Leaving South Africa

20100901_LL_1 Et voilà, notre aventure sud africaine se termine aujourd’hui … nous voilà en route pour le Botswana, pays dans lequel nous passerons une vingtaine de jour en camping dans la Savane : Nelly n’est pas très rassurée…

Il est temps pour nous de faire un petit bilan du mois passé ici. Je dois dire qu’on a été vraiment charmés par ce grand pays. Bien sûr, il y a la diversité des paysages, la beauté des réserves et de la vie sauvage mais aussi et surtout, la gentillesse des gens. Nous avons toujours été très bien accueillis, aussi bien dans les endroits touristiques que par la population.

En ce qui concerne l’insécurité dont on parle partout dans les guides, nous ne l’avons jamais vraiment ressentie. Lorsque nous étions dans des toutes petites villes où l’on ne voyait aucun blanc, nous étions sur nos gardes mais personne ne nous a jamais inquiété. Il est quand même flagrant que les mesures de sécurité sont omniprésentes ici : clôtures électrifiées autour des maisons, « panic button” dans certains appartements que nous avons loués, gardiennage privé.

Entre le parc Kruger, le Swaziland, le township de Knysna, les lionceaux, les baleines d’Hermanus et la ville du Cap, nous avons tous des souvenirs plein la tête.

Au Botswana, il nous sera donc très difficile de nous connecter à Internet et de vous donner de nos nouvelles alors, il se peut qu’on reste muet pendant une quinzaine de jours. Soyez patients…

Cape Town city

Aujourd’hui, c’est notre dernier jour en Afrique du Sud. Nous décidons de nous promener dans le centre de Cape Town. La ville est bruyante, nous ne sommes plus habitués : les crieurs de taxi sont partout et hurlent sans cesse…

Nous nous baladons dans les rues suivant la Promenade conseillée dans le Lonely PLanet : apparemment, tous les guides proposent la même balade car nous croisons plusieurs touristes avec leur guide en main. Nous découvrons la Parade Place, l’ancien hôtel de ville et la forteresse.

Au détour d’une rue, un peu plus loin, notre regard est attiré par une maison de toutes les couleurs, elle nous fait penser à Alice aux pays des merveilles et Vincent dit “bah, c’est un truc pour les fillettes ça” . C’est en fait une pâtisserie, apparemment réputée à en juger par les coupures de presse qui décorent les murs du magasin. Les gâteaux préparés par cette pâtisserie sont énormes et très colorés…  Nous y mangerons une bonne quiche et quelques pâtisseries, bien sûr.

Nous poursuivons la promenade par le musée du 6th district : quartier noir ayant été rasé lors de l’Apartheid. Les anciens habitants ont réalisé une grande carte sur le sol du musée et ont noté leurs noms là où ils habitaient. Le musée est plein de photos d’époque : ce n’est pas si vieux tout ça…

Nous atteignons progressivement le parc à l’heure de la sortie des écoles ; puis le quartier musulman avec des maisons de toutes les couleurs. C’est fou comme, en une rue, tout le paysage change.  

Ce soir, nous allons dormir dans un guest house du Township à Gugulethu chez Liziwe. Le GPS nous emmène dans les rues du township et nous arrivons devant une belle maison. Nous sommes accueillis par Liziwe, très chaleureusement. Elle m’appelle Loulou pour Lellu… Ca fait rire les enfants… Sa maison est spacieuse et très confortable.

Alors que Laurent ramène notre voiture de location à l’aéroport, je donne cours aux enfants et Liziwe nous amène un verre de jus d’orange.

Nous passerons la soirée avec deux couples d’Australiens charmants. Nous échangeons nos expériences sur l’Afrique du Sud : Louise connait bien l’Afrique et a organisé ce voyage pour elle et ses amis. Ils partent demain pour le Rwanda. Le repas est très chaleureux, très bon et partagé avec Liziwe, son mari Donald et leurs collègue et guide Andrew.

