Route vers Cafayate (2)

Au réveil, un courageux, toujours le même : Laurent qui se lève pour le lever du soleil sur le canyon. Sam et Charlotte avaient dit qu’ils iraient avec lui mais finalement personne ne s’est levé à 7 heures, il est parti tout seul. Et il était ravi de ses photos au lever du jour.

Douche chaude pour les filles mais froide pour Sam et petit-déjeuner sur des nappes dégueu. On a bien essayé de les secouer et de les retourner mais de l’autre coté, c’était encore pire. Après un petit tour dans le petit village avec la belle église qui va bien (toujours pas de sergent Garcia en vue et pourtant, il aurait fait bien dans le paysage), nous repartons vers Cafayate.

A la sortie du village, nous sommes dans un espèce de canyon avec des roches rouges magnifiques, c’est là que Laurent a pris ses photos de lever du soleil. Nous allons faire de nombreux arrêts sur la route tout en écoutant de la musique dans les voitures. Au début d’une chanson de Noir Désir, Vincent nous dit “Plus fort, ça c’est de la musique !” Bien mon fils, bien…

Nous croisons des petits hameaux : incroyables, ces gens vivent là, loin de tout… Et nous croiserons aussi quelques gauchos sur leurs chevaux. Tout d’un coup, c’est un vrai zorro (renard)qui traverse devant nous…

Finalement, on arrive à Cafayate et après 250 km de piste, on retrouve une “vraie” route. Cafayate est une belle petite ville avec sa jolie place. Déjeuner sur la terrasse au soleil… En attendant nos plats, Sam va se prendre un beau coup de soleil sur le front, qui lui donnera une sacrée touche… On voit passer des ânes sur le trottoir, tout seuls… Une petite partie de babyfoot et de shopping avant de partir et nous entamons la ruta de las Conchas avec ses fabuleux paysages sculptés dans la roche rouge. Il y a de nombreux points de vue, certains plus fabuleux que d’autres…

Nos préférés seront les trois derniers avec l’amphiteatro et el Gragantua del diablo : deux trous dans la roche, énormes. Aucune photo ne peut donner le même effet que la situation vécue là-bas.

J’ai quand même un peu la trouille en me baladant dans les roches car ici, il est connu qu’il y a des serpents à sonnettes.

On a aussi bien aimé certaines Desvio (déviations) dues à l’affaissement de la route… Quan je dis affaissement, c’est surprenant : parfois la route s’est littéralement éffondrée : on voit la fin du goudron et un grand trou puis en face la route reprend.
On fera la connaissance de quelques lamas… Certains ont vraiment une sale gueule avec leurs dents de devant…

Inoubliable, le ciel avec les couleurs de l’arc en ciel qui entoure le soleil comme une tache d’huile…

Au dernier point de vue, nous laissons Sam et Charlotte qui repartent vers le Sud pour la suite de leur voyage… Salut les copains, c’était sympa de vous revoir ! Vu qu’ils seront aux USA dans 10 jours, là c’est sur, on ne se verra plus avant le retour en France.

Le suite de la route est plus quelconque, en fait et nous rentrons sur Salta pour préparer notre grand voyage de demain vers San Pedro de Atacama. Petit passage au supermarché :je me vois déjà à Barcelone pour faire mes courses, j’arrive à m’en sortir et même à sortir quelques mots en espagnol avec une femme argentine qui fait le chemin avec moi jusqu’à l’hôtel.

20110521_LL_00169-59 20110521_LL_00170-11 20110521_LL_00170-16 20110521_LL_00170-31 20110521_LL_00170-74 20110521_LL_00170-105 20110521_LL_00170-131 20110521_LL_00170-171 20110521_LL_00170-175

Vous avez aimé ce blog ? Votez pour nous

4 réflexions au sujet de « Route vers Cafayate (2) »

  1. Petite devinette à mon tour:
    je viens de mettre en terre 6 exemplaires de « Charlotte » – puisqu’on vient de passer quelques temps avec elle (et Sam)….
    Qu’est ce que c’est que ça que c’est???

  2. Il manquerait plus que je ne sache pas répondre à cette question : des pommes de terre bien sûr !!!

    Bon, pour notre devinette, pas de gagnant pour l’instant !!! Non, ce n’est pas du chêne ou liège et non Nathan ce n’est pas du bambou ni de l’eucalyptus…
    Allez on cherche encore …

  3. Tandis que nous séchons (dans les 2 sens du terme), toi Nelly,
    tu t’éclates avec les Charlotte(s).

  4. Attention, la charlotte est aussi une variété de fraise. Nous en trouvons en ce moment sur le marché et je dois avouer qu’elles sont assez bonnes.
    Bon, sinon, ton fils commence à apprécier du noir désir. Demande à Karim et Stéphane, ils doivent avoir des dock martins en 28, ils en avaient déjà à l’époque. A+.

Les commentaires sont fermés.