Kitesurf

Aujourd’hui, et pour la première fois depuis notre départ, nous nous sommes séparés. Je suis allé profiter des belles plages d’Afrique du Sud pour faire du Kitesurf et Nelly et les enfants ont passé une journée tranquille.

La météo annonçait un front froid venant du Cap qui promettait de grosses conditions (plus de 35 noeuds de vent). Je me suis donc mis en relation avec un professeur de Kitesurf afin de lui louer du matériel. Il m’a donné rendez vous sur une plage bien orientée à “40 km” de Port Elizabeth pour 11:00. Quelques indications données au téléphone et c’est parti. Au bout d’environ 40 km en direction de Jeffrey’s Bay, je sors de l’autoroute mais impossible de trouver le bon chemin. 10 km après, je m’arrête sur le bas côté et un sud africain assez âgé s’arrête à ma hauteur en me demandant s’il peut m’aider .. Je lui explique alors que j’essaye de me rendre à la plage de “Gamtoose”; Il dit “ok, suivez-moi” … ce que je fais tout de suite.. je refais toute la route inverse et retourne sur l’autoroute pour m’arrêter bien 20 km plus loin; Ensuite, il me fait un plan sur un papier pour me donner la bonne route (encore 15 km).. vraiment sympa …

Finalement, j’arrive 40 min en retard à la dite plage qui était en fait à 70 km de Port Elizabeth .. Je me retrouve à kiter tout seul sur une lagune dans une réserve isolée … Il y a vraiment beaucoup de vent et je vais troquer la 8,5m² contre une 6,5m² ! A plusieurs reprises, je sors de la lagune pour aller tâter la vague de l’océan indien mais étant complètement seul, ça peut devenir un peu “chaud” en cas de problème. Je décide donc de faire mon papy et de revenir dans la lagune …

Pendant ce temps, Nelly fait l’école aux enfants et nous nous retrouvons dans un parc d’attraction dans lequel les enfants jouent tranquillement à des jeux d’arcade.  La journée se terminera à la maison … menu du jour “salade et poisson” .. un peu plus sain que les jours précédents !

20100823_LL_1 20100823_LL_1-2 20100823_LL_1-3 20100823_LL_1-4 20100823_LL_1-5 20100823_LL_1-6

Un câlin avec des lionceaux

Nous voici à Port Elisabeth, après un transfert en avion qui s’est parfaitement bien passé mais une embrouille de location de voiture laborieuse, qui s’est bien terminée mais nous aura pris 2 bonnes heures à l’aéroport.

Bref, aujourd’hui, nous avons envie de faire plaisir à nos loulous qui se sont super bien tenus ces derniers jours et particulièrement, hier, en attendant notre voiture de location.

Après une belle leçon sur les conjugaisons (quand même), nous partons pour Sea View et son parc de lions.

Faute de les avoir vus dans les réserves, nous allons les voir en enclos. Entre deux averses, nous observons des femelles en train de manger une carcasse, et des mâles qui se baladent nonchalamment. Avant d’entrer en voiture dans l’enclos des lions, on nous fait signer un papier (comme très souvent ici) qui explique qu’on renonce à toute indemnité si un lion nous détruit la voiture .. ou pire.

Nous avançons vers le restaurant du parc et découvrons des girafes et leurs girafons en train de téter… Aïe, c’est quand même pas pratique d’avoir un cou si long…

Arrivés au restaurant, l’averse se calme et nous offre un superbe arc-en-ciel sur la mer… Le premier arc-en-ciel que les enfants aient vu.

Nous entrons dans le restaurant et surprise, nous découvrons 2 lionceaux de 12 jours : ils sont à croquer mais interdiction de les toucher car ils n’ont pas encore été vaccinés. Mais si nous sommes ici, ce n’est pas totalement par hasard, c’est parce que nous avons appris qu’on pouvait jouer avec les petits lions et tigres (face to face).  On demande alors aux enfants ce qu’ils veulent faire … finalement, on nous explique que les tigres ne sont pas de bonne humeur aujourd’hui et que de toute façon, les enfants ne sont plus acceptés chez les tigres bien trop gros. Ce sera donc lionceaux pour tout le monde !