Nous passons une soirée très agréable, ponctuée de franches rigolades. Les australiens nous demandent notre parcours en Australie et nous demandent pourquoi nous voulons aller à l’île des kangourous. Naïvement, Laurent leur répond “Bah pour voir des kangourous…” Et là, c’est le fou rire. Les australiens nous expliquent que l’on peut voir des kangourous partout en Australie : pas besoin d’aller dans l’ile des kangourous pour ça (mais c’est quand même un très bel endroit à visiter). Nos nouveaux amis australiens nous donnent leurs coordonnées en Australie en nous faisant promettre de les contacter lorsque nous serons en Australie. Génial… 

Donald nous raconte son expérience, il nous explique leur combat pour expliquer au monde entier que les townships ne sont pas si dangereux et que les étrangers y sont les bienvenus. A Gugulethu, il y a 300 000 personnes dans le township et 3 Millions sur tout le Cap Ouest, cela représente plus des 2/3 de la population.

Donald a construit de ses mains la belle maison dans laquelle nous sommes, il a écrit un livre sur son histoire qu’il nous dédicacera bien volontiers. Cet homme a un grand talent d’orateur, il force le respect : tout le monde se tait quand il parle : impressionnant.

 

20100831_LL_1 20100831_LL_1-2 20100831_LL_1-3 20100831_LL_1-4 20100831_LL_1-5 20100831_LL_1-6 20100831_LL_1-7 20100831_LL_1-8 20100831_LL_1-9

Cap de Bonne Espérance

Une route le long de l’océan avec encore une fois des points de vue magnifiques : c’est ce dont nous nous souviendrons le plus à Cape Town.

Nouvelle surprise pour les enfants : nous arrivons à Simon’s town, réputée pour ses pingouins. Et oui… il y a des pingouins en Afrique du Sud…

Bon, le problème, c’est que ça pue les pingouins… Ouille, aïe, aïe… Croyez moi, c’est plus mignon en photo qu’en nature… Nous avons décidé de manger notre pique-nique un peu plus tard, l’odeur n’étant pas très appétissante… Nous longeons la promenade du front de mer en regardant les nids des pingouins sur le coté. Un accès sur la plage nous permettra de les voir de près et en plein air : ça aide…

Vincent nous fera une petite démonstration d’imitation de pingouins assez réussie…

Après les pingouins, nous reprenons la route pour le cap de Bonne espérance : hautement symbolique. C’est tout de même le point le plus au sud-Ouest de l’Afrique (et oui, ce n’est pas le point le plus au Sud)… Photo devant la pancarte inévitable… Puis, nouvelle ascension du rocher du Cap Espérance : ça rappelle quelques falaises de Bretagne… Le vide nous encercle, le vent souffle et je ne suis pas très rassurée mais les aventuriers Lellu tiennent une réunion de famille au sommet…

Les rayons du soleil pointent nous laissant de très beaux souvenirs…

20100830_LL_1 20100830_LL_1-2 20100830_LL_1-3 20100830_LL_1-4 20100830_LL_1-5 20100830_LL_1-6 20100830_LL_1-7 20100830_LL_1-8 20100830_LL_1-9

Cape Town – Table Mountain

Nouvelle journée à Cape Town : le ciel est bleu et le soleil brille… Le jour idéal pour aller sur la table mountain qui surplombe la ville. L’ascension de la montagne est possible par un téléphérique mais comme nous sommes courageux, nous le ferons à pied. Bon, il faut aussi dire que le téléphérique est en maintenance pour une semaine ce qui a un peu poussé notre choix. Donc, nous entamons l’ascension de la montagne avec 1000 mètres de dénivelé pour 2 h 30 de marche allé et 2 h 30 retour.

Un bon cours de step en perspective. Encore une fois, les enfants sont épatants : Vincent escalade avec des plaisir des rochers plus grands que ses jambes et garde le sourire en disant “Nous sommes les aventuriers Lellu, nous irons au tout en haut”…

La vue est splendide sur la ville… La végétation ressemble à des champs de bruyères sur un sol aride.

