Le quartier de la Boca

Aujourd’hui, nous allons visiter le quartier de la Boca, inévitable à Buenos Aires… Ce quartier est un ancien quartier chaud de la ville. En fait, il faut toujours faire attention de ne pas dépasser la voie ferrée et la rivière pour éviter les ennuis… Résultat : le quartier à visiter se limite à 3 rues… Mais trois rues très colorées et animées… Caminito est la rue la plus célèbre.

Il y a des années, le quartier était occupé par des immigrés espagnols ou italiens qui travaillaient au port dans l’entretien des bateaux. En fin de journée, ils utilisaient les restes de peintures pour peindre leurs maisons en tôle, en couleur. Maintenant il y a bien moins de maisons en tôle mais on a gardé les couleurs vives des façades. Nous prenons plaisir à déambuler dans les rues. Erine et Vincent nous disent qu’ils passent une très bonne journée (et ils ne disent pas ça tous les jours). Dans les rues, les peintres exposent leurs œuvres représentant le quartier. et puis, il y a les restaurants dont chacun propose un spectacle de danseurs de tango…

C’est décidé, nous allons profiter de cette belle journée ensoleillée pour déjeuner sur une terrasse tout en regardant les danseurs. Quel restaurant choisir ? Durant notre promenade, nous avons reçu une demi-douzaine de publicités pour des restaurants qui se disent tous les meilleurs du quartier… Laurent a un très bon moyen pour faire son choix : il choisit le restau qui a la plus belle danseuse… hihih… Nous avons droit à de très belles démonstrations de tango. Bon, nous ne sommes pas des spécialistes non plus mais, comme bon touriste, nous sommes très contents du moment passé ici. Même les enfants sont impressionnés par les danseurs. 

Nous avons eu droit aux belles photos avec les danseurs, difficile de garder son sérieux quand on doit échanger un regard ravageur…

Une fois les 3 rues faites en long et en large, nous repartons vers le quartier de l’obelisco avec l’avenue 9 de Julio, l’une des plus larges du monde. Bon, quand on est allé en Chine, ça ne nous parait plus aussi impressionnant que ça mais c’est vrai qu’elle est large… Nous en profitons pour acheter des livres en français pour les enfants avant mon fameux RDV avec le spécialiste du genou…

Ce soir, nous passons encore une super soirée avec Guillaume et Christèle à refaire le monde…

20110511_LL_00157-13 20110511_LL_00157-31 20110511_LL_00157-88 20110511_LL_00157-95 20110511_LL_00157-132 20110511_LL_00157-144 20110511_LL_00157-167 20110511_LL_00157-180

Vous avez aimé ce blog ?

Découverte de Buenos Aires

Ce matin, nous prenons notre temps et finalement, partons à la découverte de la ville en toute fin de matinée… Il faut dire qu’on se sent très bien chez Guillaume et Christèle et puis, on a un peu pris le rythme argentin… Nous prenons le train pour Retiro et partons à la découverte de la ville…

Dans le parc face à la gare se trouve la tour des anglais et juste à coté le monument aux morts de la guerre des malouines (gardé par des gardes en uniforme) … Troublant comme voisinage…. Un peu plus loin, nous découvrons un drôle de bâtiment. De plus près, on réalise qu’il s’agit d’une tour dont les murs sont formés de livres. C’est une œuvre éphémère créée par une artiste argentine pour célébrer la fin de la fête du livre. Les livres utilisés sont des livres du monde entier et les enfants joueront à trouver les livres en français.

Juste à coté part la rue Florida, longue, longue rue commerçante de Buenos Aires. On se croirait chez nous… La rue piétonne est pleine d’artisans qui nous présentent leurs créations mais aussi des couples qui dansent le tango sur le trottoir. Un peu plus loin, nous trouvons la galerie Pacifico magnifique avec une coupole pleine de fresques. Nous déambulons dans la rue et en profitons pour procéder à quelques achats techniques (changement de piles des montres, doubleur de casque…).

