s’amusent comme des petits fous…

Nous reprenons notre promenade en rigolant bien à voir les japonais se faire mordre les fesses par les daims… pour arriver au Kasuga shrine dont l’entrée est bordée de centaines de lanternes : superbe perspective… Ce temple est sur un étage, offre une belle vue sur la ville… Sa particularité c’est qu’il était reconstruit tous les 20 ans pour garder sa pureté… Pas mal….

Nous verrons aussi la Great Bell : énorme cloche bien plus grande qu’un homme…. Comme dit Laurent, elle pourrait tomber avec un homme dessous qu’il ne serait pas touché… Mais il aurait bien du mal à ressortir….

Notre promenade nous amène, bien sûr, aussi à offrir des biscuits aux daims…. Mais les enfants s’en sortent pas mal, les bêtes restent à l’écart…

Notre journée, bien remplie se termine, nous rentrons en train (bondé)… Nous décidons de pique niquer à l’hôtel de sandwichs et sushis… hmmmm…..

20101023_LL_1 20101023_LL_1-2 20101023_LL_1-3 20101023_LL_1-4 20101023_LL_1-5 20101023_LL_1-6 20101023_LL_1-7 20101023_LL_1-8

Jidai Matsuri

Sur les conseils de Thibaut, un parisien rencontré la veille, nous nous rendons au Jidai Matsuri. C’est une parade avec plus de 2000 participants, qui retrace l’histoire japonaise et qui a lieu chaque année le 22 octobre, jour où Kyoto est devenue capitale du Japon en 794. Nous arrivons sur place en métro mais il y a énormément de monde. Nous arrivons quand même à nous trouver un emplacement pas trop mauvais, au 2ème rang, derrière un petit groupe de japonais assis par terre (eh oui !). 20 minutes après notre arrivée, nous voyons pointer le cortège. L’ambiance est au top et tout le monde exulte et chante à l’arrivée des figurants déguisés!!!. ..Non, retour à la réalité .. le cortège arrive et il n’y a absolument aucune émotion dans le public. C’est comme s’il ne se passait rien .. pas de commentaires, pas d’applaudissements .. rien .. ce sont quand même de sacrés gros fêtards, ces japonais ! Rien à voir avec les carnavals belges…

La parade est constituée de 18 tableaux, chacun représentant une période du Japon. A vrai dire .. on ne voit pas trop la différence entre les différentes périodes. De notre point de vue de néophytes, ils semblent toujours habillés pareil et ont un goût certain pour les casques. Nous voyons donc passer de nombreux samouraïs, leurs 2 sabres à la ceinture, à cheval ou à pied. Les costumes sont superbes et nous passons un excellent moment. Les enfants sont contents de voir les armes des guerriers. Nous voyons aussi ce que nous croyons être des geishas mais on n’apprendra par la suite que ce n’était “que” des femmes issues de la noblesse.

Le cortège s’arrête souvent et miracle de l’organisation, on voit sortir de nulle part de nombreux tabourets pour que les participants se reposent (la plupart sont des personnes assez âgées). Au bout d’une heure et quart, les enfants en ont un peu marre et après une petite discussion avec Nelly, nous décidons de partir .. Nous sommes en tout cas super contents de ce que nous avons vu.

Après un délicieux repas dans un restaurant .. italien (faut le faire), nous nous rendons au marché couvert de Nishiki, le plus grand de Kyoto. A peu près 1/3 des petites échoppes vendent des produits de la mer, frais ou séchés. Il y a notamment des tout petits poissons séchés (des alvins de quelques millimètres) que nous goutons. Les avis de la famille sont partagés .. Nelly trouve cela bof bof .. Erine a fait une grimace d’anthologie et personnellement, je trouve cela plutôt bon. En dehors du poisson et assimilés (brochettes de sashimi ou de poulpes qui ressemblent à des pommes d’amour), on trouve des étalages d’algues, et de racines qui sont conservées dans de grand pot recouverts d’une sorte de terre mouillée. Cela ne sent pas très bon et le goût est un peu trop vinaigré. Par contre, il n’y a presque aucun vendeur de viande .. et encore moins de charcuterie ou de fromage .. j’en connais une (Sabrina si tu nous lis) qui serait bien malheureuse ici.

