Le jour où on a vu l’ours

Après une petite nuit de sommeil, je me lève tranquillement à 10:00. Le temps ce matin est vraiment mauvais et empire au fil de la journée. Il pleut et il fait froid. C’est, parait-il, un temps typiquement arctique. On avait envisagé, la veille une balade à pied pour le matin et une balade en kayak l’après midi pour tenter d’approcher les phoques depuis la mer. Finalement, nous sommes tous bloqués dans le tipi à lire des livres sur l’Arctique.

On y lit notamment des expériences de rencontres avec des ours qui ont mal tournées. A chaque fois, le problème vient du manque de surveillance humaine. Malheureusement pour les petits groupes de 1 ou 2 personnes, il n’est pas envisageable de faire des tours de garde toute la nuit. La solution consiste alors à mettre des fils à ours autour du camp qui envoient des fusées lorsque un ours approche. Encore faut-il que le fil à ours fonctionne, ce qui n’est pas toujours le cas. David nous fait aussi part de son expérience personnelle. Il est guide au Spitzberg depuis quelques années déjà et recense 12 rencontres avec les ours. Il a dû gérer 2 attaques du camp qui se sont à chaque fois bien terminées. Une d’entre elle a duré quand même 26 heures pendant lesquelles il a fallu surveiller de très près les déplacements de l’ours qui n’avait pas que de bonnes intentions.

Vers 16:00, le ciel se dégage un peu et nous décidons de partir à pied en direction du glacier Feiringbreen. La balade se passe tranquillement. On croise des lagopèdes, sorte de petites poules. C’est la seule espèce d’oiseau qui reste tout l’hiver dans l’Arctique, les autres préférant migrer vers le sud.

Nous continuons notre route après avoir fait 2 fois demi-tour grâce à Cannelle et Sylvette qui sèment bottes et gants dans la toundra (encore bravo les filles Sourire  ).

Et là, alors que nous montons une pente assez raide et que nous regardons tous où nous mettons les pieds, Philippe, l’œil de lynx du groupe (il voit tout avant les autres) dit “des ours à gauche !!”. Effectivement, sur l’autre flanc de la montagne, il y a une mère et son petit qui se reposent gentiment. Le groupe se resserre et nous sortons tous les appareils photos. Nous sommes dans une situation idéale au niveau de la sécurité. Nous surplombons l’animal et la distance entre nous est bien suffisante pour prendre les mesures en cas d’attaque. Forcément, nous bombardons les animaux de photos. La mère porte un collier qui permet à des scientifiques de suivre ses déplacements. Nous sommes tous hyper contents car il arrive bien souvent que des groupes passent leur séjour sans voir d’ours.

Après une bonne heure de mitraillage, nous continuons notre route vers le glacier. Le temps s’éclaircit vraiment maintenant et c’est la première fois que nous voyons le soleil. Cela fait vraiment plaisir. Nous voyons le glacier vêler, c’est à dire que des blocs de glace se détachent du front pour tomber à l’eau. Quelques secondes plus tard, nous voyons la vague formée par la chute de la glace arriver à nos pieds.

Après une petite séance photo, nous rentrons au camp vers 22:00, mangeons tranquillement et nous couchons vers 1:30; nous continuons à décaler gentiment nos horaires. Les gardes d’aujourd’hui doivent se faire avec la plus grande vigilance.. les ours que nous avons vus aujourd’hui étaient à moins de 500 mètres de notre camp.

20120813_164529_IMG_171920120813_172354_IMG_173020120813_174612_IMG_177820120813_183932_IMG_185920120813_195515_IMG_189320120813_201646_IMG_190520120813_203928_IMG_193320120813_205307_IMG_195720120813_205755_IMG_196020120813_210929_IMG_196220120813_211412_IMG_196320120814_003336_IMG_1975

2 réflexions au sujet de « Le jour où on a vu l’ours »

  1. Ce journal est un régal ! Super idée, super agréable de revivre une journée de ce beau voyage tous les jours. Grand merci !!!

  2. Superbes images !
    je suis tombé par hasard sur votre site via un autre lien et je dois dire que vous m’avez fait rever !
    j’en reve vriament de faire un tel périple, j’ai terminé les bouquins de mike Horn (aventurier qui est notamment le premier homme en 2004 je crois, a avoir fait en deux ans le tour de l’artique à pied) Avec vos photos , vous venez d’imager complétement ce paysage ! c’est vraiment génial la ou vous etes allé ! J’adore :).
    Je voyage aussi plutot sac a dos mais ds les pays chaud (pas longtemps non plus, lol, 3 semaines max, réunion, sri lanka, maroc, europe, mais c’est plutot orienté surf) mais j’iamerai un ptti tour dans le grand froid comme vous !

    Bref, j’adore cet état d’esprit aventurier que j’ai également.
    @ + jonathan 32 ans de bordeaux

Les commentaires sont fermés.