Nous arrivons sur la plaza de Mayo avec le bâtiment du gouvernement. Le drapeau argentin flotte fièrement un peu partout dans la ville. De grands drapeaux magnifiques… Les classes d’élèves en sortie dessinent le drapeau argentin assis sur le sol.

Nous souhaitons aller de l’autre coté du bâtiment vers le port mais la traversée des voies rapides semble difficile. En regardant le plan, un petit garçon de 9-10 ans très gentil, bien habillé semblant sortir de l’école nous demande son chemin pour aller comme nous à la Puerta Murer. Je lui montre la carte en lui disant que moi-même, je ne sais pas par où passer. Il fera le chemin avec nous, d’agréable compagnie, nous demandant d’où nous venons et nous parlant du film Ratatouille avec la tour Eiffel. Arrivés à la Puerta Murer, nous lui demandons où il va maintenant et il nous dit qu’il ne sait pas, “vivo solo”. C’est très étonnant et assez flippant en fait de penser que ce garçon est seul dans la rue. Il parait pourtant propre, bien habillé… Avons- nous bien compris ? Nos chemins se séparent ici mais nous nous sentons bizarre à cette idée…

Le puerto Madero est une promenade le long de la rivière fort sympathique, bordée de restaurants. Nous allons visiter la fragata Sarmiento, pour le plus grand plaisir des enfants. Ils se croient sur un galion de pirates même si ce vaisseau est bien plus récent : environ 1850. C’est un 3 mats qui a fait 40 fois le tour du Monde entre 1899 et 1938 (pas mal comme rythme…). Laurent et Vincent descendent en fond de cale pour voir la salle des machines alors qu’Erine et moi profitons du salon des officiers… Des balades sur les ponts, quelques photos de Vincent à la barre et nous voilà repartis… Nous en avons plein les pattes déjà…

Vous avez aimé ce blog ?

Nous rentrons en train dans le quartier Martinez de Guillaume et Christèle. Ce soir, c’est moi qui fais la cuisine pour remercier nos hôtes… Au menu : Tarte à la tomate façon Nelly et Tarte au citron meringuée façon Colette…

20110510_LL_00155-13 20110510_LL_00155-33 20110510_LL_00155-49 20110510_LL_00155-60 20110510_LL_00155-85 20110510_LL_00155-95 20110510_LL_00155-123 20110510_LL_00155-147 20110511_LL_00156-2

Arrivée à Buenos Aires

Après notre séjour à Bariloche, nous prenons l’avion pour Buenos Aires… 1h 45 de vol sans problème pour arriver dans le “centre” de Buenos Aires… Ca fait drôle d’atterrir dans la ville. Nous sommes accueillis à Buenos Aires par Christèle et Guillaume, expatriés français de Peugeot PSA. Guillaume a découvert notre blog il y a quelques mois et nous a gentiment invité à rester dans sa maison.

Christèle et ses deux filles : Marie 2 ans 1/2 et Capucine 4 mois nous ouvrent leurs portes dans le quartier Martinez. Quel bonheur de retrouver une ambiance familiale !  Nous sommes bichonnés par cette jolie petite famille. Nous nous sentons très bien avec eux, comme si nous nous connaissions depuis toujours.

Durant nos discussions, nous découvrons avec grande surprise tous les 4 que nos parents habitent dans le même village près de Poitiers : Fontaine le Comte. Combien de chances avions nous de nous retrouver comme ça au hasard à des milliers de kms de la France ? C’est fou ce que le monde est petit !

Nous apprécions notre séjour au point que nous allons rester plus longtemps que prévu. Les enfants sont ravis de trouver les jouets de Marie, les livres et les dessins animés. Ils prennent plaisir à lire, dessiner, faire de la pâte à modeler, peindre.

Nous nous extasions de choses simples : le son de la machine Nespresso ou du moulin à poivre dans la cuisine nous rappellent la maison. Ca parait très “con” mais c’est rassurant.

Christèle va nous rendre le grand service de jouer notre organisatrice de RDV pour le spécialiste du genou. Depuis ma chute à cheval, le genou me fait toujours mal et ça commence à nous inquiéter. Aussi, je me retrouve chez le médecin argentin.