Après avoir fait un petit détour par le marché non alimentaire, nettement moins intéressant, nous retournons à l’hôtel pour une petite heure de cours. Nous décidons que le lendemain, nous nous rendrons à Nara, ville qui fête ses 1300 ans et qui fut elle aussi, capitale du Japon !

20101022_LL_1 20101022_LL_1-2 20101022_LL_1-7 20101022_LL_1-8 20101022_LL_1-10 20101022_LL_1-12 20101022_LL_1-13 20101022_LL_1-14

Pavillon d’or, shopping et Nijo Castle

Ce matin, sur la demande d’Erine, tout le monde part au footing à côté de l’hôtel. A mon étonnement, les enfants courront sans rechigner pendant 15 minutes et seront encore plein d’énergie quand, chacun notre tour, Nelly et moi continueront le petit footing l’un après l’autre. Une fois toute la famille douchée, nous nous mettons au travail pour des leçons de français.. tout se passe pour le mieux et nous partons gaiment vers notre destination du jour, le Pavillon d’Or ou Rokuanji Temple.

L’endroit est plein de monde et beaucoup de groupes d’écoliers font la visite de ce temple (c’est l’un des plus beaux de Kyoto). Nous prenons nos tickets et entrons par le côté. La tête en l’air, nous apercevons le temple doré au milieu d’un jardin japonais. Et là, nous entendons un officiel nous dire “This way, photo spot” .. dans le genre .. tu te balades pas où tu veux, mon gars, tu vas ici, comme tout le monde, pour prendre ta photo. Effectivement, à quelques mètres, on voit des dizaines de photographes amateurs prendre en photo, le fameux temple recouvert entièrement d’or. Le “photo spot” est très bien choisi et offre une belle perspective avec, en avant plan, une grande mare agrémentée d’îles taillées au millimètre ! Il faut savoir qu’ici, dans les temples, on ne rigole pas avec l’esthétisme des jardins. Le sol au pied des arbres est en général couvert de mousse et pour garder une harmonie toute japonaise, un jardinier enlève chaque jour toute feuille qui pourrait venir entacher le paysage. Le résultat est très beau et très “zen”.

Une fois nos photos réalisées (donc à peu près les mêmes que les milliers de visiteurs), nous sortons du “photo spot” et continuons notre visite. Nous voyons alors un arbre dont toutes les branches sont suspendues avec des structures en bambous afin d’obtenir, là encore, une géométrie parfaite. On aime décidemment bien dompter la nature,ici. L’intérieur du temple ne se visite pas et nous flânons dans les jardins (en fait, nous suivons le chemin balisé, comme tout le monde). C’est très joli et il y a des petits temples partout. On peut essayer de lancer des pièces dans des vasques pour nous porter bonheur (en tout cas, c’est ce que nous pensons). Les enfants essaieront sans trop de succès. et ce que Laurent ne vous dit, par modestie sans doute, c’est que lui a réussi, bien sûr…

Une fois sortis du temple, nous nous séparons car Nelly a envie de faire un peu de shopping. De mon côté, j’emmène les enfants au Nijo Castle car j’ai lu sur internet qu’ils pourront courir dans les parcs ! A la sortie du métro, nous faisons la connaissance de Thibaut, un parisien qui, lui aussi, va visiter le château. Tout naturellement, nous commençons la visite ensemble et profitons de son guide touristique pour en savoir un peu plus sur le château. L’édifice principal (de 3300 m² quand même) est constitué d’une enfilade de pièces séparées par des cloisons en feuille de riz. Les murs sont décorés de superbes peintures dorées. Malheureusement, toutes les pièces se ressemblent et c’est un peu rébarbatif. Vous ne verrez pas de photo car les photos, même sans flash, étaient interdites !

Nous sortons et allons visiter le jardin. On retrouve le même type de jardins, très harmonieux, que l’on peut voir partout ici. Mais contrairement à nos attentes, là encore, le chemin est hyper balisé et il est impossible de sortir des chemins battus .. c’est raté pour grimper aux arbres !

A la fin de la visite, nous disons au revoir à Thibaut et repartons pour notre hôtel afin que les enfants fassent la deuxième session de cours de la journée. Je les remets au français et à l’espagnol. Nous décidons que le lendemain, nous irons voir le défilé de japonais en costume d’époque dont Thibaut nous a parlé quelques heures plus tôt.