Nous sommes accompagnés dans l’enclos par une jeune femme qui nous explique que les lionceaux sont très gentils et très joueurs. 3 belles bêtes (ils doivent bien manger leur 3 kg de Sheba par jour les chatons) sont allongées sur des pneus à dorer au soleil. Erine et Vincent n’osent pas s’approcher. Je leur montre comment faire alors que Laurent prend les photos. Ils se laissent caresser gentiment et aiment ça…

Je prends la relève de Laurent qui va faire un câlin à une petite lionne… Elle savoure et au bout d’un moment attrape le pull de Laurent avec ses griffes : il rétorque par une tape sur le museau comme la jeune femme nous a appris à faire. Je suis accroupie à prendre Laurent en photo lorsque je suis surprise par deux pattes qui m’agrippe le dos. Un 4ème lionceau est arrivé par-derrière et a manqué de me déséquilibrer … sacré petit coquin !

Erine caresse les lionceaux mais Vincent se méfie un peu… Tout d’un coup, un lionceau s’approche de plus près de Vincent qui s’éloigne d’un pas pressé. L’autre croit qu’il veut jouer et le poursuit. Vincent commence à marcher très vite et la femme lui demande de stopper en anglais. Laurent traduit immédiatement et Vincent s’arrête .. le lion aussi. La femme nous explique alors qu’il n’y a pas de risque mais que le lion, pensant que l’enfant veut jouer à la course, se met à courir derrière. Ensuite, les frères et soeurs voyant le super jeu en cours se mettent aussi à courir derrière l’enfant qui se retrouve avec 4 lionceaux aux trousses et qui forcement commence à paniquer (en gros, les lions, ca aime bien jouer au chat)… Elle rajoute alors que c’est en général le plus petit des enfants que les lionceaux choisissent pour ces jeux car ils se sentent plus proches des tout petits 🙂

Quelle expérience !!!! Satisfaits et ravis, des images pleins les yeux, nous repartons vers Port Elisabeth accompagnés de 2 doudous lions achetés à la boutique et entourés par de nouveaux arcs-en-ciel qui semblent naître sur notre route.

Nous nous baladerons ensuite sur la “Summer Strand” avant d’aller diner dans un restaurant chinois, un bon canard laqué.

A notre retour : Nouvelle surprise et de taille ! Mais oui c’est bien d’un match de foot : GENK-STANDARD DE LIEGE retransmis sur la TV d’un bar sud-africain. Le croyez vous ça ? Les sud-africains regardent les matchs de foot belges…

20100822_LL_1 20100822_LL_1-2 20100822_LL_1-3 20100822_LL_1-4 20100822_LL_1-5 20100822_LL_1-6 20100822_LL_1-7 20100822_LL_1-8 20100822_LL_1-9 20100822_LL_1-10 20100822_LL_1-11

Une journée à Durban

Après une nuit fraîche chez Cindy, nous voilà partis vers Durban. Les habitants nous conseillent de mettre la voiture dans un parking gardé car même si la ville est assez sûre, il y a souvent des vols dans les voitures. Sur les conseils de Cindy, nous mettons la voiture dans le parking du casino, proche du stade et des plages …

Nous arrivons donc au Parking et c’est vrai que cela ne rigole pas .. l’entrée est protégée par d’énormes herses, comme dans les ambassades américaines .. c’est clair que si tu forces l’entrée, tu ne vas pas bien loin (voir photo).

Direction le stade de foot créé pour la coupe du monde. L’architecture du stade se compose d’une énorme structure centrale de la longueur du stade d’où partent d’énormes câbles qui tiennent les toiles au dessus des gradins. Cindy nous avait expliqué que l’on pouvait monter sur tout en haut et avoir une superbe vue de la ville. On décide de le faire à pied .. seul Erine grogne un peu à cette idée. Malheureusement, le prochain départ à pied part 2 heures après notre arrivée alors nous prendrons l’ascenseur. Arrivés la haut, c’est un peu la déception, on a certes une belle vue sur la ville et sur la mer mais on ne voit pas du tout l’intérieur du stade.

Nous restons que 10 minutes en haut et redescendons pour prendre la direction du front de mer et de la plage. Nouvelle déception, tout est désert et même les vendeurs de hot dog sont fermés. Alors que Durban est réputée pour le surf et le kitesurf, il n’y a quasiment personne dans l’eau alors que les vagues semblent être assez sympas. On s’apercevra plus tard que la baignade est interdite car il n’y a plus de filets anti-requins disposés au large. Les nombreux sauveteurs font de la prévention et vont à la rencontre des rares baigneurs. On verra même le soir un sauveteur agiter un drapeau sur lequel figurait un requin pour faire sortir des gens de l’eau. 

Tout le monde commence à avoir un peu faim et on finit par tomber sur quelques fast-food ouverts. On choisit le Wimpy et ……. c’est pas du tout bon ..