Arrivés dans le cabinet médical, la secrétaire est très ennuyée que nous ne parlions pas espagnol car dès la première question, nous sommes largués… Heureusement, une autre patiente dans la salle d’attente propose ses services pour traduire. Après 40 minutes d’attente, le médecin me reçoit en me faisant la bise : c’est comme ça en Argentine… Ca fait drôle tout de même… Mais bon, comme il est mignon, c’est pas désagréable…. Bon, finalement, la bonne nouvelle c’est que les ligaments n’ont rien mais il nous annonce qu’il faut faire une IRM pour savoir ce qu’il y a exactement : peut-être qu’un ménisque est atteint…

Notre super Christèle va nous retrouver un RDV facilement pour le lendemain pour faire l’IRM. Trop cool… Dans ses recherches, on lui a même proposé un RDV à 3h40 du matin… On a du faire répéter à la secrétaire plusieurs fois pour savoir si on avait bien compris. Au moins, les machines tournent ici…Nous allons donc profiter de ces quelques jours pour visiter la ville : ce que vous découvrirez dans les prochains blogs.  

P1020791 P1020795 P1020797

La isla Victoria

Le temps est plus mitigé ce matin. Nous décidons de partir pour la Isla Victoria à l’Ouest de Bariloche.

30 minutes de route le long du lac en longeant des hôtels, magasins, chalets en bois. Puis nous arrivons au Puerto Panuelo. Le vent souffle même la voiture et la pluie commence à tomber nous offrant un bel arc-en-ciel sur les montagnes. Petit sandwich dans la voiture et nous voilà embarqués dans un catamaran pour l’excursion… Tout ce que j’aime : la traversée sera très mouvementée avec du vent, des vagues et nous passons à deux doigts du mal de mer… Beurk !!!

Après 45 minutes de traversée, nous arrivons sur l’île… OUF !!! Une guide va nous emmener nous promener dans différentes forêts de conifères de l’île… Elle raconte plein de choses sur les arbres mais on n’y comprend rien et il fait trop froid pour rester statiques à l’écouter… Alors on essaye de courir, sauter et se promener avec les enfants. Nous passons dans une forêt d’immenses conifères qui tanguent avec le vent. Les enfants se défoulent… Un peu plus loin, nous passons près des séquoias puis des eucalyptus. L’île est en fait un énorme jardin botanique. Honnêtement, nous sommes un peu déçus de l’expédition.

Retour dans le catamaran qui nous amène au Nord d’une presqu’île au bosquet……, une heure d’arrêt pour passer le long d’une promenade en passerelle en bois dans une forêt de …. But du jeu : doubler tous les gens de notre bateau pour se retrouver seuls dans l’endroit un peu spécial. Les arbres ont des formes tordues et sont de couleur orangée. Au bout du chemin, le photographe prend la photo de famille devant un chalet à gagner à la loterie (que nous avons perdu, bien entendu). C’est un peu trop téléguidé pour nous, ce genre d’excursions. On nous a répété 10 fois dans le bateau que tout le monde devait être de retour dans le bateau à 5 : 05… On avait envie d’aller voir la guide à la sortie du bateau pour lui demander : mais à quelle heure on doit revenir dans le bateau déjà ??? hihi…

A notre retour dans le catamaran, le temps s’est nettement amélioré : on peut sortir sur le pont sans risquer de se faire emporter par une énorme vague. Nous irons sur le pont supérieur pour tenter l’expérience de donner du pain aux goélands. Les enfants tendent le bras et Vincent se fait pincer la main… En entendant ses hurlements, ça attire tous les autres passagers du bateau qui viendront nous rejoindre sur le pont et nous voler la place…

Laurent, Nelly, Erine et Vincent vont réussir à donner leur pain sans avoir un doigt en moins et sans se faire arroser de fientes… Le ciel est maintenant complètement dégagé, offrant une belle vue sur les montagnes aux abords de Bariloche…

Ce soir, nous irons diner dans un super restaurant-chalet : encore une fois excellente viande grillée, feu de bois dans le restaurant mais ce que nous garderons en mémoire c’est l’image de Vincent qui passe la porte de la grosse porte toute petite, version nain, troll, hobbit ou mini-moys…

