La Paz

Allez, ce matin, on fait un peu d’école… Ces derniers temps, nous sommes un peu plus cool avec l’école vu que nous avons fini le CNED mais nous essayons de faire faire quelques révisions aux enfants. De nouveau, le ton monte quand Erine met 3 plombes à répondre à 9+6… Ouille, ouille, ouille…

Bon, finalement, c’est l’heure de partir avec les PPZ en vadrouille. Nous refaisons certaines rues des sorcières ensemble. C’est sympa pour les filles et même pour les hommes de faire du shopping ensemble. On a même commandé un polaire sur mesure pour Vincent avec Mario dans le dos pour 8 euros, seulement… Les filles s’achètent des petits bracelets et les garçons des flûtes de pan.

Notre objectif est d’aller vers la calle Jaen Museums mais on flâne et on prend notre temps. Patrick va même se faire couper les cheveux. Certaines rues sont bourrées de voitures très très polluantes et d’autres sont semi-piétonnes, bien plus sympas. Nous allons fuir les grosses avenues comme la peste et préférer les allées moins fréquentées. Les enfants jouent ensemble en courant, c’est sympa.

Petite pause pour boire une “p’tite mousse” comme dit Doriane mais ce sera plutôt une crêpe pour nous et nous voilà dans la Calle Museum : de chaque coté de la rue étroite et à pavé, s’alignent les petites entrées des musées : comme des entrées de maison de particuliers.

Nous finissons la balade par la plaza Pedro de Murillo où se trouve le Presidential Palace. Il est 18 heures et c’est l’heure où la garde abaisse les drapeaux. Les enfants sont pas très intéressés par la garde et préfèrent courir après les pigeons qui recouvrent la place.

C’est le moment des au revoir et des larmes… Doriane et Erine pleurent alors que nous saluons les PPZ qui rentrent Samedi en France pour la fin de leur tour du monde (ils ont encore avancé leur retour). Ciao les amis… On se reverra en France ou en Espagne…

De notre coté, c’est l’heure des valises car demain, nous partons pour Copacabana (pas au Brésil mais en Bolivie sur le bord du lac Titicaca). Enfin, on va essayer de partir car la compagnie de bus nous demande de partir une heure plus tôt que prévu : il y a des manifestants à la sortie de la ville qui bloquent toutes les voitures. Ils nous disent qu’ils vont essayer de passer mais ne peuvent pas promettre que nous y arriverons…

Suspense…

 20110607_LL_00189-70 20110607_LL_00189-79 20110607_LL_00189-104 20110607_LL_00189-10620110607_LL_00189-118 20110607_LL_00189-121