Après le repas, on décide de poursuivre en se disant qu’on va bien arriver vers des endroits plus animés.  On avait repéré un parc d’attraction sur le plan et on finit par tomber dessus. Les enfants sont tout excités en voyant les manèges tourner. On décide de leur faire plaisir en se disant “journée perdue pour journée perdue, …”. Arrivés à l’entrée, on nous fait de grand signes … le parc est en maintenance !

On décide alors de faire demi-tour. On passe alors sur une digue où l’on voit des oiseaux fendre l’air à toute vitesse en plongeant dans la mer. En discutant avec les pêcheurs de la digue, nous apprenons qu’il y a un banc de sardines et que les oiseaux se régalent. Eux pêchent de plus gros poissons mais malheureusement aujourd’hui, ca ne mort pas (on est pas les seuls à avoir une journée pourrie).. Je discute 5 min avec l’un d’entre eux (l’homme au bonnet noir en photo) et il m’explique leurs techniques de pêche. Pour être tout à fait franc, j’ai rien compris aux noms des poissons mais en tout cas, c’était des “big fish big fish”.

La journée se terminera gentiment. Durban ne nous laissera pas un souvenir impérissable .

20100820_LL_1 20100820_LL_1-2 20100820_LL_1-3 20100820_LL_1-4 20100820_LL_1-5 20100820_LL_1-6 20100820_LL_1-7 20100820_LL_1-8

What’s for dinner ?

Parlons un peu de nourriture… Après tout, c’est mon domaine, non ?

L’Afrique du Sud est très occidentalisée : nous retrouvons beaucoup de produits ou habitudes anglo-saxonnes. Logique, vu le passé colonial du pays. On retrouve beaucoup de ressemblances avec l’american food.

Une petite visite au Supermarché :

J’adore me balader (et pas ballader) dans les rayons des supermarchés, les marques des supermarchés sont ici des “SPAR” comme en Belgique (surprenant non?) ou “Pick & Pay”. Les supermarchés sont très très propres et parfaitement rangés. Dès que l’on prend quelque chose dans les rayons, un employé est là derrière pour ré achalander (généralement black, les blancs sont derrière et observent). 

Le rayon légumes est assez restreint. On y trouve des tomates assez vertes et des pommes de terre, des patates douces, des oignons et de temps en temps, un chou fleur. Les pommes de terre sont aussi conditionnées dans des sachets en plastique avec un morceau de beurre pour mettre le tout directement au micro-onde !.

On trouve, par contre, un énorme rayon viande avec essentiellement du bœuf, mais aussi du mouton et du porc. Ici, le BBQ (ou Braai comme ils l’appellent ici) est le sport national et on en trouve à disposition sur toutes les aires de pic-nic et dans toutes les locations. Les viandes proposées sont donc souvent marinées et les tailles impressionnantes. On a même vu des steaks de 2,5 kg ! (voir photo).  Plus typique, on trouve aussi des sachets de pattes de poulet à 3 euros le kg…Mmmhhh…

La spécialité de l’Afrique du Sud c’est le Biltong : de la viande de bœuf coupée en tranche, mélangée avec un mix d’épices secret (dixit l’emballage) et séchée. C’est assez dur à manger (en gros faut bien machouiller pendant 10 minutes) mais très gouteux. Les sud-africains en mangent régulièrement et cherchent même l’endroit où l’on trouve le meilleur… Un sud-africain a même demandé à Laurent où l’on trouvait le meilleur Biltong de la ville…

Au village Swazi, Trésor, notre guide, nous a expliqué que les Swazi des petits villages mangeaient essentiellement de l’antilope ou du lapin chassés dans la réserve. Ils ne mangent de la viande de bœuf de leur élevage qu’une fois par an. D’après ce qu’on a vu, la viande est bouillie longuement dans la marmite, à petit feu. Ils mangent aussi du porridge et des épinards. 

Le rayon soda est énorme (bien plus gros que le rayon des fruits et légumes : on sent l’influence de la Coca Cola company). Etonnamment, les jus de fruits sont souvent avec sucres ajoutés et ont des couleurs jaune fluo pas très naturelles. En cherchant un peu, on trouve quand même des jus 100% fruits. L’eau du robinet est potable en Afrique du Sud mais son goût dépend des régions.