Nelly reprend le clavier :

De mon coté, je suis allée faire un peu de shopping dans les rues de Kyoto… Le but est aussi de faire un petit break et de me retrouver un peu seule avec moi-même, flâner sans avoir derrière moi, deux ou trois loulous qui râlent car ils s’ennuient… Là, je suis libre d’aller où je veux quand je veux. En quittant ma petite famille à la station de métro, je me rends compte que je suis au pied d’un grand magasin. Je vais me faire tous les étages, ravie de ne pas être dans un quartier touristique et d’avoir autour de moi seulement des japonais et pas un seul occidental.

Cette balade va m’amener à découvrir :

  • un rayon immense de vêtements pour chien-chien à sa mèmère
  • un rayon aussi énorme pour instruments de massage en tout genre : massage de la tête, des jambes, des épaules, des pieds, du dos… de toutes les formes mais rien d’érotique attention !!!
  • un rayon de cartes de vœux toutes plus sophistiquées les unes que les autres…
  • des ustensiles de cuisine à nous faire pâlir et je ne vous parle pas des couteaux…
  • un rayon de collants et chaussettes plus grand que le rayon des vins d’un supermarché français… etc….

En partant, je rejoins le métro et me rends dans le quartier de la gare de Kyoto. La station de métro donne sur une immense zone commerciale avec le magasin Sian dont le RDC est plein de stands de pâtisseries énormes, chocolats, et douceurs japonaises (je pense à cette sorte de pâte d’amande fourrée de pâte de fruits)… Cet étage est immense, frénétique et rempli de monde… J’achèterai quand même une baguette et des croissants pour le petit déjeuner de ma petite famille…

Nous nous retrouvons tous les 4 à l’hôtel pour nous raconter nos aventures…

 

20101021_LL_1  20101021_LL_1-3 20101021_LL_1-4 20101021_LL_1-5 20101021_LL_1-6 20101021_LL_1-7

Fushimi inari Taisha

Objectif rempli… Nous nous sommes levés à 8 h 30, avons fait juste une heure d’école pour pouvoir partir en excursion à 11 heures…

Deuxième objectif du jour : le shrine de Fushimi inari Taisha. Nous y arrivons en train de banlieue. Comme dit Vincent : le train nous arrête directement dans la rue. Nous nous arrêtons déjeuner dans une petite échoppe : déjeuner sur le tatami de soupe de poulet et pâtes et poisson-riz pour les enfants. Délicieux…

Notre balade nous conduit directement au shrine.

Attention un shrine n’est pas un temple (enfin presque) :

  • le shrine est le lieu de culte de la religion Shinto (la religion née au Japon)
  • le temple est le lieu de culte de la religion bouddhiste.

Les japonais fréquentent les deux types de lieu à plusieurs occasions dans l’année : au nouvel an, au moment des festivals…

Revenons en au Shrine de Fushimi…

C’est en fait un lieu de culte dans la forêt où se dressent des milliers de portes rouges et noires alignées (toriis) pour former une immense allée longue de plusieurs kilomètres dans la forêt. La couleur rouge caractéristique et l’alignement rend les perspectives étonnantes et très inhabituelles. Nous empruntons le chemin ainsi tracé en nous arrêtant tous les quelques mètres pour prendre des photos. Si l’on regarde dans un sens, on ne voit que les colonnes rouges et dans l’autre sens, les colonnes sont gravées des noms des sociétés japonaises ayant achetées ou financées une porte. Le prix dépend du diamètre de la colonne allant jusque 1 300 000 Yen soit 13 000 euros pour une porte aux colonnes de 30 cm de diamètre.

On trouve également de nombreux autels de prière tous muni de gros grelots (à la place du gong) à secouer avant de prier.  Il y a aussi de nombreux autels privés… On en croise dans tous les coins de la forêt.

Le parc est aussi gardé par deux renards oinari-san caractéristiques régulièrement présentés en statue : l’un porte dans sa gueule un parchemin et l’autre un escargot…

La promenade est très agréable et nous permet de découvrir encore quelques forêts de bambous. Le temps est parfait, il ne fait pas trop chaud ni froid. Nous sommes déjà fin Octobre mais les feuilles des arbres sont encore vertes. Nous ne verrons pas les beaux paysages des arbres japonais dorés par l’Automne…

A notre retour, nous nous arrêtons à la gare de Kyoto, très beau bâtiment moderne dans le centre ville.