20110507_LL_00153-15 20110507_LL_00153-43 20110507_LL_00153-52 20110507_LL_00153-57 20110507_LL_00153-76 20110507_LL_00153-91 20110507_LL_00153-126 20110507_LL_00153-130 20110507_LL_00154-5

Tronador Mount

Nouvelle journée d’exploration… Il fait grand ciel bleu aujourd’hui et cette fois-ci, nous partons au sud Ouest de Bariloche vers le mont Tronador… Une bonne heure de Ruta 40 avant d’arriver à l’entrée du parc. Puis, nous enchainons les 40 kms de piste vers le glacier… Quelques points de vue nous permettent de prendre de belles photos du lac et de la montagne et ses glaciers. Mais c’est long, très long, trop long…

Erine, imperturbable lit dans la voiture malgré les bosses et les virages mais Vincent doit garder l’attention sur la route et surement pas sur un bouquin.

On arrive finalement à un point d’information où nous espérons trouver les meilleurs conseils sur les randonnées : Fermé !!! Il faut dire que nous sommes la seule voiture sur le parking… Après quelques moments de doutes, nous constatons avec soulagement que le restaurant est ouvert. Au coin du feu, nous mangerons une super soupe et de très bons empanadas… Comment font-ils pour être ravitaillé tous les jours ???

Après cette pause, nous sommes en pleine forme pour aller voir le glacier de près et entamer une bonne balade. Nous allons jusqu’au bout de la route et nous retrouvons juste au pied de la montagne. Nous nous équipons de tout notre matériel de froid : bonnet, écharpes, gants, sous-vêtements de froid, pull, veste… car à l’ombre de la montagne, il fait vraiment froid… Et là, patatra, nous constatons que tous les chemins de randonnée sont fermés : Prohibido !!! Nous croiserons une seule voiture dont les passagers nous expliquent que les chutes de blocs de neige et de glace du glacier rendent les sentiers très dangereux… Argh… Super !!! Aurait-on fait toute cette route pour rien ???

Nous regagnons penauds le parking aménagé offrant la meilleure vue sur le glacier. Il est tout gris en bas car a entrainé beaucoup de roche sur son chemin. Au pied du glacier, le lac est laiteux de glace souillée. Bon, on reste là un petit moment cherchant désespérément un chemin de randonnée, sans succès. On entend de temps en temps de gros craquements du glacier qui gronde comme le tonnerre. L’arrivée de 3 mini-bus nous poussera à partir et c’est finalement au pied de notre restaurant que nous trouverons un chemin de randonnée. Le centre d’informations des gardes forestiers est toujours fermé et nous nous engageons sur un chemin un peu au pif espérant atteindre le mirador du glacier (on ne sait même pas quelle est la durée ou la longueur de la balade)  … La première partie de la promenade est plate mais pleine de gadoue… Vincent et Erine n’éviteront pas la “patte chaude” : maintenant vous connaissez l’expression…

La deuxième partie de la balade est plus ardue et ça devient vite de la grimpette dans une forêt de bambous (entre autres) assez humide. Erine et Vincent observent les champignons et avancent bien alors que je traine la patte pour ne pas dire le genou… Finalement, le chef annonce que nous devons faire demi-tour sinon, nous rentrerons trop tard en ville pour rendre la voiture… On ne sera pas aller en haut mais la balade a permis aux enfants de se défouler un peu. Au retour, ils partent devant en courant et passent même les rivières seuls en croisant des chevaux qui semblent avoir plus peur d’eux que le contraire.

Allez, je prends le volant pour les 40 kms de piste et je prends même un gaucho en auto-stop avec ses bottes, son chapeau et son poncho de cavalier… Il ne restera finalement que 3 minutes dans notre voiture car nous croiserons son copain qui venait le chercher.

Journée bien décevante… Tant de kilomètres pour pas grand chose… Il faut dire qu’après le Perito Moreno et les glaciers de El Chalten, on devient difficile….