Sur les marchés, les sud-africaines vendent des petits ananas, des avocats faisant le double de la taille des nôtres, des oignons, des bananes et souvent des noix de macadamia ou des noix de pécan (ça me rappelle un cours de Mme Lallemend qui nous avait montré une noix de pécan non décortiquée).

Les sud-africains mangent énormément d’oeufs et les emballages vont jusqu’à de petites valises de 60 unités ! En effet, au petit-déjeuner les sud-africains raffolent de l’english breakfast avec œufs, bacon, sausages, beans… English breakfast quotidien, décidemment, nous ne sommes pas tous égaux face au cholestérol. Sur tous les buffets de petit-déjeuner, nous disposons de müesli et de yaourt appelé the healthy breakfast dont Vincent raffole.

En général, les emballages sont très américanisés et on voit souvent la mention “Trans Fat Free” sur les emballages : savent-t-ils tous ce que ça veut dire ???

Avec surprise, nous trouvons beaucoup de produits d’importation : un pot de fromage Philadelphia, importé d’Australie… C’est fou non ?

 The French Touch

Allez savoir pourquoi, le mot “French” est ajouté sur certains produits et en tant que français, on en reste sans voix. Sur la boîte de haricots verts, nous trouvons la mention “the french style”. Mais le top du top, c’est ce produit de salaison conditionné en grosse saucisse “the French polony”. Nous n’avons pas testé le produit en question : pas très inspirés et assez découragés par la quantité. Cette utilisation inappropriée du mot “French” me rappelle ma première expérience des French Toast aux USA, il y a 20 ans déjà (no comment).  

Dans les restaurants

A l’américaine, à l’entrée des restaurants, nous attendons pour être conduits à une table. A l’anglaise, chaque personne dispose d’une petite assiette à pain sur la gauche. A ma grande surprise, tous les employés de cuisine portent des charlottes… contrairement à nos restaurants.

Les portions sont énormes. Lorsque nous commandons des blancs de poulet, nous recevons chacun deux morceaux d’au moins 200 g chacun. Il est courant de voir les Sud-africains commander des T-bone au restaurant. Le viande est omniprésente ici. On nous demande toujours le niveau de cuisson souhaité et nos souhaits sont bien respectés. La viande demandée saignante arrive saignante et pas trop cuite comme aux USA.

Portion enfants : Je laisse Nathalie et Mélanie (mes collègues diététiciennes rencontrées à l’ONE) découvrir sur l’une des photos suivantes la quantité de viande ou de poisson donnée aux enfants dans les menus enfants…    (voir 3ème photo).

Tous les plats au restaurant sont servis avec des frites (on se croirait en Belgique). 8 fois sur 10 les frites sont de vraies frites. Il faut insister si nous voulons autre chose que des frites comme accompagnement.

Il est assez marrant d’arriver dans une petite ville sud-africaine, de trouver des marchés sud-africains traditionnels : pas un blanc à l’horizon : les coiffeurs au bord de la route tressent ou tondent et au milieu de tout ça : un KFC…. Bonjour le contraste…

Nous regrettons de ne pas trouver de plats locaux typiques : les restaurants ne servent que des burgers…. Espérons que dans la suite de notre voyage en Afrique du Sud, nous aurons d’autres occasions.

A très bientôt et encore merci à tous pour vos commentaires, ils nous font très plaisir !

   20100812_LL_1-2 20100812_LL_1-7 20100815_LL_1-2 20100817_LL_1P101008320100816_LL_1 20100816_LL_1-2

Une nuit chez l’habitant

Hier, nous avons fait notre première expérience de Couchsurfing. Nous sommes inscrits sur un site Internet de gens qui offrent le gite aux voyageurs pour une ou plusieurs nuits. C’est pour nous l’occasion de rencontrer des gens locaux qui ont vraiment envie de partager leur culture et style de vie avec des étrangers : un bon moyen d’apprendre des choses sur le pays. Nous avons trouvé Cindy à Durban dont le profil était fort sympathique. Nous avons échangé quelques mails avec elle et nous sommes donnés RDV pour le 19 Août.

Nous sommes arrivés dans un quartier résidentiel et avons, tout d’abord dérangé le voisin de Cindy croyant que nous étions arrivés chez lui.

Cindy est d’origine indienne : la communauté indienne est assez importante à Durban. Elle vit dans une maison en tôle avec ses deux filles. La maison est assez grande avec plusieurs chambres, une salle de bain, une véranda mais l’installation est très ancienne. Il n’y a pas de vitres à toutes les fenêtres car la maison a été cambriolée plusieurs fois.

