再见 Zài jiàn China !

Et voilà, après 3 semaines passées en Chine, nous la quittons.

Nous étions plein d’à priori sur la Chine : on entend tellement parlé de ce pays, en pleine croissance lorsqu’on est en Europe. Et pour nous, qui n’étions jamais allés en Asie, c’est un grand début.

Nous n’en aurons vu qu’une infime partie mais, au moins, maintenant, nous savons un peu comment c’est.

Les différentes régions sont bien différentes les unes des autres.

En quelques mots clé, je dirais :

  • Pékin énorme, moderne dans le Nord avec le centre Olympique et plus ancien au centre avec de grandes avenues et des toutes petites rues perpendiculaires, les hutongs. Nous gardons en mémoire les avenues de 2×6 voies. La ville est riche de sites à visiter mais qui se ressemblent tous un peu à la longue.
  • Shangaï, moderne. De plus en plus occidentale avec de nombreux étrangers. La ville en pleine expansion s’étend sur les campagnes par des grands projets immobiliers. On s’y sent très bien, nous occidentaux. L’expo universelle a aidé à moderniser la ville.
  • Guillin : nouvelle ville aussi en pleine extension mais elle ne semble pas avoir de plan d’urbanisme (je n’en sais trop rien mais c’est l’idée que j’en ai). La ville grignote la campagne sans respecter les vues et c’est dommage. On sent la ville qui se développe suite à l’attrait des touristes.
  • Yangshuo et ses alentours, la ville s’étend aussi mais les alentours restent sauvegardés. Nous conseillons d’aller jusqu’ici pour s’imprégner d’une campagne chinoise plutôt que de s’arrêter à Guillin (pour nous sans intérêt).

Les chinois sont très sympathiques dans l’ensemble. Pour nous occidentaux, ils manquent de savoir-vivre (bousculades, crachats, propreté à table…) mais chacun sa culture. Nous avons remarqué que les habitants de Shangaï étaient plus sympathiques avec les touristes (fortement briefées pour l’expo universelle).

On voit qu’ils ne sont pas habitués à voir des occidentaux à la façon qu’ils ont de nous regarder voire de nous dévisager.

Certaines images fortes resteront dans mes souvenirs :

  • les fesses des bébés à l’air (pas de couches en Chine ou très peu) : les pantalons des bébés sont ouverts aux fesses afin d’évacuer directement leurs déchets…
  • les vélos en grand nombre qui roulent dans tous les sens, parfois chargés de plusieurs m³
  • les avenues de Pékin larges, très larges…
  • les assiettes de pattes de poulet dont ils raffolent
  • les poissons vivants aux marchés
  • ce patriotisme surtout pendant la période de la fête nationale
  • les plats succulents à chaque fois…

Nous sommes ravis de notre séjour, ça nous a bien plu la Chine…

Les tarifs en Chine sont vraiment plus qu’abordables : chambre plus que convenable pour 20 euro la nuit, repas pour 4 personnes de 4 euros à 20 euros en fonction des endroits…

J’ai trouvé les chinoises très élégantes : elles ont généralement une belle silhouette et portent souvent des escarpins à talons. Elles aiment porter des mini-jupes et ont toujours les jambes pour…

Pékin est très polluée, on a l’impression d’être toujours dans le brouillard. Le jour de notre départ, le temps était très clair après une nuit de pluie ayant lavé le ciel.

Nous avons constaté que les chinois s’inquiétaient de la question de l’environnement et pensaient leur ville du futur en prenant l’environnement en considération. Nous l’avons constaté au musée de l’urbanisme mais aussi au quotidien avec les poubelles publiques avec tri ou encore dans le journal avec les mesures prises par le gouvernement.

Ce qui ne me manquera pas : c’est le bruit, cette frénésie bruyante, ces cris, ces magasins où les gens hurlent dans des hauts parleurs tous en même temps… et les toilettes chinoises (à la chinoise (comme à la turc), sans papier ou, quand il y en a, à déposer dans la poubelle à coté du trou (les tuyauteries chinoises ne supportant pas le papier).

Pour Erine, elle a préféré la balade en vélo à Yangshuo et Shangaï. Elle n’a pas aimé le bruit et le monde. Vincent, lui, n’a pas aimé se faire prendre en photo ni les bruits de crachats des chinois.

Laurent a aimé les repas proposés, Yangshuo et Shangaï les mini-jupes… Et regrette la pollution à Pékin et le temps maussade (foggy).

Question personnelle, le voyage continue et les jours passent vite. Ici, nous avons profité des tarifs pour renouveler notre garde robe de tee-shirts (2 euros le tee-shirt : pourquoi se priver), certains tee-shirts blancs ayant quand même fortement soufferts des lessives dans la brousse.

Nous déplorons à ce stade la perte d’une seule paire de chaussettes et c’est tout… Nous avons même récupéré une multi-prise (perdue en Afrique du Sud, souvenez vous !)

Nous maintenons nos deux valises à 17 kg chacune (et oui, 1 kg de plus chacune qu’au départ, les cours du CNED n’étant pas léger, léger et encore, on n’a pas tout pris…).

Et le voyage continue…

20100925_LL_1 20100925_LL_1-2 20100930_LL_1 20101004_LL_1 20101008_LL_1 20101010_LL_1 20101010_LL_1-2

4 réflexions au sujet de « 再见 Zài jiàn China ! »

  1. Eureka vive le tricycle à Mamylène piloté par papymême, c’est décidé on vend la 3008.
    Erine est somptueusement « jeune fille » dans sa robe chinoise, nous attendons impatiemment le « samouraï » gaijin Vincent et félicitations à Nelly Longo pour son mollet pédaleur de charme.
    Le résumé chinois est en accord avec ce que j’en connais, avec quelques réserves sur le score mini-jupes/jambes assorties que je noterais sous celui de Laurent. Mais c’est mieux qu’au Japon c’est sûr.

  2. Je suis vos aventures depuis le début et j’adore avoir une nouvelle page à découvrir chaque jour.
    Les photos sont splendides et les textes très bien rédigés!
    Merci de partager cela avec nous!
    Une petite belge sous le vent et la pluie (pour changer…)

  3. Merci pour tous ces commentaires et magnifiques photos.Ca donne envie d’aller partout.Après la très gracieuse Erine, nous avons admiré l’élégance des 2 papillons.
    Une question, toutefois:on voit parfois bien peu de Chinois sur certaines photos(Muraille de Chine et même Pékin…)Les aurais-tu « gommés »?

  4. En général, je ne gomme pas trop les gens même si ça peut arriver .. on essaye plutôt d’attendre le moment opportun où il y a moins de monde.

Les commentaires sont fermés.