Heureusement, ce soir, nous sommes allés dans un super restaurant recommandé par les commerçants du coin : “El Boliche de Alberto” : la meilleure viande que nous ayons mangée (et pourtant en Argentine, elle est bonne la viande) mais là, elle fondait littéralement dans la bouche comme du beurre…. arrosée d’un bon Malbek : Un vrai bonheur… Les clients étaient tous des gens du coin et on verra au moment de partir que l’établissement a gagné plusieurs concours internationaux…

20110508_LL_00154-7 20110508_LL_00154-25 20110508_LL_00154-35 20110508_LL_00154-50 20110508_LL_00154-60 20110508_LL_00154-90 20110508_LL_00154-101 20110508_LL_00154-111

La route 63 : retour vers Bariloche

Nouveau réveil sous le soleil sans nuage… On est bénis… Bon, avant de repartir, on repasse à la super épicerie pour remplacer le pique-nique oublié négligemment au restau hier soir… Et nous repartons vers Bariloche mais cette fois par la route 63… Et bien finalement, on préférera cette route-là à celle des 7 lacs…

A peine 1/2 heure après notre départ, Laurent s’engage dans un chemin pour accéder à un lac… C’est super sympa comme endroit, nous sommes au bord de l’eau dans la vallée. Les enfants jouent aux chevaliers et princesses avec des épées, Laurent prend des photos, fait des ricochets et je me dore au soleil… C’est fou comme, à chaque fois que l’on s’arrête quelque part sur la route, dans les 5 minutes, il y a toujours un chien qui débarque pour venir voir… Pas menaçant (heureusement), juste curieux…

Après avoir profité de l’endroit, nous reprenons la route, enfin, nous essayons de reprendre la route… Laurent s’arrête en haut de la côte donnant l’accès à la route 63 et patine sans pouvoir avancer. Il recule pour prendre de l’élan mais recule sur le coté du chemin et s’embourbe encore plus… Nous sommes coincés… Ca nous rappelle quelque chose : combien de fois avons-nous été coincés avec Cell, notre guide au Botswana ? Mais là, nous sommes tout seuls (avec le chien qui est venu voir ce qui se passait).

Alors on essaye différents trucs :

  • Laurent me demande de m’assoir sur le capot du coté de la roue qui patine mais ça ne change pas grand chose…
  • On allège l’arrière : on fait sortir les enfants de la voiture mais ça ne change rien
  • on braque dans un sens, puis dans l’autre : rien à faire
  • je mets des cailloux sous les roues pour éviter de patiner mais non, encore une fois, nous sommes coincés…

Un gros camion passe sur la route et s’arrête : notre sauveur voit vite le problème, sort une sangle de son camion et attache la voiture au camion…

Premier essai (voir vidéo) : Ho Hisse… et Crac, la sangle craque…. Ca nous rappelle quelque chose….(Même expérience vécue au Botswana 7 mois plus tôt)

Deuxième essai : la sangle est bien plus petite et je crains que la voiture ne rentre dans le camion, mais tout va bien… Le camion patine aussi mais finit par nous sortir du trou… (un peu de gomme sur les pneus en moins).

“Ca, c’est l’aventure !!!” comme dit Vincent…

Un peu plus loin, nous nous arrêtons au bord d’un lac pour le pique-nique… Superbe vue. On appelle cette région “la Petite Suisse” et on comprend vraiment pourquoi…

La route se poursuit par des paysages de canyons, plus arides, plus secs… C’est superbe… Nous passons plusieurs cols offrant de très belles vues sur les pics des Andes au fond et le canyon en premier plan. Laurent prend encore plein de photos alors que les enfants ne quittent plus le Petit Nicolas des yeux à l’arrière… Nous croiserons un gaucho argentin sur son cheval équipé de jambières en peau de mouton…

Après 70 kms sur la route caillouteuse, nous avons l’option de regagner Bariloche directement ou de faire un détour vers Villa Traful. Fatigués par la poussière et les secousses maltraitant les amortisseurs, nous choisissons la première option et allons nous boire un bon chocolat chaud chez Mamouchka dans le centre…

20110506_LL_00152-9 20110506_LL_00152-14 20110506_LL_00152-30 20110506_LL_00152-46 20110506_LL_00152-94 20110506_LL_00152-112 20110506_LL_00152-119 20110506_LL_00152-122

Vous avez aimé ce blog ?