Nous sommes accueillis par la maman de Cindy qui est ravie de nous voir et de faire la connaissance des enfants. Elle propose tout de suite aux enfants de manger quelque chose.

Cindy arrive dans les minutes qui suivent toute heureuse de recevoir une famille. C’est une couchsurfeuse assidue ; elle reçoit très régulièrement des couchsurfeurs. Ils étaient jusque 18 en même temps dans sa maison pendant la Coupe du Monde.

Nous lui proposons de l’inviter à dîner au restaurant mais le plus naturellement du monde, elle nous propose de partager son repas. Ce sera pour nous l’occasion de goûter des currys sud-africains et des plats indiens. A la sudafricaine, nous mangeons tous les 5 avec les doigts au grand étonnement des enfants. Vincent comprend vite le truc : prendre un morceau de pain puis s’en servir de cuillère dans le curry.

Malheureusement, c’est aujourd’hui le jour le plus froid de nos vacances et la maison n’ayant pas toutes ses fenêtres est pleine de courant d’air. Nous passerons toute la soirée avec nos vestes, y compris notre hôtesse. 

Les enfants jouent au Monopoly avec l’une des filles de Cindy alors que nous lui montrons les photos de notre voyage.

A l’heure du coucher les enfants enfilent deux couches de vêtements et se couchent sur le matelas pneumatique que Cindy leur a gentiment préparé. Laurent et moi dormirons chacun dans un lit emmitouflés dans les couvertures.

Au réveil, nous aurons une grande discussion avec Cindy sur l’Afrique du Sud, les blancs, les noirs, les indiens et le racisme. Elle nous expliquera un peu plus les raisons de la grève actuelle des fonctionnaires sud-africains, qui nous ont fait la surprise de s’arrêter devant nous sur l’autoroute, bloquer les voitures et danser sur la route pour manifester… 

20100820_LL_1-5

Une journée tranquille

Aujourd’hui, réveil à 10:00 pour les parents .. Les enfants nous rejoignent en nous expliquant qu’ils sont réveillés depuis 7:30 et que depuis, ils attendent en jouant en silence ..  sympa !

Le matin, c’est l’heure de l’école .. un peu d’anglais pour commencer puis une dictée et les leçons du jour. Tout se passe bien et la carotte de la DS fonctionne pour l’instant à merveille.

On a aujourd’hui rendez vous à 13:00 pour une petite randonnée d’une demi-heure en poney pour les loulous. Erine est surexcitée. Pour Vincent, c’est une première… Arrivés sur place, les poneys sont plus grands que ce qu’on s’imaginait mais tout se passe bien. Erine montre à son frère, qu’elle, elle a déjà fait de l’équitation…

Un rapide sondage dans la voiture montre que personne n’est vraiment motivé pour une grande randonnée à pied comme la veille. On décide donc de visiter un peu le coin en voiture mais finalement, on se retrouve rapidement à la maison.

On décide de faire le parcours de golf en famille. Bon, on a bien sûr aucun équipement alors on fait avec les moyens du bord. On loue une demie-série à la réception et on prend nos chaussures de marche et nos shorts de randonnée. Ca fait un peu “les Bidochon au golf” mais d’un autre côté, on est les seuls sur le parcours. Le niveau de jeu n’est pas brillant (on a pas joué depuis 1 an) mais on s’amuse bien quand même .. Au septième trou, cela commence à devenir bien trop long pour Vincent et Nelly décide d’écourter et de l’emmener à la plaine de jeux.  (En fait, jusqu’ici le match était équilibré… Mais Laurent commençait à gagner alors je suis partie. Nelly…) Erine et moi finissons tranquillement les deux derniers trous. Erine s’essaye un peu au swing mais avec des clubs d’adultes, le résultat n’est pas au top.

On termine la journée avec un BBQ et on mange autour d’un grand feu de cheminée. Demain, départ pour Durban. Accessoirement, nous essaierons, tous les deux, de frotter comme des malades les pantalons des enfants plein de sève d’arbres de la séance, “je me balance à une liane” . Nelly

20100818_LL_1 20100818_LL_1-2 20100818_LL_1-3 20100818_LL_1-4 20100818_LL_1-5

Drakensberg : Middle of no where…

Après 4 heures de route, nous voici au Drakensberg : une chaine de montagne d’Afrique du Sud.

Nous arrivons dans une région avec des paysages de pâturage (très sec, vu que nous sommes en hiver) et des vaches à perte d’horizon : pas une seule maison aux alentours. C’est le No Man’s world. Nous nous demandons bien où nous allons trouver notre hôtel dans ce paysage.

