Shinkansen et première journée à Kyoto

Ce Lundi, nous avons quitté Tokyo pour Kyoto… Les enfants se mélangent un peu les pinceaux avec les noms des deux villes et on peut les comprendre. Nous quittons notre hôtel en portant tous nos sacs : c’est là que l’on est content de ne pas les avoir trop chargés. A nous les couloirs du métro harnachés comme des bourriquots.

Nous arrivons bien plus rapidement que prévu à la gare de Kyoto. Heureusement que nous sommes arrivés tôt car il nous reste encore à trouver le quai de notre train… Pas facile de s’orienter seulement avec les panneaux d’indications en japonais. Laurent se renseigne au guichet comme tous les occidentaux que nous croisons dans cette gare.

Nous allons prendre le Shimkansen : le fameux train rapide japonais.

Il pointe le bout de son nez sur le quai et c’est le cas de le dire, ce train a un nez blanc très caractéristique, genre bec de canard. C’est peut-être bien pour l’aérodynamisme, mais c’est la honte quand même et ça n’a pas la classe d’un TGV (avis de Laurent).

Nous nous installons sur des sièges très larges et avec énormément de places pour les jambes. Comme dit Laurent, c’est pour permettre aux sièges de changer de sens pour toujours être dans le même sens de la marche (souvenez vous du jour de notre arrivée au Japon).

Comme un TGV nous avançons très vite et profitons du paysage. Je ne sais pas à quelle vitesse nous avons roulé mais ça ne m’a pas paru aussi rapide que le TGV. Notre expert en train Philou pourrait nous répondre à cette question.

Arrivés à Kyoto, toujours aussi chargés, nous prenons le métro pour rejoindre notre hôtel. Ici, c’est beaucoup plus simple, il n’y a que 2 lignes.

Nous arrivons dans la campagne ; l’endroit est très vert et nous nous rendons compte que notre hôtel est juste devant le centre des conférences de Kyoto, célèbre pour la signature des accords de Kyoto sur l’environnement.

Nos chambres sont spacieuses mais vu le prix, c’est normal. Nous avions essayé de louer un ryokan mais il y a deux mois, tous les ryokans contactés étaient déjà réservés pour les voyages scolaires. Nous sommes donc de nouveau dans un super hôtel.

Nous nous promenons dans les alentours et découvrons un lac avec des poissons et des grosses tortues d’eau. L’endroit idéal pour un footing demain matin et pour des promenades avec les enfants.

En effet, le lendemain, alors que Laurent fait la classe, je pars faire un footing et à mon retour, Laurent fait de même.

Nous partons ensuite visiter le quartier du parc Maruyama. Nous arrivons par le métro sur une grande avenue et comme nous paraissons un peu perdu, un vieil homme à vélo vient nous montrer notre chemin.

Nous nous arrêtons au premier temple (temple Shoren-in ) que nous croisons (et il y en a beaucoup par-ici). Nous déposons nos chaussures à l’entrée dans des casiers et entrons dans un superbe temple avec de nombreuses salles de prières couvertes de tatamis. Dans chaque pièce, on trouve un petit autel avec des statues à prier. Toutes les salles sont entourées d’un très joli jardin japonais. C’est magnifique et très calme comme endroit.

Ca rappelle aux enfants leurs cours d’aïkido et comme en aîkido, ils se baissent pour saluer avant d’entrer ou en sortant des tatamis.

Nous continuons notre promenade en remontant la colline pour entrer dans le parc Maruyama : le temple se trouvant à l’entrée est déjà fermé car ils est juste 16 heures. Nous nous promenons donc dans le parc en découvrant à chaque lever de tête un nouveau décor ou un nouveau monument à regarder. Ainsi nous découvrons des bouddhas, des sculptures, des jardins japonais. C’est un coin très riche en découvertes… Mais le temps passe vite et la nuit tombe à 17 h 30.

Nous parcourons les rues étroites commerçantes avec échoppes pour touristes. Les rues sont si étroites que nous sommes très étonnés de voir les taxis y circuler.

Nous regagnons l’avenue principale pour retrouver le métro mais nous arrêtons en route dans un petit restaurant choisi au pif par Laurent. Et croyez moi, parfois, je dis bien parfois, Laurent a un bon pif… Nous sommes les premiers dans un petit restaurant à trois tables et un bar. Le jeune cuisinier propose des spécialités apparemment vantées dans le journal récemment. Nous choisissons encore au pif et nous retrouvons face à de succulents plats cuisinés à la plaque et disposés sur une plaque chauffante au centre de notre table.

Ainsi, nous avons savouré :

  • des teppanyaki aux pommes de terre, lardons et fromage
  • des Okonomiyaki au porc et un autre aux fruits de mer
  • du Yakisoba

arrosés de sake Konteki.

Excellent !!!! C’était excellent… Les enfants ont tout dévoré avec plaisir et nous aussi…

Nous sommes rentrés repus et nous sommes donnés l’objectif du lendemain : se lever plus tôt pour partir plus tôt…

20101018_LL_120101018_LL_1-2 20101019_LL_1 20101019_LL_1-2 20101019_LL_1-3 20101019_LL_1-4 20101019_LL_1-5 20101019_LL_1-6 20101019_LL_1-7 20101019_LL_1-8 20101019_LL_1-9 20101019_LL_1-10

6 réflexions au sujet de « Shinkansen et première journée à Kyoto »

  1. Il n’y a pas que les enfants qui se mélangent entre KYOTO et TOKYO, la Mama est fortiche aussi qui arrive plus vite que son ombre, en digne fille de Papy Lucky Luke, en gare de Kyoto avant d’avoir quitté Tokyo. Hihihi.

  2. Il faudrait que je regarde mon album photo de mon séjour au Japon, mais je crois qu’à Kyoto on y mange aussi des nouilles suculentes !!!

  3. Notre TGV possède, quand même, un nez plus aquilin, tout chauvinisme mis à part.
    Pour les bambous, par contre, nous sommes battus(superbe contre-plongée!
    Les enfants ont l’air de bien se défouler avant de se régaler, comme les adultes.

  4. Ben, c’est pas facile de savoir de quel modèle de shinkansen il s’agit. A priori c’est la série 700 et il ferait du 270 km/h sur la ligne que vous avez prise (il fait du 285 km/h) sur d’autres lignes. En france, avec nos TGV on arrive à 300 sur les vieux (TGV atlantique) et 320 km/h sur les derniers modèles avec des essais à 360 km/h (sans parler du record autour de 574 km/h).
    Il faut quand même savoir qu’ils pensent aller à 350 km/h prochainement et qu’ils ont fait des essais à 360 km/h. Ils sont quand même très forts vus la taille du pays.

Les commentaires sont fermés.