La route des 7 lacs

Nous voilà repartis… La route des 7 lacs est la route qui va de San Carlos de Bariloche à San Martin de los Andes : 193 kms. Nombre de tour-operators vendent la balade en bus dans la journée : soit presque 400 kms mais nous, on préfère prendre notre temps et savourer… Au moins, on peut s’arrêter quand on veut :

  • pour que Laurent puisse faire des photos
  • pour que Vincent puisse vomir si nécessaire… Et oui, il faut aussi y penser…

Nous avons donc décidé de dormir une nuit à San Martin de Los Andes.

Comme je vous disais, nous voilà donc partis par une magnifique journée de soleil sans nuages, au volant de notre FIAT Siensa… Bon, on ne sait pas quelle voiture on va acheter en rentrant en Europe mais on sait que ce ne sera pas une Fiat Siensa… Je me sens toute petite dans cette voiture. J’ai l’impression d’avoir les yeux au niveau des essuies-glace. Pas pratique dans un pays où les gens roulent tous comme des mabouls !!!

Car les argentins roulent comme des mabouls !!! Ils te doublent même avec la double ligne jaune sur la route, sans visibilité en face… Je n’ai toujours pas compris qui avait la priorité. A chaque intersection, c’est au premier qui s’engage… C’est parfois surprenant… Et puis, il y a aussi les feux tricolores de l’autre coté de la route que tu ne vois même pas… Laurent en a même grillé un sans le vouloir…

Après la sortie de la ville, le dixième kilomètre sur la fameuse RUTA 40, je me fais arrêter au contrôle de police… Le policier, charmant, m’explique juste que l’on doit garder les phares allumés constamment en Argentine… OK… OUF…

Comme prévu, nous allons nous arrêter souvent sur la route pour prendre une multitude de photos et encore, on n’a pas encore commencé la route des 7 lacs. Notre chemin nous mène à Villa La Angustura, qui, elle, est une petite ville avec des petits chalets : bien plus que Bariloche…. Nous y achèterons notre pique-nique dans une des bonnes panaderia d’Argentine…

C’est là que commence la piste, plus de route goudronnée mais la piste à cailloux et l’enchainement des lacs… C’est beau, très beau mais c’est aussi long, très long… Oh la la, que ça sonne blasés… Mais oui, on doit l’avouer, au bout du 5ème lac, on en avait un peu marre… On n’a pas croisé grand monde sur la route, juste quelques voitures, quelques chevaux et quelques vaches. Une voiture devant nous s’est arrêtée, et s’est mise à reculer : on se demandait pourquoi… Un cheval lui faisait face, menaçant, tout près de la voiture… Le conducteur est finalement sorti de voiture et lui a lancé un caillou pour l’effrayer… Aurais-je pensé à faire la même chose ??? ou aurais-je osé le faire ???

Nous sommes arrivés à San Martin de Los Andes, beau petit village. Il parait que c’est blindé de monde en hiver pour le ski et en été… Les brésiliens envahissent les lieux… Mais, là c’est l’automne et c’est presque désert. Aucune difficulté à trouver un hôtel… Nous serons seulement 6 clients pour la nuit…

Petit passage dans la plaine de jeux pleine de boue du coin : les enfants, enfermés toute la journée dans la voiture ont besoin de se défouler… Comme dit Romuald Ducasse dans son blog de tour du monde : “en clair, on ne peut plus les supporter !” : il est temps de les laisser se défouler.