Nous croisons bon nombre de groupes qui sont épatés de voir nos enfants avancer si vite. Nous ferons quand même pas mal de pause et avec le soleil qui tape, nous sommes déçus de ne pas avoir pris plus d’eau avec nous. Proches du but une dame nous demande l’âge de nos loulous et nous discutons un moment : là, elle nous donnera LA mauvaise nouvelle : comme le téléphérique est en panne, le magasin au sommet est fermé aussi et il n’y a pas possibilité de recharger nos réserves en eau. Ce sera le coup de grâce pour nos loulous… Malgré notre sacrifice en leur donnant toute notre eau restante, ils préfèrent faire demi-tour à 15 minutes du sommet… C’est rageant…

Durant la descente, ils racontent encore leur vie : je pense que ça leur donne du courage mais qu’est ce que c’est saoulant car ils n’arrêtent pas de parler !!! On les laisse faire, de peur qu’à la place de nous raconter tous le déroulement des matchs de foot et des cours de sport de Madame Nathalie en 1ère et 2ème primaire, ils ne se mettent à chouiner…

Arrivés en bas (4 heures et demi après le départ), nous nous désaltérons avec une bonne bouteille d’eau et allons admirer, en voiture, d’autres points de vue : notamment le stade de Cape Town et la Robben Island (île où a été emprisonné Nelson Mandela) : petit cours de culture générale pour les loulous…

Au retour à la maison, Laurent a encore la pêche et va photographier le coucher du soleil sur “notre baie” alors qu’Erine, Vincent et moi regardons quelques Bugs Bunny à la télévison. 

20100829_LL_1 20100829_LL_1-2 20100829_LL_1-3 20100829_LL_1-4 20100829_LL_1-5 20100829_LL_1-6 20100829_LL_1-7

Cape Town – Waterfront

Dans l’avion de Durban à Port Elisabeth, le steward nous avait dit que c’était la plus belle ville du monde : c’est sûr que c’est surprenant !

Cape Town est encadrée de montagnes qui offrent toute une magnifique vue quel que soit le sens dans lequel on regarde…

Après une route agréable, offrant déjà des vues surprenantes, nous voici donc à Cape Town… Nous passons un pic offrant donc une vue splendide sur la ville, puis un autre pour arriver à Camps bay sur la côte Atlantique. Plus, on avance sur la route, plus on se rapproche de la mer, plus les maisons sont superbes, plus on se dit que notre maison va être géniale. Et on ne sera pas déçus. Maison avec vue sur l’océan (voir 1ère photo), à 20 mètres de la plage (juste la route à traverser), piscine à débordement dans le jardin (mais bon, elle est gelée) : arriver en basse saison a ses avantages…  Nous serons très bien accueillis par l’agence de location qui nous offre une bouteille de vin en guise de bienvenue…   (Bon, la bouteille est accompagnée de publicité pour aller visiter le domaine viticole mais quand même c’est sympa…).

Au réveil le lendemain, nous avons hâte d’ouvrir nos rideaux pour profiter de la vue sur la mer : Aïe : il pleut : la bonne drache, à la belge…

Bon, nous attendons la fin de la pluie en faisant la classe aux enfants puis partons sur le Waterfront, connu à Capetown. Sur Internet, les avis sont partagés : certains trouvent ça génial et d’autres sans intérêt… Nous serons plutôt du 2ème avis. Il s’agit en fait d’un grand mall, entièrement en intérieur, au bord du port, à l’américaine…

Nous essaierons d’en faire le tour par l’extérieur mais un sud-africain nous recommandera de ne pas aller plus loin car un junkie pose des problèmes aux passants… D’ailleurs, à ce moment-là, le junkie est en pleine discussion avec Laurent et lui demande de l’argent pour éviter d’avoir à le voler… tout se réglera gentiment ..

Alors, nous faisons les boutiques intérieures et sommes très tentés d’acheter le joli corset en peau de zèbre ci-dessous pour les soirées Jet-set à venir…

Bon… Nous repartons en voiture en longeant la côte. Le temps étant maussade, j’aperçois des vagues qui déferlent sur la grève : direct, Laurent demande à s’arrêter. J’essaie plusieurs fois de le prendre en photo alors qu’il s’aventure très prêt des vagues mais je ne parviens pas à le prendre en photo se faisant mouiller lui-même.