Arrivés à l’hôtel, nous sommes très surpris : notre chalet est très grand (deux chambres à coucher, deux salles de bains, cuisine équipée avec de l’électro-ménager Bosch en acier brossé : on ne s’attend pas à voir ça ici), tout confort avec canapés, TV, cheminée… On se sent tout de suite très bien. Et cerise sur le gâteau, une vue incroyable… Notre chalet donne sur la rivière (presque à sec en ce moment car c’est l’hiver) et la chaîne de montagne. Nous surplombons la région et on ne voit devant nous qu’une grande étendue de pâturages… Magique…

Au réveil, nous avons hâte d’ouvrir les rideaux pour voir cette vue magnifique. Au petit-déjeuner, une marmotte vient nous rendre visite… Je donne cours aux enfants (l’infinitif pour Erine et un poème à apprendre pour Vincent) sur la terrasse accompagnée de la marmotte et d’un petit groupe de moineaux. Pendant ce temps, Laurent va faire le plein, à 38 kms d’ici…

L’après midi, nous partons faire une nouvelle randonnée dans le Royal Natal Park. Deux heures de randonnée seront transformées en 3 heures avec un passage aux cascades (un peu à sec à cette époque de l’année), une ascension assez intense sur un versant du mont que nous avons attaqué puis une randonnée, sur l’autre versant plus calme.

Les enfants, encore une fois, ne rechignent pas et avancent bien. Après la quête du bâton qui va bien pour les marcheurs, ils discutent tout le long de la promenade en imaginant qu’ils sont des canards et qu’ils apprennent à leurs petits à faire de la musique, du sport… (Cherchez pas à comprendre, au moins pendant ce temps, ils avancent….).

Soirée au coin du feu, repus et ravis de notre journée….

 

20100817_LL_1-4  20100817_LL_1-6 20100817_LL_1-7 20100817_LL_1-8 20100817_LL_1-9  20100817_LL_1-11

Une journée pleine de surprises

Aujourd’hui, c’est dimanche alors on a décidé d’être assez cool … Levés aux alentours de 09:00, on traine un peu avant d’aller prendre le petit déjeuner … Erine est contente car cela fait 3 jours que nous mangeons de bons croissants le matin. Au retour, c’est l’heure de l’école et Nelly se met au travail avec les 2 enfants. En ce qui me concerne, je profite de la connexion internet pour essayer d’organiser la suite du voyage et acheter nos vols Le Cap – Maun. Malheureusement, les cartes bleues ne passent pas .. on passe pour des fraudeurs avec nos cartes françaises avec adresse en Belgique et connexion en Afrique du Sud.. On se demande pourquoi…

Il est plus de midi quand l’école se termine et nous décidons d’aller à la plage à Mission Rock et Cape Vidal, non loin de notre appartement. Après quelques kilomètres, nous rentrons dans la réserve d’Isimangaliso. Nous voilà de nouveau dans une réserve et normalement, on ne peut pas sortir de voiture… on se demande donc si on ne devrait pas faire demi-tour pour sortir du parc et trouver une autre plage.

On arrive finalement près de la plage de Mission Rock : il y a un parking sur lequel, un panneau explique en anglais

“ATTENTION

merci de lire attentivement

1) les visiteurs marchant à l’intérieur du parc le font à leurs risques et périls

2) Merci de noter que vous êtes dans une zone non protégée et que vous pouvez rencontrer des animaux dangereux comme des rhinocéros noirs, des hippopotames, des buffles, des léopards et des crocodiles.”

Ca a l’air sympa  !

mais on voit plusieurs voitures garées et personne à l’intérieur… on décide donc de prendre le petit sentier qui mène à la mer tout en restant sur nos gardes .. quelques dizaines de mètres plus loin, nous voici devant l’océan indien. En guise de plage, ce ne sont que des rochers. Les enfants sont un peu déçus mais retrouvent rapidement le sourire en escaladant les rochers et en découvrant les crabes.

Après une bonne demi-heure de jeu, on décide de repartir vers Cape Vidal pour y trouver une vraie plage de sable.

