What’s for dinner in Japan ?

Et voici le moment de retrouver votre rubrique préférée sur la cuisine locale ! (ça me rappelle le début des articles de Laurent dans Electronique Pratique… pour ceux qui s’en souviennent).

Le Japon est riche de différentes spécialités culinaires…

Les sushis :

Tout le monde connait les fameux sushis composés de riz vinaigré couvert d’une fine couche de poisson cru avec une pointe de wasabi entre les deux… ou encore composés de riz vinaigré et de poisson cru roulés dans une feuille de nori (algue). Nous aurions bien aimé déguster des sushis dans un kaitenzushi, restaurant avec tapis roulant qui fait passer les plats mais nos enfants n’aimant pas les sushis, nous avons du nous contenter de les acheter à emporter afin de leur trouver autre chose…

Laurent aura dégusté ses meilleurs sashimis (poisson cru tout seul) au petit-déjeuner de sa virée au marché de Tokyo…

Les tempura :

Des légumes et des fruits de mer couverts de farine et frits dans l’huile… Comprenez des beignets de légumes ou de crevettes. Les japonais en sont très friands… En fait, il parait que ça vient du Portugal mais chuttt….

Les yakitori :

Petites brochettes de viande ou poissons (brochettes faites en bambou, bien sûr), grillées. Excellent… Sauf quand on ne sait pas ce qu’on commande et qu’on se retrouve avec tous les abats du poulet… Mais bon… Faut bien goûter à tout… C’est aussi ça, l’aventure !

Les tepanyaki :

Hummm, ça j’ai adoré…. Dans les grands restaurants (hors de prix même au Japon), le cuisinier cuisine devant vous sur une plaque chauffante… Nous, nous avons eu la plaque chauffante mais le cuisinier préparait son plat dans sa cuisine et venait juste nous mettre le met à déguster sur notre table (chauffante, vous l’aurez compris). Les mets sont composés de mélanges :

  • de pâtes, viande, sauce soja, légumes grillés
  • de pommes de terre, porc et fromage
  • œufs, légumes, viande….

C’est excellent, les enfants ont adoré ça…

Mais il y a encore plein de spécialités :

Les confiseries : sorte de crêpes de riz fourrées d’une sorte de pâte aux fruits. De nombreux magasins en vendent des boites entières. Le goût est assez bon mais la texture très molle à mon goût….  Il existe d’autres confiseries plus croustillantes mais très sucrées.

Les nouilles sont aussi servies à toutes les sauces comme chez les chinois.

Les japonais sont friands de tofu (pâte blanche : caillé de soja). La petite famille n’avait déjà pas trop apprécié le tofu avec mes cours de diététique, ici ils ne l’apprécieront pas plus. De même pour le lait de soja, tant bu par les asiatiques…

Le sake : issu du riz, le sake a un taux d’alcool d’environ 16 %. Il y en a diverses variétés plus ou moins douces. Il est servi dans une petite cruche ronde à fin goulot et se boit dans des petits godets. Nous en avons testé un seul doux, très bon, dans notre palais de novices….

Ici les japonais accordent beaucoup d’importance à la diététique. Dans les restaurants de chaîne, toutes les cartes montrent le nombre de kcalories apportées par le plat et même parfois le taux de sel. On retrouve, bien sûr, un pavé nutritionnel sur tous les packagings. Les restaurants proposent aussi des menus enfants bien équilibrés avec potage de légumes, petites portions de viande, riz…

A l’entrée des restaurants, les restaurateurs présentent souvent en vitrine les plats qu’ils proposent. C’est amusant comme ces plats en plastique ou en cire (je suppose) font plus vrais que nature. Ils sont doués…

Les restaurants sont aussi très variés ici :

  • tout petits établissements avec 6 tables à tout casser, souvent avec des petites chaises pour petits…
  • restaurants au 6ème ou 7ème étage d’un immeuble dont on ne devinerait pas qu’ils sont là s’ils n’y avaient des rabatteurs dans la rue proposant la carte
  • petites tables basses sur tatamis où nous sommes assis en tailleur
  • tables dans des toutes petites pièces séparées par des cloisons en papier…

J’aime bien aller voir les magasins d’alimentation, les marchés et les supermarchés. Ici, les rayons de riz et de thé sont, bien sûr, impressionnants, logique! Mais on trouve un rayon légumes et fruits bien plus important qu’en Chine. Ce qui nous a marqué, c’est le rayon poissonnerie qui remplace littéralement notre rayon viande, par sa taille et sa diversité et bien sûr, le rayon des feuilles d’algues pour faire ses propres sushis…

Nous avons aussi souvent retrouvé des petits alvins séchés que les japonais mettent sur leurs préparations comme pour assaisonner leurs plats. A la cuisson, les petits alvins séchés bougent, s’envolent presque : nous avions cru que c’était des asticots vivants la première fois…

Ils aiment aussi les racines ou tubercules conservés dans le vinaigre : ça nous a franchement rappelé le goût de nos radis (le vinaigre, en moins).

Au supermarché, tout est bien rangé dans les rayons et propre. Les caissières laissent vos articles dans votre panier, vous donnent des sacs plastique et après avoir payé, des tables sont mises à votre disposition (avec autres emballages, scotch …) pour emballer, vous même, vos courses comme vous l’entendez.

On trouve bon nombre de petits épiciers modernes (tous des mêmes enseignes : Lawson ou Mini Mart) dans les grandes villes et banlieues.

Comme à l’entrée de tous les magasins, il y a des machines automatiques pour emballer les parapluies : comme ça on ne met pas de gouttes partout : on passe le parapluie dans la machine et il ressort emballé… Trop classe…

Les japonais semblent beaucoup aimer la culture et la cuisine française. Ca doit être pour ça que l’on a beaucoup de touristes japonais chez nous. Nous avons découvert avec surprise beaucoup de magasins avec des noms français et surtout beaucoup de boulangeries-patisseries très bonnes. En plu, quel bonheur pour nous de pouvoir déguster une bonne baguette bien fraîche….

20101018_LL_1 20101019_LL_1-3 20101019_LL_1-5 20101022_LL_1-7 20101022_LL_1-8 20101022_LL_1-9 20101022_LL_1-10 20101022_LL_1-11 20101022_LL_1-13 20101022_LL_1-15 20101023_LL_1

3 réflexions au sujet de « What’s for dinner in Japan ? »

  1. Bonjour,

    Super sympa ce désormais coutumier petit tour d’ horizon des spécialités culinaires des différents pays abordés …
    On y prend goût !!! Et en plus, c’ est très instructif !
    Amicalement .

  2. Bien vu, et instructif, avec un seule question sur le Saké:
    Vous ne l’avez pas essayé chaud?
    Pour mon goût personnel, il dégage alors plus d’arômes et de sensations sur le palais.
    A essayer si l’occasion se présente dans un prochain lieu de l’Asie.
    Bises

  3. Et non, pas de saké dégusté chaud… Je ne savais même pas que c’était possible… Ce sera pour une autre fois.

Les commentaires sont fermés.