Après un passage sur la plaine de jeux, nous rentrons à la maison regarder le match de rugby : Afrique du Sud-Australie… Les sud-africains gagnent avec un bel essai dans les 5 dernières minutes…

20100828_LL_1 20100828_LL_1-2 20100828_LL_1-3 20100828_LL_1-4 20100828_LL_1-5 20100828_LL_1-6

Les baleines d’Hermanus

20100828_LL_1

Après quelques heures de route sur la Garden Route avec un vent énorme, nous voilà arrivés à Hermanus, une ville célèbre car on peut y voir des baleines qui viennent y mettre au monde et allaiter leurs petits avant de repartir pour l’Antarctique. Les paysages sont très verts et on traverse d’énormes pâturages où des troupeaux paissent tranquillement (si c’est pas poétique ça !).

Arrivés à Hermanus, nous allons directement sur la côte pour multiplier nos  chances d’y voir des cétacés car nous n’allons rester que 24 heures dans la ville. Nous avons une vue surplombant toute la baie mais point de baleine à l’horizon. Nous nous asseyons tranquillement et scrutons l’horizon accompagnés de quelques autres touristes. Les enfants s’impatientent assez vite à regarder la mer …

45 minutes après notre arrivée, on voit un touriste s’exciter un peu et il nous montre des remous dans la mer .. eh oui c’est bien une baleine ! Elle est très loin de nous mais proche de la côte .. nous faisons le trajet pour la rejoindre ; elle tourne sur elle-même et nous voyons ses nageoires sortir de l’eau. De temps en temps, elle sort la tête d’un à deux mètres. C’est assez émouvant mais pas très impressionnant. A vrai dire, on s’attendait à mieux (nous, on voulait des sauts comme les orques dans les parcs d’attractions !).

On reste quand même sur place jusqu’à ce qu’elle parte .. après 10 minutes, les enfants ont leur compte et préfèrent jouer dans les rochers… Il est 18:00 et il est temps de s’inquiéter de savoir où l’on va dormir ce soir … Au début de notre voyage, nous réservions toujours un peu à l’avance mais maintenant, on fait tout à la dernière minute .. ça permet de changer nos plans plus facilement et comme on est en basse saison, il y a de la place partout ..

Nous nous retrouvons dans un petit B&B et allons manger des spécialités sud-africaines dans un petit restaurant coincés dans une toute petite rue. On choisit un assortiment de viandes et tout le monde se régale. Même les enfants qui auraient préféré des lasagnes ne font pas trop de grimaces !

Le lendemain, direction le bord de mer .. dès notre arrivée, nous voyons à nouveau des remous .. il y a en fait au moins 3 baleines à quelques mètres de distance … de nouveau, elles se retournent sur elles-même. On voit leurs nageoires et de temps en temps, on aperçoit la queue de l’une d’entre elle. Mais rapidement, une petite baleine se met à sauter … toutes les personnes présentes se mettent à faire des “wahouu”. La baleine plonge puis revient à la surface puis replonge et saute … il se passe une dizaine de secondes entre le moment où elle plonge et le moment où elle saute et pendant ce temps, elle se balade, la bougresse ce qui fait qu’il est difficile de la prendre en photo. Mais, avec le mode rafale de l’appareil photo et un peu de chance, on arrive quand même à obtenir de belles images (collées dans le montage ci-dessus). On essaye ensuite de faire des films et toute la famille s’y met. Finalement, ce sera Erine qui aura les plus belles images !!

Nous rencontrons ensuite le “Whale crier” qui, à l’aide d’un vuvuzela naturel, annonce les baleines aux touristes. Nous discutons 5 minutes avec lui … il est assez drôle et nous dit “regarde moi bien, tu m’as bien vu ? …. et bien tu verras personne au monde faire le même métier que moi. Je suis unique !!”

20100825_LL_1-11 20100826_LL_1 20100826_LL_1-2 20100826_LL_1-420100826_LL_1-3 20100826_LL_1-5 20100826_LL_1-6

un Braai à la sud africaine

Au petit déjeuner, nos hôtes de Knysna nous proposent de nous joindre à eux pour leur braai (prononcer “braille”) du soir . Pour rappel, le braai est une institution ici. Pour nous, c’est un barbecue mais d’après eux, cela n’a rien à voir avec le BBQ américain … Bon, Riian (le propriétaire des cabanes) a eu beau essayer de m’expliquer, j’ai pas bien vu les différences …

On arrive donc vers 18:00 avec notre paquet de viande sous le bras (nous avons choisi steack d’autruche et côtes de porc) pour le démarrage du feu … Riian a préparé un bucher en forme de pyramide et je fais une petite blague du meilleur goût sur Jeanne d’Arc qui tombe un peu à plat (bon, en gros, il ne voit pas au début qui c’est Jeanne d’Arc).

