Une journée à cheval à Rapa Nui

C’est avec un peu d’inquiétude mais aussi une certaine excitation que nous avons organisé cette journée à cheval avec notre guide Patrice.

Le cheval est l’animal roi sur l’île de Pâques, il y en a des milliers en liberté qui se baladent, passent sur la route au moment où on s’y attend le moins et peuvent même marcher sur les ahus des moais… C’est assez surprenant de s’arrêter sur un site et de croiser une jument et son poulain qui passent par là ou encore d’aller au restau le soir et de croiser des jeunes Rapa Nui allant boire un verre à cheval…

Bref, la balade à cheval était donc plus qu’incontournable sur l’île et Claudy attendait cette journée avec impatience.

Nous sommes arrivés avec Patrice dans un ranch vers 10 heures le matin. Le ranch est en fait une ferme : nous sommes accueillis par des dizaines de cochons qui se baladent un peu partout. A notre arrivée, les chevaux ne sont pas prêts, ils paissent dans les prés. Qu’à cela ne tienne, les rapa nui montent des chevaux à cru et ramènent un groupe dans un enclos : nous les voyons arriver de loin au galop : impressionnant, je me suis même demandée si nous ne devions pas nous cacher dans la voiture.

Ensuite, les rapa nui décident de quel cheval sera monté par quelle personne : “un por la nina (Erine), un por el nino, un por el hombre con el sombrero (Laurent)”… Nous faisons connaissance avec nos montures alors que Patrice installe les selles. Ces chevaux sont bien moins grands que ceux que nous avions monté en Nouvelle Zélande.

En selle tout le monde : dès le départ,  Claudy semble bien à l’aise sur sa monture qu’il arrive à diriger sans problème (ce n’est pas une première pour lui…). Maman et moi sommes bien plus placides sur nos canassons. La petite difficulté du départ est de se faire comprendre par le cheval et de trouver le truc pour le faire avancer : un son “tic-tic” de la bouche ou un coup de talon… Je crois que de mon coté, je n’ai toujours pas trouvé le code exact…

Nous prenons le chemin de la sortie de la ferme, traversons la route et entamons la traversée d’une forêt d’eucalyptus aux odeurs … australiennes…. Tout le monde semble bien parti et profite de la promenade.

Tout d’un coup, sans raison apparente, mon bourricot part au galop… Pas cool car je ne maitrise rien du tout. Avec le recul, je crois que j’ai vite perdu les étriers, j’ai tiré sur les rennes sans succès et au lieu de dire “HO!” calmement, je me suis mise à crier de plus en plus fort ce qui a vraisemblablement encouragé la bête à accélérer (c’était le contraire de mon objectif, vous vous en doutez). Résultat, je me suis lamentablement vautrée… Je suis tombée quoi et à en croire les marques que j’ai dans le dos et la douleur dans le genou, je ne me suis pas loupée. Laurent pense que le cheval m’a heurté avec un sabot. Plus de peur que de mal, une fois assise et une fois que j’ai repris mon souffle, tout allait bien… Mis à part une inquiétude grandissante de ma part face à mon manque de maitrise de l’animal.

Les idées remises en place, nous avons repris la route sans vraiment comprendre pourquoi mon cheval s’était ainsi emporté. Nous avons découvert des paysages magnifiques car une fois la forêt traversée, nous avons longé sa lisière pour observer l’enchainement des collines des volcans sur des kilomètres de plaines sans arbre. Là, nous sommes seuls avec la nature. Ici, il n’y a aucune route, juste quelques sentiers que l’on devine à peine sur les flancs et crêtes des collines.

Arrivés au sommet du volcan Maunga Terrevaka (à 507 m d’altitude), nous avons une vue à 360° d’autant plus impressionnante que nous sommes assis sur nos montures. Erine me dira même “Maman j’ai peur de regarder le vide devant moi, du haut du cheval”,  tu m’étonnes !!! Là haut, le vent souffle et nous sommes soufflés nous aussi par de tels paysages : nous voyons la mer tout autour de nous mais aussi le cratère d’Orongo et tous les volcans de l’île. A couper le souffle…

Après un bon pique-nique à base de tortillas, et une pause bien méritée pour détendre nos muscles endoloris par la posture, les enfants sont pressés de repartir.

Au retour, ils sont très à l’aise… Ils s’amusent même à faire du trot avec Papa en tapant sur leurs chevaux avec une badine ou en les fouettant avec les rennes (bon, vous verrez à la fin du film que malgré des “encouragements” répétés de Vincent,le cheval ne veut plus partir au trot)…. Ils sont surprenants de maitrise. Laurent va même partir au galop pendant quelques dizaines de mètres pour le fun… La différence par rapport à moi, c’est que lui a demandé le galop et ne l’a pas subi… Maman assure aussi très bien et passe un bon moment. Bon, moi, c’est une autre paire de manche. Le cheval a compris qu’il avait le dessus sur moi et m’en fait voir : deux fois encore, il part au trot sans en avoir été prié et il aura raison de ma patience et de mon courage. Je finis par me mettre à trembler de trouille sur ce bourrin qui le sent très bien et ne se soumet plus à aucune de mes commandes. Résultat, à une centaine de mètres de l’entrée de la ferme, j’abandonne et c’est avec un grand soulagement que je repose mes pieds endoloris au sol. J’aurai quand même tenu 5 heures…

Toute la famille finit sa balade à cheval devant moi avec une grande maitrise alors que je termine à pied, soulagée. OUF !!!

Nous sommes quand même tous ravis de notre journée. Les paysages de l’île sont superbes et la balade à cheval en donne une autre dimension encore. Laurent et mois sommes très fiers de nos deux loulous qui ont été super maitres de leur monture et aussi de Mamylène qui, pour une première balade à cheval s’est débrouillée comme une chef.

Pour ma part, euh… et bien, disons que je pense qu’il n’y aura pas de nouvelle balade à cheval avant longtemps…

 

 20110411_LL_00119-9 20110411_LL_00119-19 20110411_LL_00119-52 20110411_LL_00119-59 20110411_LL_00119-68 20110411_LL_00119-83 20110411_LL_00119-131 20110415_LL_00124

3 réflexions au sujet de « Une journée à cheval à Rapa Nui »

  1. Coucou tout le monde !
    dis-donc, tata, tu ne t’es pas loupée !!
    Aie, aie , aie !
    Mais les chutes font aussi parties de l’équitation et comme disait mon prof c’est comme cela que l’on apprends !

  2. et ben que d’aventure !!!!! cela fait parti de l’apprentissage (je m’abstiens de te donner mon nombre, hihiii) cela a du etre bien agréable cette chevauchée en pleine nature !!!

  3. Ping : La vidéo du cheval à Rapa Nui a été ajoutée « Autour du monde

Les commentaires sont fermés.