Nous allons passer dans une très belle épicerie acheter notre pique-nique du lendemain. Mmmmhhh… Puis, affamés, nous allons nous présenter dans un chouette restaurant (KU) à 19h30… Mais les restau en Amérique du Sud, ça n’ouvre pas aussi tôt… Le patron nous laisse nous installer alors que son cuisinier et son serveur ne sont même pas encore arrivés. Il va nous faire une grande démonstration de dégustation de vin argentin : un Malbek ma foi assez bon… Nous passons une super soirée, bien arrosée… Tellement bien arrosée que nos achats de l’épicerie resteront dans le restaurant… Oubliés à notre table…

route 7 lacs20110505_LL_00151-9 20110505_LL_00151-15 20110505_LL_00151-29 20110505_LL_00151-48 20110505_LL_00151-75 20110505_LL_00151-95

Vous avez aimé ce blog ?

Réponse à la devinette Patagonie

Tout d’abord, bravo Christophe, tu as été le premier à donner la bonne réponse et tu recevras dans quelques temps, ton cadeau d’Amérique du Sud.. Effectivement, le rocher est tombé il y a quelques millions d’années d’une montagne, sur un glacier. Ensuite, il a été transporté sur des kilomètres par le glacier dans la vallée, comme un caillou sur un tapis roulant … Il a finalement atterri ici, en plein milieu de nulle part. Le glacier a depuis pas mal reculé et le lac que l’on voit derrière est formé des eaux de ce même glacier.

Merci à tous pour vos idées et notamment à la proposition de Rodolphe qui nous a bien fait rire.. On a aussi du coup appris ce qu’était une “pierre à vinaigre” (ça a l’air quand même assez localisé cette appellation).

20110502_LL_00149-52

San Carlos de Bariloche

On nous avait dit que Bariloche ressemblait à un village de montagne avec des chalets… C’était où ça ??? Parce que nous, on n’a pas vu les chalets… La ville est bien plus grande que ce qu’on imaginait avec beaucoup de voitures. Sur deux rues principales, alternent boutiques de vêtements de sports d’hiver (genre North Face) et marchands de chocolat… Hummm…

Car Bariloche a une spécialité : le chocolat… et ça se voit… Comment choisir son marchand de chocolat ??? Ben, là, on a suivi les conseils des Ducasse mais nous nous sommes léchés les babines devant les autres vitrines aussi… hihihi…

Ce qui est surprenant en Amérique du Sud, ce sont les horaires : les magasins ouvrent de 10 h à 13 h 30 puis de 16h30 à 21 heures… Pour nous, c’est encore surprenant, mais il va falloir qu’on s’y habitue car en Septembre, nous habiterons Barcelone !!!

En ce Mercredi, nous avons parcouru les rues commerçantes de Bariloche assez sympathiques mais on se rend compte que les boutiques vendent toutes à peu près les mêmes choses et on se demande comment ils font pour faire du chiffre (chiffre d’affaires). Ensuite, nous avons tenté une balade au bord du lac mais le vent nous a vite rabattu vers le centre.

Petit passage à l’office du tourisme où les employés semblent payée au nombre de fascicules qu’elles te donnent en un temps record. En clair, en 5 min, la dame que nous avons rencontrée nous a donné tous les documents sur ce qu’il y a à faire autour de la ville mais ne nous a rien expliqué… On est sorti de là comme des c… avec nos papiers sous le bras à étudier comme de bons étudiants se baladant avec leurs poly (syllabus pour les belges)…

Sur la place principale, des photographes attendent les touristes avec de vrais Saint Bernard pour la photo qui va bien… Ca, ça plairait aux chinois !!!

Nous allons finalement trouver une location de voitures et louer une FIAT Siena pour un périple de 4 jours… Nous nous décidons au jour le jour et venons juste de décider que nous resterons dans la région 5 jours…

Demain, nous partons pour la route des 7 lacs, très connue…

20110504_LL_00151 20110504_LL_00151-8 20110504_LL_00151-10 20110504_LL_00151-15

Vous avez aimé ce blog ?

Retour sur le Perito Moreno

Bon, comme vous avez pu le sentir lors de notre article d’il y a quelques jours, nous avons vraiment beaucoup aimé le Perito Moreno. Voici de nouveau quelques images du glacier, en vidéo cette fois. C’est souvent assez “shaky” mais bon .. sans pied, sur un bateau, avec plein de vent .. difficile de rester stable.

Vous avez aimé cet article ?