On est une dizaine autour du barbecue et on entame rapidement une discussion sur le Botswana car Riian était guide pendant des années là-bas; pour lui, c’est le plus beau pays d’Afrique australe et le camping est le meilleur moyen de découvrir ce pays. Ca tombe bien, c’est ce que nous avons choisi. Il est super enthousiaste et nous parle pendant 45 minutes de tout ce qu’on va y faire et des précautions à prendre (ne jamais sortir de la tente la nuit et si le feu extérieur s’éteint, ne pas sortir non plus le matin ….). Il nous rappelle que dans le bush, les hommes ne sont pas en haut de la chaine alimentaire et que les fauves tiennent cette place, ce qui ne rassure pas trop Nelly !

Nous parlerons ensuite toute la soirée avec un couple de touristes hollandais et nous nous apercevrons que nous avons fait exactement le même parcours jusqu’ici. Vers 20:30, le feu est enfin près (et oui 2h30 après) et Riian lance le “round 1”. On décide de mettre en commun la viande des 10 convives présents pour que tout le monde goûte à tout … On aura donc droit à du bacon en brochette, de la saucisse de foie de mouton (pas ma préférée), des travers de porc, des saucisses et d’autres viandes du cru, souvent assaisonnées généreusement. Le tout est accompagné de salades préparées par Helen et arrosé de vin rouge sud-africain. Les enfants sont un peu à part et jouent à leur DS, pas facile pour eux de s’intégrer alors que toutes les discussions sont en anglais ..

Il fait malheureusement très froid et les enfants, éloignés du feu) sont vite gelés .. ce qui écourtera un peu notre soirée ..

On garde un super souvenir de cette soirée, aussi bien pour la bonne viande que pour les discussions que nous avons eues. Demain, départ pour Hermanus où nous espérons pouvoir voir des baleines dans la baie.

20100825_LL_1 20100825_LL_1-2

Township à Knysna

Après une heure d’école sur la terrasse de notre cabane, direction le township en compagnie de Penny et d’Ella. Ces femmes ont leur propre association d’aide aux démunis qu’ils soient enfants, ou chiens !!

Les townships sont des quartiers défavorisés proches des villes. Le qualité de l’hébergement de leurs habitants va de la  cabane de tôle et de bois au quartier de résidences modestes avec eau et électricité. Ce sont des véritables villes dans la ville.. on y trouve des écoles d’état, des cliniques, des petits magasins, des coiffeurs et même des boutiques où l’on peut échanger son or contre quelques rands. L’eau courante est disponible gratuitement dans des points d’eau géré par le gouvernement.

Depuis la fin de l’apartheid, les plus défavorisés ont accès gratuitement à l’éducation et la santé. Un programme de construction de petites maisonnettes (2 chambres, une salle de bain et une cuisine) a été mis en place par Nelson Mandela en 1994. Ces maisons sont données gratuitement à ceux qui en ont le plus besoin. On en voit énormément et de nouvelles constructions démarrent tous les mois. Au centre du township, on trouve généralement le terrain de foot ! ici tous les enfants noirs jouent au foot. Celui de Knysna sera refait tout prochainement car l’équipe de France a financé sa remise en état suite à sa visite dans ce même township.

Nous entrons par le quartier le plus pauvre et Penny et Ella offrent des bonbons à chaque enfant que nous croisons. Les enfants sont gentils et très timides .. ils ne sont pas du tout agressifs et ne mendient pas. Quant aux parents, nous les voyons peu, ils sont au travail (70% des habitants du township de Knysna travaillent). Nous allons ensuite à l’école : la maîtresse regroupe tous les enfants et les fait chanter des chansons sud-africaines .. Ensuite, nous leur proposons de chanter des chansons françaises .. ce  sera “une sourie verte” et “la danse des canards” (avec les gestes) ! les enfants noirs nous imitent et c’est la grande rigolade !