Puis, de retour à l’hôtel, nous reprenons l’école pour l’heure que nous n’avons pas faite ce matin.

20101020_LL_1 20101020_LL_1-2 20101020_LL_1-3 20101020_LL_1-4 20101020_LL_1-5 20101020_LL_1-6 20101020_LL_1-7 20101020_LL_1-8 20101020_LL_1-9 20101020_LL_1-10

Retour sur la devinette japonaise

Vous avez tous pensé à une carte à puce ou électronique. Mais il n’en est rien !! C’est, en fait, une petite plaque d’or emballée dans une coque en plastique .. Mais alors, pourquoi les japonais se baladent-ils avec des petites plaques en or, me direz-vous (et celui sur la photo en avait 5 ou 6) ? superstition ? ..
Et bien non, pas du tout ! Ils gagnent ces plaques en or dans les salles de jeu de Patchinko en lieu et place de yen sonnants et trébuchants (les gains en liquide étant interdits au Japon). Le plus marrant, c’est qu’à côté des salles de jeu, il y a toujours une petite boutique qui échange les plaques d’or contre de vrais yens (ces boutiques sont souvent tenues par les salles de Patchinko elles-mêmes). Bref, c’est clairement un contournement de la loi mais l’état le tolère.

Merci à tous les participants ! Pas de gagnants pour cette fois… Dommage, le prix était une semaine à Bali tout compris 😉

Shinkansen et première journée à Kyoto

Ce Lundi, nous avons quitté Tokyo pour Kyoto… Les enfants se mélangent un peu les pinceaux avec les noms des deux villes et on peut les comprendre. Nous quittons notre hôtel en portant tous nos sacs : c’est là que l’on est content de ne pas les avoir trop chargés. A nous les couloirs du métro harnachés comme des bourriquots.

Nous arrivons bien plus rapidement que prévu à la gare de Kyoto. Heureusement que nous sommes arrivés tôt car il nous reste encore à trouver le quai de notre train… Pas facile de s’orienter seulement avec les panneaux d’indications en japonais. Laurent se renseigne au guichet comme tous les occidentaux que nous croisons dans cette gare.

Nous allons prendre le Shimkansen : le fameux train rapide japonais.

Il pointe le bout de son nez sur le quai et c’est le cas de le dire, ce train a un nez blanc très caractéristique, genre bec de canard. C’est peut-être bien pour l’aérodynamisme, mais c’est la honte quand même et ça n’a pas la classe d’un TGV (avis de Laurent).

Nous nous installons sur des sièges très larges et avec énormément de places pour les jambes. Comme dit Laurent, c’est pour permettre aux sièges de changer de sens pour toujours être dans le même sens de la marche (souvenez vous du jour de notre arrivée au Japon).

Comme un TGV nous avançons très vite et profitons du paysage. Je ne sais pas à quelle vitesse nous avons roulé mais ça ne m’a pas paru aussi rapide que le TGV. Notre expert en train Philou pourrait nous répondre à cette question.

Arrivés à Kyoto, toujours aussi chargés, nous prenons le métro pour rejoindre notre hôtel. Ici, c’est beaucoup plus simple, il n’y a que 2 lignes.

Nous arrivons dans la campagne ; l’endroit est très vert et nous nous rendons compte que notre hôtel est juste devant le centre des conférences de Kyoto, célèbre pour la signature des accords de Kyoto sur l’environnement.

Nos chambres sont spacieuses mais vu le prix, c’est normal. Nous avions essayé de louer un ryokan mais il y a deux mois, tous les ryokans contactés étaient déjà réservés pour les voyages scolaires. Nous sommes donc de nouveau dans un super hôtel.

Nous nous promenons dans les alentours et découvrons un lac avec des poissons et des grosses tortues d’eau. L’endroit idéal pour un footing demain matin et pour des promenades avec les enfants.

En effet, le lendemain, alors que Laurent fait la classe, je pars faire un footing et à mon retour, Laurent fait de même.

Nous partons ensuite visiter le quartier du parc Maruyama. Nous arrivons par le métro sur une grande avenue et comme nous paraissons un peu perdu, un vieil homme à vélo vient nous montrer notre chemin.

