Visite des environs d’Ubud avec Dolite

Dolite nous a été recommandé par Alexandre. C’est un guide pas comme les autres. Il est artiste peintre et fait découvrir son pays, par plaisir, sans en attendre rémunération. Nous l’avons donc contacté à notre arrivée sur Ubud et avons pris rendez-vous pour le lendemain. A 09:00 précise, il nous attend et nous emmène dans son 4×4 pour aller faire un grand tour dans les rizières d’Ubud. Nous quittons vite le 4 x 4 et partons en promenade, il nous fait découvrir la faune et la flore et donne ses explications en français. En 2 heures 30 de marche, nous verrons : des plantes carnivores, des caféiers, des papayers, des goyaviers, 4 sortes de riz, de la vanille, un joli serpent tout vert, des lézards et des drôles de plantes dont les feuilles se replient quand on les touche et un pied de Vincent tombé dans la rizière recouvert de boue. Sur le chemin, Erine nous dira ‘”J’adore quand on fait des explorations comme ça !”

Peu après le début de la marche, nous croisons un vieux balinais qui attend le passage des touristes pour leur proposer des noix de cocos ! Avant même qu’on lui demande, il s’équipe en faisant des nœuds autour de ses pieds nus, avec un vieux sac en toile plastique puis monte tout en haut d’un palmier .. On a un peu peur qu’il ne tombe et on est tous impressionnés devant sa dextérité. Arrivé en haut de l’arbre, il tend la main, arrache une noix de coco qu’il redescendra tranquillement. Avec un vieux coupe-coupe, Dolite ouvre alors la noix de coco, forme une sorte de petit bec verseur avec un bout de la noix et tout le monde boit. L’eau de la noix de coco n’a pas trop de gout car elle est un peu jeune … Une fois que tout le monde a étanché sa soif, Dolite ouvre la noix pour en extraire la chair à peine formée. C’est très gélatineux et personnellement, je n’en raffole pas trop !

Nous continuons notre chemin et croisons un couple de français un peu perdus .. Arrivés à la fin du chemin, le 4×4 nous attend et Dolite nous invite à déjeuner chez lui. C’est très modeste … La cuisine est un tout petit recoin équipé d’un foyer à bois. .. Dolite vit avec sa famille au sens large dans quelques petites maisonnettes placées autour d’une ruelle. Il y a aussi le temple familial, au centre, où la famille fait de petites offrandes aux dieux quotidiennement. Ils sont en tout 35 à vivre ici. Il nous présente sa femme et ses enfants, qui sont en train de faire leurs devoirs. On partage un morceau de vie des habitants de Bali. Notre impression est qu’ils ne connaissent pas le mot stress. Ils sont sereins, prennent le temps de faire les choses lentement et ils sourient toujours.

Pour le repas, nous mangerons du poulet, du riz et un œuf cuit dans du lait de coco. Nous nous régalons.

Une fois le déjeuner avalé, Dolite sort quelques esquisses de déesses qu’il nous invite à peindre à sa manière. Il enseigne donc à Nelly et aux enfants comment utiliser les pinceaux et le stylet. Tout d’abord, faire une petite trace de peinture noire sur les traits et ensuite, faire baver la peinture avec un pinceau large pour faire apparaitre des ombres. Nelly et Erine excelle dans l’art mais Vincent a un peu plus de mal (la peinture d’Erine est en photo ci-dessous).

Dolite nous montre finalement ses œuvres. C’est très fin et assez joli mais on n’aime pas trop le style. Certaines de ses peintures lui demandent 1 mois entier de travail tellement elles sont détaillées. Nous repartons en lui laissant un généreux pourboire qu’il essaiera de négocier .. à la baisse … puis, au moment de se dire au revoir, il nous glissera une petite toile de son atelier en souvenir. C’est vraiment une personne adorable.

20101105_LL_20101105_LL_-220101105_LL_-320101105_LL_-420101105_LL_-520101105_LL_-620101105_LL_-720101105_LL_-820101105_LL_-920101109_LL_

5 réflexions au sujet de « Visite des environs d’Ubud avec Dolite »

  1. Grâce au « virus de la bougeotte » et à des conseillers avisés, vous rencontrez des personnes « uniques » et vivez des expériences inoubliables.
    Nelly maîtrise aussi bien le surf que le tamisage du riz à Bali.Au besoin, elle pourra se (re)convertir.
    En plus, l’utilisation des pinceaux et du stylet ne lui pose aucun problème.De même pour Erine dont nous saluons la peinture.
    Comme nous n’avons pu le faire le jour de la parution, nous félicitons vos 2 loulous pour la qualité de leurs écrits.Textes précis (nb d’animaux), parsemés d’anecdotes(maillot de bain=Vincent le coquin)et rendant parfaitement compte du vécu de leurs auteurs.
    Pour sa part, Laurent excelle toujours dans sa prise de photos sur le vif.
    Bisous à tous les 4 de la part de Papy/Mamie.A bientôt.

  2. C’est super d’avoir partagé le quotidien d’un « local » et vous avez vu parfaitement ce qui fait l’originalité de cette ile et vient de la religion majoritaire ici, la sérénité et la confiance en les dieux et en la réincarnation.
    C’est là que se trouve aujourd’hui encore la DOLCE VITA
    Bravo Erine ta peinture est très belle.
    Bisous à tous, on n’oublie pas la vie de Bali.

Les commentaires sont fermés.