Commentaires

Catégories

Mercredi 13 avril 2011

Orongo

Au réveil, c’est la déception : la pluie tombe et tombe fort, sans discontinuer… Où sont les pluies tropicales de la Polynésie qui s’arrêtent au bout de 10 minutes ? Il pleuvra comme ça toute la matinée. Nous en profiterons pour discuter, faire l’école aux loulous et partager de bons moments avec Sam et Charlotte, nos compagnons de voyage pour quelques jours.

Après un pique-nique très limité, la pluie cesse enfin et nous décidons de partir pour le volcan Rano Kau du Sud-Ouest de l’île : randonnée de 1h30 aller. Les hommes avancent d’un bon pas, mais Maman et moi trainons derrière avec les deux enfants qui racontent à Mamylène leurs souvenirs de voyage. C’est assez intéressant d’entendre Erine dire ce qu’elle pense de son voyage à une tierce personne : on apprend plein de choses.

Après 2 kilomètres de marche sur les trottoirs du village, nous arrivons au départ du sentier : Vincent tire un peu la patte car il n’aime pas du tout marcher en ville. J’ai beaucoup de mal à la motiver. Mais Laurent prend la relève et, je ne sais ce qu’il lui dit mais le loulou fonce d’un coup pour être en tête dans le sentier.

La pente est rude et le soleil tape mais nous arrivons finalement au sommet (300 m de dénivelé). Et là, WAOUH !!! Ca valait le coup, nous avons une vue superbe sur le cratère du volcan Rano Kau. C’est la première fois qu’on en voit un aussi bien. Il est rempli d’eau et de joncs ou roseaux flottants. On dirait un patchwork d’ilots. Nous nous défoulons sur les appareils photos bluffés par le paysage et continuons notre chemin vers Orongo : le village de cérémonie. C’est là que nous allons nous prendre une de ces pluies dont on se souvient !!! Après 3 minutes, nous sommes trempés et Erine commence à chouiner. Il faut dire qu’à l’île de Pâques, rares sont les arbres pour s’abriter… Heureusement, ça ne va pas durer et le soleil réapparaitra accompagné d’un magnifique arc-en-ciel dans le cratère. Ca ne fait que rajouter de la magie à cet endroit.

Le village d’Orongo est composé de petites maisons en pierre qui n’étaient occupées que quelques jours par an, pour la cérémonie de l’homme oiseau. Ce sont des toutes petites maisons faites de murets de pierre dont le toit est recouvert d’herbe. Les portes sont minuscules : à croire qu’il fallait ramper pour y rentrer. Le village offre une vue sur 3 petits motus, des ilots. Au XVIIIème, XIXème siècle, s’y déroulaient les compétitions des hommes oiseaux : l’homme ramenant, le premier, un œuf des oiseaux (type hirondelles) nichant sur les motus devenait le chef de la tribu pour un an (remplaçant le roi dont le pouvoir n’était plus reconnu). L’homme-oiseau avait, par exemple, le rôle de répartition des pêches et récoltes pour tous les habitants.  

En logeant ces maisons, nous avons de très belles vues sur l’océan et sur les averses au large. Un nouvel arc-en-ciel en forme de nuage s’offre à nous.

Au retour, nous nous abritons dans une maison en construction, puis sous un arbre et enfin dans une épicerie pour passer au travers des gouttes. Et après 4 bonnes heures de marche, nous sommes rincés sous tous les sens du terme.

Un bon diner au restau dans des vêtements encore humides, suivi d’une bonne douche bien chaude clôturent la journée… Voilà une bonne entrée en matière pour Papy et Mamie ; à peine arrivés, nous les avons mis au pas…

20110407_LL_00113-39 20110407_LL_00113-59 20110407_LL_00113-77 20110407_LL_00113-94 20110407_LL_00113-99 20110407_LL_00113-114 20110407_LL_00113-192

Faire un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces tags HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>