Nous nous arrêtons au premier temple (temple Shoren-in ) que nous croisons (et il y en a beaucoup par-ici). Nous déposons nos chaussures à l’entrée dans des casiers et entrons dans un superbe temple avec de nombreuses salles de prières couvertes de tatamis. Dans chaque pièce, on trouve un petit autel avec des statues à prier. Toutes les salles sont entourées d’un très joli jardin japonais. C’est magnifique et très calme comme endroit.

Ca rappelle aux enfants leurs cours d’aïkido et comme en aîkido, ils se baissent pour saluer avant d’entrer ou en sortant des tatamis.

Nous continuons notre promenade en remontant la colline pour entrer dans le parc Maruyama : le temple se trouvant à l’entrée est déjà fermé car ils est juste 16 heures. Nous nous promenons donc dans le parc en découvrant à chaque lever de tête un nouveau décor ou un nouveau monument à regarder. Ainsi nous découvrons des bouddhas, des sculptures, des jardins japonais. C’est un coin très riche en découvertes… Mais le temps passe vite et la nuit tombe à 17 h 30.

Nous parcourons les rues étroites commerçantes avec échoppes pour touristes. Les rues sont si étroites que nous sommes très étonnés de voir les taxis y circuler.

Nous regagnons l’avenue principale pour retrouver le métro mais nous arrêtons en route dans un petit restaurant choisi au pif par Laurent. Et croyez moi, parfois, je dis bien parfois, Laurent a un bon pif… Nous sommes les premiers dans un petit restaurant à trois tables et un bar. Le jeune cuisinier propose des spécialités apparemment vantées dans le journal récemment. Nous choisissons encore au pif et nous retrouvons face à de succulents plats cuisinés à la plaque et disposés sur une plaque chauffante au centre de notre table.

Ainsi, nous avons savouré :

  • des teppanyaki aux pommes de terre, lardons et fromage
  • des Okonomiyaki au porc et un autre aux fruits de mer
  • du Yakisoba

arrosés de sake Konteki.

Excellent !!!! C’était excellent… Les enfants ont tout dévoré avec plaisir et nous aussi…

Nous sommes rentrés repus et nous sommes donnés l’objectif du lendemain : se lever plus tôt pour partir plus tôt…

20101018_LL_120101018_LL_1-2 20101019_LL_1 20101019_LL_1-2 20101019_LL_1-3 20101019_LL_1-4 20101019_LL_1-5 20101019_LL_1-6 20101019_LL_1-7 20101019_LL_1-8 20101019_LL_1-9 20101019_LL_1-10

Cosplay à Harajuku

Aujourd’hui, c’est dimanche mais pas de répit pour les loulous (après tout, ils ne travaillent que 2 heures par jour). Après un petit déjeuner vite avalé, les voilà à la table de travail. Ils sont en forme et tout se passe comme sur des roulettes. Nous décidons de nous rendre au sud du parc Yoyogi pour aller voir les jeunes qui font du Cosplay. Le Cosplay (abréviation du Costume Playing) est une mode au japon qui consiste à se déguiser en personnage de Manga, de jeu vidéo ou de cinéma et à sortir dans la rue. On y voit aussi pas mal de jeunes “gothiques”.

Nous nous arrêtons en route manger dans un boui boui de Shinjuku et je conseille à la famille de prendre quelques brochettes .. A l’arrivée, rien de bien bon .. brochettes de cartilage de poulet (si, si, ça existe), brochettes de foie d’on ne sait pas quoi et brochettes de tripes. Bref, que du noble quoi ! Les enfants tortillent un peu du nez mais font un effort .. on les comprend car, franchement, à part la langue c’était pas bien fameux.

On reprend le métro pour aller jusqu’à Harajuku mais c’est un peu la déception .. il n’y a qu’une seule fille déguisée en manga .. pas dramatique, nous entrons dans le parc et allons jusqu’au temple. Sur la route, nous croisons beaucoup de femmes et d’enfants habillés en costume traditionnel. A proximité du temple, nous tombons sur un mariage. Les mariés sont aussi en habits traditionnels et le placement des invités suit une organisation toute japonaise : les hommes sont placés au milieu et forment un V partant du bas vers le haut. Les femmes, elles sont sur les bords de l’estrade. C’est plutôt sérieux et tous les costumes des hommes semblent être les mêmes. Il n’y en a pas un qui sourit… La tenue de la mariée est aussi tout étonnante avec une espèce de cône sur la tête…

A côté du temple, on peut écrire ses vœux sur une petite plaque de bois et l’accrocher sur un grand portique .. Nous tombons alors sur une pancarte en français … et devinez quoi ? elle parle de Martine et Ségolène .. Incroyable (je vous laisse lire le reste sur l’image ci-dessous).