Sur le chemin, on tombe face à face avec 3 rhinocéros noirs sur la route. On reste à distance respectable des animaux car on sait qu’ils peuvent être dangereux. Deux des trois rhinocéros sont en train de se défier… on se dit qu’on va peut-être assister à un beau spectacle. Mais, après un coup de corne, l’un des combattant bas en retraite et s’en va. C’est alors que les deux autres se mettent à courir dans notre direction. Je passe tout de suite la marche arrière et commence à reculer. Ca n’a pas l’air comme ça, mais les rhino, ca court vite … Au bout de 20 mètres de marche arrière à vive allure, les rhino sortent de la route et vont dans la savane. De nouveau, un petit coup d’adrénaline … Les rhinocéros ont en fait rejoint un petit groupe qui broutait sur le coté.

Une demi-heure après, nous voilà arrivés à La plage de Cape Vidal qui est vraiment superbe. Je décide alors d’aller me baigner dans les vagues car l’eau est chaude toute l’année ici. Nelly, elle préférera faire un footing le long de la plage. On reste une heure et demi à la plage et c’est déjà l’heure de rentrer.

Sur la route du retour, au soleil couchant, nous verrons un troupeau de buffles, des zèbres et pas mal de steenbok. Nelly ne roule pas très vite et pile tout d’un coup .. on attend un boum à l’avant de la voiture .. on vient de percuter un petit steenbok qui a déboulé de la droite. Le choc n’a pas été très violent et l’animal est reparti instantanément .. On se gare quelques mètres après pour constater les dégâts sur la voiture mais elle n’a rien .. Le steenbok est invisible … on lui souhaite un prompt rétablissement mais Nelly n’est pas très à l’aise ….

De retour à l’appartement, on ira manger quelques fruits de mer dans le restaurant d’à côté. Demain, c’est de nouveau la route pour une nouvelle étape dans le Drakensberg ….

 20100815_LL_1-2 20100815_LL_1-3 20100815_LL_1-4 20100815_LL_1-5 20100815_LL_1-6 20100815_LL_1-720100815_LL_1 20100815_LL_1-8 20100815_LL_1-9

A la recherche du grand Rhinoceros !

Ce matin, nous décidons d’aller à la réserve Hluhluwe-Imfolozi Park (je vous laisse le soin de le prononcer correctement en langue Zulu) pour essayer de voir des rhinocéros. Emmanuelle et Antoine, que nous avons rencontrés quelques jours plus tôt nous ont dit en avoir vu plusieurs dans cette réserve. Les enfants sont peu enthousiastes à l’idée de se retrouver une journée entière dans la voiture mais nous les convainquons gentiment (c’est à dire, nous leur laissons pas le choix).

Il y a une heure de route que nous mettons à profit pour faire un cours d’anglais à l’oral .. c’est pas bien brillant et ça du mal à rentrer. On aurait dû emmener Papy Pierre …  voilà le type de conversation que nous avons avec Vincent :

Papa : “Vincent, are you small ?”

Vincent : “Yes, I am areyousmool” 

Bref, c’est pas gagné ..

Arrivés au parc, il y a une horloge à aiguilles donnant les heures d’ouverture et de fermeture du parc .. Et qui a la bonne idée de bouger les aiguilles pour changer les horaires ? bon, vous aurez deviné .. Petite explication en famille …

Tout de suite à l’entrée du parc, nous tombons sur quelques girafes et zèbres .. sans vouloir faire les blasés, on a plus beaucoup d’émotions pour ces animaux que nous avons vus des dizaines de fois. Un peu plus loin, une voiture est arrêtée .. on arrive tout doucement derrière et on se dit … “pourvu que ce soit un rhino”. Arrivés sur place, on ne voit rien, le conducteur du mini-bus recule et se replace, on se met à sa droite et on ne voit toujours rien. Finalement, il nous explique qu’il vient de voir un léopard traverser la route et qu’il le cherche dans les fourrés. Il repart, on cherche encore un peu mais on ne le verra pas non plus .. vraiment dommage car on en a jamais vu et c’est très difficile à repérer.

On passe une heure et demi dans le parc sans voir grand chose à part quelques phacochères. On décide d’aller déjeuner pour profiter des meilleures heures qui commencent un peu plus tard quand le soleil descend. En attendant longuement notre hamburger, un attroupement se forme sur un coin de la terrasse .. Nous rejoignons le groupe et voyons un bel éléphant qui vient se couvrir de boue à quelque mètres de nous. On en profite pour échanger quelques mots avec d’autres touristes qui nous disent qu’ils ont vu des rhino ..  bon, on se dit qu’on aura plus de chance l’après midi.

