Pavillon d’or, shopping et Nijo Castle

Ce matin, sur la demande d’Erine, tout le monde part au footing à côté de l’hôtel. A mon étonnement, les enfants courront sans rechigner pendant 15 minutes et seront encore plein d’énergie quand, chacun notre tour, Nelly et moi continueront le petit footing l’un après l’autre. Une fois toute la famille douchée, nous nous mettons au travail pour des leçons de français.. tout se passe pour le mieux et nous partons gaiment vers notre destination du jour, le Pavillon d’Or ou Rokuanji Temple.

L’endroit est plein de monde et beaucoup de groupes d’écoliers font la visite de ce temple (c’est l’un des plus beaux de Kyoto). Nous prenons nos tickets et entrons par le côté. La tête en l’air, nous apercevons le temple doré au milieu d’un jardin japonais. Et là, nous entendons un officiel nous dire “This way, photo spot” .. dans le genre .. tu te balades pas où tu veux, mon gars, tu vas ici, comme tout le monde, pour prendre ta photo. Effectivement, à quelques mètres, on voit des dizaines de photographes amateurs prendre en photo, le fameux temple recouvert entièrement d’or. Le “photo spot” est très bien choisi et offre une belle perspective avec, en avant plan, une grande mare agrémentée d’îles taillées au millimètre ! Il faut savoir qu’ici, dans les temples, on ne rigole pas avec l’esthétisme des jardins. Le sol au pied des arbres est en général couvert de mousse et pour garder une harmonie toute japonaise, un jardinier enlève chaque jour toute feuille qui pourrait venir entacher le paysage. Le résultat est très beau et très “zen”.

Une fois nos photos réalisées (donc à peu près les mêmes que les milliers de visiteurs), nous sortons du “photo spot” et continuons notre visite. Nous voyons alors un arbre dont toutes les branches sont suspendues avec des structures en bambous afin d’obtenir, là encore, une géométrie parfaite. On aime décidemment bien dompter la nature,ici. L’intérieur du temple ne se visite pas et nous flânons dans les jardins (en fait, nous suivons le chemin balisé, comme tout le monde). C’est très joli et il y a des petits temples partout. On peut essayer de lancer des pièces dans des vasques pour nous porter bonheur (en tout cas, c’est ce que nous pensons). Les enfants essaieront sans trop de succès. et ce que Laurent ne vous dit, par modestie sans doute, c’est que lui a réussi, bien sûr…

Une fois sortis du temple, nous nous séparons car Nelly a envie de faire un peu de shopping. De mon côté, j’emmène les enfants au Nijo Castle car j’ai lu sur internet qu’ils pourront courir dans les parcs ! A la sortie du métro, nous faisons la connaissance de Thibaut, un parisien qui, lui aussi, va visiter le château. Tout naturellement, nous commençons la visite ensemble et profitons de son guide touristique pour en savoir un peu plus sur le château. L’édifice principal (de 3300 m² quand même) est constitué d’une enfilade de pièces séparées par des cloisons en feuille de riz. Les murs sont décorés de superbes peintures dorées. Malheureusement, toutes les pièces se ressemblent et c’est un peu rébarbatif. Vous ne verrez pas de photo car les photos, même sans flash, étaient interdites !

Nous sortons et allons visiter le jardin. On retrouve le même type de jardins, très harmonieux, que l’on peut voir partout ici. Mais contrairement à nos attentes, là encore, le chemin est hyper balisé et il est impossible de sortir des chemins battus .. c’est raté pour grimper aux arbres !

A la fin de la visite, nous disons au revoir à Thibaut et repartons pour notre hôtel afin que les enfants fassent la deuxième session de cours de la journée. Je les remets au français et à l’espagnol. Nous décidons que le lendemain, nous irons voir le défilé de japonais en costume d’époque dont Thibaut nous a parlé quelques heures plus tôt.

Nelly reprend le clavier :

De mon coté, je suis allée faire un peu de shopping dans les rues de Kyoto… Le but est aussi de faire un petit break et de me retrouver un peu seule avec moi-même, flâner sans avoir derrière moi, deux ou trois loulous qui râlent car ils s’ennuient… Là, je suis libre d’aller où je veux quand je veux. En quittant ma petite famille à la station de métro, je me rends compte que je suis au pied d’un grand magasin. Je vais me faire tous les étages, ravie de ne pas être dans un quartier touristique et d’avoir autour de moi seulement des japonais et pas un seul occidental.

Cette balade va m’amener à découvrir :

  • un rayon immense de vêtements pour chien-chien à sa mèmère
  • un rayon aussi énorme pour instruments de massage en tout genre : massage de la tête, des jambes, des épaules, des pieds, du dos… de toutes les formes mais rien d’érotique attention !!!
  • un rayon de cartes de vœux toutes plus sophistiquées les unes que les autres…
  • des ustensiles de cuisine à nous faire pâlir et je ne vous parle pas des couteaux…
  • un rayon de collants et chaussettes plus grand que le rayon des vins d’un supermarché français… etc….

En partant, je rejoins le métro et me rends dans le quartier de la gare de Kyoto. La station de métro donne sur une immense zone commerciale avec le magasin Sian dont le RDC est plein de stands de pâtisseries énormes, chocolats, et douceurs japonaises (je pense à cette sorte de pâte d’amande fourrée de pâte de fruits)… Cet étage est immense, frénétique et rempli de monde… J’achèterai quand même une baguette et des croissants pour le petit déjeuner de ma petite famille…

Nous nous retrouvons tous les 4 à l’hôtel pour nous raconter nos aventures…

 

20101021_LL_1  20101021_LL_1-3 20101021_LL_1-4 20101021_LL_1-5 20101021_LL_1-6 20101021_LL_1-7