Comme dans chaque temple japonais que nous avons visité, à l’entrée, se trouve une fontaine où l’on peut boire de l’eau dans une sorte de grande louche en forme de poêle. On n’en connait pas la signification mais nous associons cette eau à une bénédiction vu le nombre de japonais qui y boivent.

Au retour, nous traversons de nouveaux le parc et tombons à l’entrée sur 3 jeunes gens gothiques… Cela marquera un peu les enfants. Vincent écrira dans son agenda ce jour-là : “on a vu des filles moches” : voilà le résumé de sa journée.

Nous emprunterons une des rues célèbres du quartier vendant toute sorte d’accessoires pour les fameux déguisements mais aussi des posters ou autres objets cultes de groupe de musique.

De retour dans le métro, Nelly découvre avec grand plaisir une boulangerie Paul (et oui même à Tokyo) et se fait un plaisir de s’acheter une baguette, des croissants pour demain matin et un palmier. Dans le métro trois vieilles dames nous abordent en nous entendant parler français. Comme beaucoup de japonais, elles aiment beaucoup la France et nous expliquent que l’une de leurs filles étudie à Paris ce qui leur permet d’aller visiter Paris de temps en temps. Elles trouvent nos enfants bien mignons et une d’entre elles nous dit qu’il ressemble à un acteur américain. Et oui, c’est déjà la deuxième fois durant ce voyage que l’on nous dit que notre Vincent ressemble au petit garçon dans le film “le 6ème sens” avec Bruce Willis. René au Botswana nous avait déjà fait la même remarque. Nous discutons quelques instants avec ces dames charmantes et reprenons notre chemin vers l’hôtel.

Ceci marquera la fin de notre séjour à Tokyo…

De retour à l’hôtel, nous mettons les enfants devant un film sur l’ordi et nous nous accordons un petit cocktail dans le bar sensé être “cosy and very quiet”. C’est sans compter le groupe d’une trentaine de japonais en fin de repas dominical (à 19 heures) qui sont tous bourrés et qui quittent leurs hôtes en les saluant bruyamment, dans le fameux bar “cosy”… Pour nous, c’est marrant, ça fait le spectacle… On les voit se saluer en se baissant à nombreuses reprises, tous de plus en plus bas… Il ne faut pas avoir mal au dos au Japon…  

C’est l’heure de faire les valises. Demain nous partons pour Kyoto…

20101017_LL_1 20101017_LL_1-2 20101017_LL_1-3 20101017_LL_1-4 20101017_LL_1-5 20101017_LL_1-6 20101017_LL_1-7 20101017_LL_1-8 20101017_LL_1-9 20101017_LL_1-10 20101017_LL_1-11 20101017_LL_1-12

Sony Building et Shinjuku

Aujourd’hui, direction le Sony building où la célèbre marque japonaise présente ses dernières innovations et ses futurs produits. Nous prenons le métro d’où un accès direct au fameux building est disponible. L’escalier est sensitif : chaque marche s’éclaire et émet un son (de touche de piano) lorsque l’on marche dessus. Cela fait penser à Jean-Michel Jarre .. c’est assez amusant mais sans plus. Arrivé au premier niveau, Vincent voit tout de suite les PS3 en libre service et attend son tour pour faire une petite partie de jeu de course. Pendant ce temps, Nelly et moi essayons les lecteurs MP3 disponibles partout. L’ambiance est toute japonaise : sols et murs blancs, tout est propre et le personnel plein d’attentions avec moultes courbettes dès que l’on pose une question. Malheureusement, il y a toujours la barrière de la langue et il est difficile d’obtenir des informations car personne ne parle vraiment anglais. Après une petite partie de jeu vidéo, nous montons voir l’étage dédié à la 3D. Nous nous inscrivons pour une petite présentation des dernières nouveautés puis essayons les lunettes. L’effet 3D est bien là mais on trouve tous que c’est assez fatiguant au bout de quelques minutes. Lors de la présentation, une charmante hôtesse nous explique en anglais (ouf) ce que propose Sony pour la 3D. Deux bandes annonces de Disney nous sont diffusées. Ensuite, on a le droit à une petite partie de jeu de voiture et Vincent et moi faisons les cobayes devant l’assemblée toute admirative de nos exploits (bon, on était 6 dont 4 Lellu dans la salle mais bon). La 3D sur le jeu vidéo, c’est pas mal. Puis, vient le test de l’appareil photo NEX5. En faisant un petit panorama et plusieurs vues rapides, l’appareil calcule la profondeur et créé une image 3D. L’hôtesse nous fait la démo en nous prenant en photo et nous voyons directement le résultat sur la télé grâce aux lunettes. L’effet est assez saisissant même si la photo est complètement nulle car en plein contre-jour.