Départ une bonne heure et demi plus tard … Nelly prend le volant, on décide d’un parcours assez ambitieux sur la carte avec des pistes déconseillées pour les non 4×4. On se dit que notre Honda CRV, haute sur pattes passera et qu’en cas de problèmes, on fera demi-tour (on est en saison sèche donc, les cours d’eau sont bas). Au bout d’une demi-heure de route, à la sortie d’un virage, Nelly freine un grand coup et crie “un rhino”. Petite marche arrière pour se replacer et le voilà .. Il est à 10 m environ et broute tranquillement.  On reste là pendant 5 à 10 et nous prenons beaucoup de photos. Le contrat est rempli. Je dis alors à Nelly “Bon et bien maintenant, trouvons une famille avec un petit” .. et une heure après, on tombe sur une mère et un petit .. La méthode Coué a l’air de bien fonctionner .. Je dis alors “Maintenant, une famille de lions, 2 males 2 femelles et un petit” et devinez quoi ? et bien non, ca n’a pas marché .. dommage. Par contre, on reverra encore un gros rhinocéros en finissant notre parcours.

Nous avons dû sortir du parc assez rapidement car on approchait de l’heure de fermeture .. Il faisait nuit et la route pour revenir à la maison a été assez stressante pour Nelly. Il y avait plein de monde et du bétail sur la route et on ne les voyait absolument pas avant d’arriver dessus .. Heureusement, tout s’est bien passé et après un petit BBQ à la maison .. tout le monde au lit …

PS : pour les mauvaises langues qui doutaient de la bonne santé du crocodile d’il y a 2 jours, je les invite à venir lui chatouiller les canines…

20100814_LL_1 20100814_LL_1-2 20100814_LL_1-3 20100814_LL_1-4 20100814_LL_1-5 20100814_LL_1-6 20100814_LL_1-7 20100814_LL_1-8

St Lucia

Nous sommes arrivés à St Lucia, dans un complexe d’appartements Self Catering recommandé par Laurent, le gérant de notre toute première guest house. Le principe nous convient parfaitement, il s’agit d’appartements à deux chambres à coucher avec cuisine toute équipée, salon et salle à manger. Il y a même une piscine dans le jardin mais l’eau est un peu trop froide pour nous en cette saison. L’appart est situé au dessus d’un mini centre commercial sur la rue principale de St Lucia.

Parfait !!! Nous décidons d’y rester 4 nuits, histoire de nous poser un peu.

Aujourd’hui, nous avons décidé de partir en ballade, à pied : on en a un peu marre de la voiture en fait.

Le plan de la ville montre les endroits où l’on peut voir des hippopotames ou des crocodiles. C’est assez surprenant car ces points de “rencontre” sont situés en pleine ville. En effet, les guides nous recommandent la plus grande prudence car nous pouvons croiser des hippo à chaque coin de rue ici…

Il y a des panneaux partout indiquant qu’il est interdit de nourrir les crocodiles. Apparemment, des touristes jouent à ce jeu là et ensuite, les croco associent humains et nourriture : ça fait désordre et c’est pas un bon plan ensuite pour la ballade dominicale…

Au début de notre promenade, Erine trouve une liane et réalise l’un de ses rêves : se balancer à une liane… Laurent essaiera aussi de jouer au tarzan et finira sur ses deux jambes malgré le bris soudain de la liane.

Cette ville est entourée, d’une part par un lac, puis de l’autre coté par la place avec l’océan indien.      

Nous partons par le lac, puis passons l’estuaire pour arriver sur la plage. C’est très bizarre de voir le changement de paysage lorsque l’on passe l’estuaire. On passe de la végétation verte des arbres, cactus, acacias au paysage désertique de la plage. Nous y verrons un groupe d’hippopotames mais pas de crocodiles.

Nous passons 2 heures sur la plage : IMMENSE… Même la plage des Sables d’Olonne, c’est de la gnognotte à coté de ça. Le vent souffle assez fort, Laurent regrette de ne pas voir de kite dans l’eau : les conditions sont parfaites. Bon, l’eau est assez froide quand même, mais avec une combi…Et puis, sur tous les guides il est écrit : la baignade est autorisée mais à vos propres risques : précisant que la plage n’est pas équipée de filets à requins… OK…

Les enfants jouent dans le sable et nous observons les pêcheurs au bord de l’eau. L’air marin, ça fait du bien quand même et ça décoiffe…

 

 

20100813_LL_1 20100813_LL_1-2 20100813_LL_1-3 20100813_LL_1-4 20100813_LL_1-5 20100813_LL_1-6 20100813_LL_1-7 20100813_LL_1-8 20100813_LL_1-9 20100813_LL_1