Baños

Oui, c’est bizarre d’aller dans une ville qui s’appelle “toilettes” en espagnol. Vincent a eu du mal à comprendre mais ici le mot Baños fait référence aux sources d’eaux chaudes de la ville.

Nous avons pris un Mini-bus à 9 (Lellu and Galamez families together) pour arriver au bout de 4 heures à Baños depuis Quito.

En chemin, nous avons trouvé par hasard le camping car des “6 en route”, famille suisse autour du monde depuis 4 ans avec leur camping car. Juste le temps de faire un petit coucou et d’échanger un peu de nos nouvelles et nous sommes repartis.

Les routes en Equateur sont :

  • soit défoncées
  • soit en travaux…

Ca va ensemble vous me direz mais c’est assez pénible en fait de constater que les routes sont pourries ou embouteillées suite aux travaux…

Comme dans tous les pays en Amérique du Sud, les gens conduisent comme des mabouls… Incroyable… Vas-y que je double en passant allègrement la double ligne jaune et sans avoir la moindre visibilité en face. Bref…

Par certains coté, l’Amérique du Sud nous rappelle l’Asie : nous avons croisé nombre de camions transportant des porcs entassés les uns sur les autres vivants… ou des moutons ou des poules… Les chargements de camion valent parfois le coup d’œil… Par contre, il faut éviter de regarder la fumée noire qu’ils dégagent dans les pentes ou on frôle l’asphyxie par un seul regard…

Les paysages sont très verts ici… Rien à voir avec la Bolivie et le Pérou. On retrouve le plaisir des paysages de campagnes, un peu comme en Auvergne avec des collines et des montagnes en arrière plan.

Une fois installés dans notre hôtel sympa qui ressemble à une grande maison (la Casa Verde), nous partons déjeuner en ville. Petite ville à taille humaine, bien plus sécurisante que Quito… Nous découvrons assez vite qu’elle n’est pas bien grande et assez mal entretenue. Les maisons ne sont pas toujours finies, les peintures non entretenues, les jeux de la plaine de jeux en piteux état… Mais on s’y sent bien.

L’occasion pour nous de passer 3 jours tranquilles sans speeder. Les enfants vont pouvoir dormir, nous allons pouvoir cuisiner dans notre “maison-hôtel” et éviter ainsi un millième restaurant… Ca fait de bien de se retrouver “comme à la maison”.

Nous allons faire une grade balade vers le mirador de la ville, histoire de défouler un peu les enfants et nous irons aussi voir le volcan du haut de la colline opposée.

Baños est surplombé par un volcan : le Tungurahua; c’est le plus haut volcan encore en activité au monde. En 1999, il y a eu une énorme éruption. La population a été évacuée et les maisons gardées par l’armée. Or, des vidéos ont montré que les militaires pillaient eux-même les maisons. Les habitants ont donc repris la ville de force. Depuis, il y a eu une autre éruption en 2006 et nous avons vu des panneaux partout en ville pour préciser où se rendre en cas d’éruption… Il y a des panneaux comme ça qui nous auront marqué pendant ce voyage… Cependant, les habitants ne sont pas effrayés, ils disent que le volcan est leur ami. Actuellement, on ne peut pas voir la lave qui sort à son sommet, mais c’est souvent possible lorsque le volcan se réveille à peu près tous les 6 mois…

20110701_LL_00220-2020110701_LL_00220-6420110701_LL_00220-6720110702_LL_00220-4220110702_LL_00220-4620110702_LL_00220-6920110702_LL_00220-8120110702_LL_00220-85