Aux autres étages, on peut essayer les télés à écran plat, les ordinateurs Vaio, les appareils photo mais rien de bien spectaculaire (rien de plus que chez Darty (Vandenboore pour les belges) quoi). Je sors finalement un peu déçu car je m’attendais à voir plus de technologies avant-gardistes et issues des labos de recherches.

Nous sortons et décidons de nous séparer.

Nelly ira faire du shoping avec Erine et Vincent et moi irons nous balader dans Shinjuku pour y découvrir le quartier et notamment les magasins de technologie. A la sortie de la station de métro, nous nous retrouvons dans une petite ruelle bordée de toutes petites maisons hébergeant de petits “boui boui” (tout petit, quoi !). Nous arrivons finalement à l’Electric City. Tout comme à Akihabara, le quartier est plein de grands magasins sur 8 étages qui vendent toute l’électronique grand public. Les salles sont littéralement pleines d’affichettes dans tous les sens et on ne sait pas où donner de la tête. Rares sont les indications en anglais et sur le descriptif des étages, tout est en japonais. Après une visite rapide, nous sortons et entrons dans un Pachinko (le fameux jeu de billes) mais nous nous faisons sortir illico par l’agent de sécurité .. interdit aux enfants !

Nous nous rabattons finalement sur une salle de jeux d’arcade et voyons des tables de jeux électroniques pour jeu de cartes. Personnellement, je n’ai jamais vu ça (je ne suis pas non plus très au fait des salles d’arcade en Europe mais bon). Le joueur joue avec ses cartes réelles (cartes genre Magic the Gathering) et les pose sur une table sensitive qui les reconnait (RFID ?). L’ordinateur affiche ses mouvements de troupes à l’écran et le joueur bouge ses cartes pour le combat. Bref, c’est assez rigolo comme jeu.

Nelly reprend la plume pour raconter sa virée… Erine a 8 ans maintenant et c’est assez agréable de faire du shoping entre filles avec elle… Comme je faisais, petite, avec ma maman… Au moins à deux, on peut flaner tranquillement dans les rayons sans avoir les deux garçons (surtout Laurent) qui râlent derrière parce qu’ils s’ennuient… Dans ce quartier, on ne sait où donner de la tête et où aller… Peut-être attirée par le connu, j’emmène Erine chez Gap et dans cet immeuble, nous découvrons, en flânant dans les étages, plein d’autres magasins sympathiques. J’y achèterai un cadeau surprise pour l’anniversaire de Vincent (Chut, c’est un secret qu’Erine a promis de ne pas dévoiler !) et un pull (moi et les pulls !!!). Nous passerons un long moment dans les magasins d’accessoires Hello Kitty, en déplorant les prix exorbitants pour les articles vendus… Au retour, nous nous arrêtons dans une boulangerie pour acheter une baguette (à partager avec les garçons) et des croissants pour le petit déj de demain…

Nous rentrons ensuite à l’hôtel où nous attendent Nelly et Erine puis nous appelons toute la petite famille via Skype ! ça fait bien plaisir de revoir tous les enfants via la cam ! Pendant ce temps, nous dégustons la baguette avec plaisir… ce qui a impressionné nos correspondants…

20101016_LL_1 20101016_LL_1-2 20101016_LL_1-3 20101016_LL_1-4 20101016_LL_1-5 20101016_LL_1-6 20101016_LL_1-7 20101016_LL_1-8 20101016_LL_1-9 20101016_LL_1-10 20101017_LL_1