Je prends quelques photos et les montre aux enfants qui rigolent et en redemandent. Au bout de 5 min, je suis submergé et j’ai 15 enfants sur le dos à chaque fois que je leur montre une photo..

La maîtresse nous fait ensuite visiter la classe et la cuisine et nous explique le fonctionnement de l’école.  Les enfants apprennent 3 langues dès le plus jeune âge dont l’anglais. Ils prennent le petit déjeuner à base de porridge enrichi en vitamines et un déjeuner complet sur place.

Nous irons ensuite chez Ella qui nous montre sa propre maison ainsi que sa cantine (en fait un container aménagé) où elle donne à manger tous les midis à une quinzaine d’enfants. Elle nous chantera des chansons et nous initiera au Djembe tout en nous offrant quelques beignets.

Pour finir, nous passerons par un quartier beaucoup mieux équipé comprenant de nombreuses maisons en brique données gratuitement aux familles par le gouvernement.

Pendant les 3 heures de visite, nous n’avons senti aucune animosité de la part des sud africains. Les enfants étaient tous adorables et souriants. Ella nous a quand même expliqué les problèmes auxquels certains étaient confrontés au quotidien (alcoolisme des parents, sida, maltraitances, …).

20100825_LL_1 20100825_LL_1-2 20100825_LL_1-3  20100825_LL_1-5 20100825_LL_1-6 20100825_LL_1-7 20100825_LL_1-420100825_LL_1-8 20100825_LL_1-1120100825_LL_1-9 20100825_LL_1-10

De Port Elizabeth à Knysna

Après 3 nuits à Port Elizabeth, nous voilà partis sur la Garden Route qui porte bien son nom. Ici, tout est vert contrairement à la région du Drakensberg où nous étions quelques jours plus tôt.

Nous nous arrêtons pour un petit pique-nique sur la plage de Jeffrey’s bay (J-Bay), la Mecque du surf en Afrique,  réputée pour ses “supertubes”. On y passera finalement 2 heures. Nelly se fera rapidement trois copains à quatre pattes qui resteront couchés derrière elle tout le temps de la pause déjeuner. Pour elle qui ne rafolle pas vraiment des chiens, c’était pas vraiment la joie mais bon, tout s’est bien passé.

Ensuite, direction Knysna … petite ville tristement célèbre pour avoir accueilli la “vaillante “ équipe de France lors de la dernière coupe du monde .. Arrivés sur place, on découvre une ville très touristique sans beaucoup de charme. Seule la partie proche du port de plaisance est sympa.

Cherchant notre gite pour la nuit, nous tombons sur un petit endroit de verdure en pleine ville comprenant 11 cabanes en bois. Ce sera notre “nouvelle maison” comme disent les enfants…

Le soir, nous allons  manger dans un restaurant de poissons et demain, nous irons visiter un Township avec une habitante qui gère une association qui nourrit des enfants défavorisés.

20100824_LL_1 20100824_LL_1-320100824_LL_1-520100824_LL_1-2 20100824_LL_1-4 20100824_LL_1-6 20100824_LL_1-7 20100824_LL_1-8 20100824_LL_1-9 20100824_LL_1-10

Retour sur le Kruger park

Voici une petite vidéo du Kruger Park réalisée au début de notre périple. Jusqu’à maintenant, il nous était impossible de la mettre en ligne. L’internet ici n’est vraiment pas terrible et il est très difficile de transférer de gros fichiers. C’est finalement une version dégradée que l’on a réussi à envoyer. La version HD restera donc sur l’ordi jusqu’à ce qu’on trouve une bonne connexion. Les images sont parfois un peu « shaky” mais au 200 mm à main levé avec les enfants qui sautent à l’arrière de la voiture, c’est pas toujours évident de rester stable… ces trois jours au Kruger parc restent pour nous l’un des meilleurs souvenirs d’Afrique du Sud. Vous verrez, pour la musique, je ne me suis pas trop foulé 😉

Mise à jour du 27 août : La version HD est maintenant ici !