What’s for dinner in Bolivia ?

En Bolivie, j’avoue que j’ai été surprise : nous avons été bien logés et avons très bien mangé.

Voici un petit résumé de nos aventures gustatives :

  • la truite du lac Titicaca : un incontournable : très bien cuisinée et préparée à la plancha ou aux amandes ou fumée…
  • les pommes de terre : nous avons vu les boliviens les récolter sur le bord des routes : il existe toute sortes de tubercules : petits ou plus gros mais toujours avec beaucoup de goût. Il existe plus de 200 tubercules différents en Bolivie. Certains tubercules sont séchés et gelés avant d’être réhydratées avant leur consommation.
  • le quinoa : incontournable : les récoltes étaient déjà faites à notre passage du coup, nous n’avons pas vu les champs noirs, rouges et jaunes mais nous avons dégusté du quinoa dans la soupe, dans le chocolat, dans le muesli du matin, dans la salade ou comme féculent de nos repas… En tant que diététicienne, je connais le bon coté nutritif du quinoa très riche en protéine et en fer. Et du fer, nous en avons besoin ici dans les hautes altitudes pour produire des globules rouges…
  • les pop corn géants d’Amérique du Sud vendus sur les marchés dans des sacs grands hauts de plus d’un mètre. Surprenant : la taille des pop corn bien plus gros que ceux de chez nous…

Les boliviens mangent un petit-déjeuner assez léger : café (pas fameux) et pain (assez bon). Mais en milieu de matinée, ils savourent souvent une soupe en guise d’en-cas. On voit ainsi passer des femmes avec des assiettes à soupe dans la rue vers 10 h.

Au déjeuner, les restaurants proposent un repas très complet. Nous avons dégusté ce repas (almuerzo) à Potosi. On ne choisit pas notre repas et le serveur nous amène la soupe, puis la viande avec légumes et quinoa. La viande est souvent du poulet mais on peut aussi manger du lama. Le repas coûte entre 7 et 30 Bolivanos (70 cents à 3 euros). Le repas du soir des boliviens est habituellement plus léger.

Nous avons visité de très beaux marchés en Bolivie. Les fruits et légumes semblent non traités et les étals sont abondants. Les marchés nous ont faits penser à ceux du Vietnam ou du Cambodge. La viande est placée sur les stands sans être mise au froid. On croise régulièrement des têtes de bœufs. 

Les boliviens vivant en altitude apprécient particulièrement les sources de glucides : les céréales, les tubercules et les pois (de toute taille et de toutes les couleurs). 

Nous avons aussi dégusté de très bons jus de fruits ici. Même sur les marchés, les vendeurs proposent des jus fraichement pressés. Jus de papaye, jus de banane, jus de tumbo (sorte de fruit de la passion) ou jus de fruits rouges. Excellents !!!

 

  20110606_LL_00189 20110610_LL_00192-81 20110610_LL_00192-84 20110610_LL_00192-101 20110614_LL_00195-165 20110614_LL_00195-169 

Pour aujourd’hui, une nouvelle devinette : qu’y a t il dans le sac plastique ci-dessous ???

20110614_LL_00195-170

12 réflexions au sujet de « What’s for dinner in Bolivia ? »

  1. Coucou les Lellu(s)

    J’espère que vous allez bien.

    Pour votre devinette, je dirais: des piments (type piment cerise)?

    Bonne continuation à vous.

    Bises des 4 NAIN(s)
    Delphine

  2. Ben, tu parlais de tubercules déshydratées dans ton article très intéressant, n’en serait-ce pas ? Alors, peut être pas des tubercules, mais plutôt des oranges déshydratées.
    A voir.

  3. on ne sait pas et on n’a pas envie de chercher pour rien gagner, na!

  4. Perdu !!! Ca aurait pu (on voit qu’il y en a qui suivent) mais ce n’est pas ça !!!

  5. On fait pas la « gueule », mais t’es trop contente quand tu dis « perdu ».
    Nous, on bosse « utile » c’est tout!
    Il y a une certaine « Dipsy » qui vient en vacances en Poitou, on rigolera quand ce sera bouclé…
    Hihi.
    D’ailleurs ça avance…

  6. Peut être des noix, alors. Mais pas des noix de kangourous, attention. Des noix de Bolivie.

Les commentaires sont fermés.