La cité interdite

Ce matin, après 2:30 d’école où les enfants ont été brillants (ouf …), nous voilà partis pour la Cité interdite épisode 2. Nous prenons un taxi au coin de la rue, direction la place Tian’anmen. Arrivés sur place (c’est le cas de le dire), nous entrons sur la grande esplanade après être passés sous un portique de sécurité comme il y en a partout ici (en entrant dans le métro, dans les musées, etc). La place est vraiment très grande et n’est pas trop bondée aujourd’hui. Deux énormes écrans de plus de 25 mètres de long passent en boucle un petit film de propagande d’une dizaine de minutes. Le film est principalement constitué d’images militaires (défilés, armement) et met en avant la puissance de la Chine. Au niveau de la réalisation, c’est super bien fait et les chinois regardent avec fierté leur arsenal.

Nous traversons ensuite l’avenue et nous nous rendons à l’entrée de la cité interdite. Là aussi, il y a nettement moins de monde que deux jours auparavant. Nous ne faisons pas la queue pour acheter nos tickets et prenons un audio-guide en Français pour en apprendre un peu plus. Nous voilà traversant les différentes portes et bâtiments aux noms pompeux du genre “Palais de l’Harmonie Suprême”, “Porte de la Prouesse Divine” ou encore “Porte de la Gloire Orientale”. Là encore, c’est très grand (960m sur 750m). Grâce à l’audio-guide, nous apprenons plein de choses sur les différentes dynasties … même trop de choses car, au bout d’un moment, cela saoule d’entendre la vie des 24 empereurs qui ont séjournés dans la cité pendant 400 ans … 

Les bâtiments sont faits de bois et décorés de cuivre, d’or et sont peints avec soin. Chaque “maison” a une fonction bien précise et on trouve de précieux trônes dans la plupart d’entre elles. L’empereur avait une épouse “principale” : l’impératrice. Suivaient, 2 secondes épouses, 4 concubines impériales, 6 concubines de quatrième rang. Ensuite, il y avait les concubines de 5ème, 6ème et 7ème rang. En fonction du rang, les concubines avaient plus ou moins de servantes .. En bref, il n’avait pas trop le temps de s’ennuyer …

Le problème avec la cité interdite, c’est que tous les bâtiments se ressemblent alors, une fois que l’on en a vu un, on les a un peu tous vus ! On finit donc assez rapidement notre visite et l’on sort par la porte Nord.

Nous décidons alors de prendre un taxi pour aller dans un salon de thé ancien réputé. Nous sommes confrontés à plusieurs refus des chauffeurs de taxi qui ne veulent pas nous emmener ou alors à un prix exorbitant. Nous leur disons fermement de mettre le compteur en route mais ils nous demandent tout aussi fermement de sortir de la voiture. Au bout du troisième refus, Nelly, très énervée, élève la voix et crie sur le chauffeur en lui expliquant en anglais ‘”It is not fair ! you cannot do that” .. mais le chauffeur, loin de se démonter (et qui ne comprend pas un traître mot), crie encore plus fort et nous demande de sortir …   Je tente alors une dernière fois et là tout se passe bien .. On croit comprendre qu’il y a plusieurs types de taxi, les officiels qui ont une licence clairement visible (une fois que l’on est dedans) à l’avant de leur véhicule et les officieux, équipés d’un compteur, mais qui n’ont pas de license sur le tableau de bord. Le problème est qu’extérieurement, il n’y a pas de différence visible …

Nous arrivons finalement au salon de thé, un très grand bâtiment, très chic, où les photos des chefs d’états de tous les pays du monde qui nous ont précédés, sont affichées. On prend du thé tout en regardant des spectacles. Le premier est un spectacle d’acrobates qui dansent avec des théières. C’est assez réussi et ça plait aux enfants. Ensuite, c’est le tour de musiciens chinois qui jouent de la musique traditionnelle. C’est joli au premier morceau, passable au deuxième mais au troisième.. hum .. c’est toujours la même chose qu’ils jouent ??

Nous quittons la salon de thé et rentrons à notre guesthouse. Nous travaillons sur les ordis et les enfants jouent.  Nous passons ensuite à table : riz frit aux crevettes emballé dans une omelette et bœuf aux pommes de terre le tout, arrosé de notre vin rouge chinois “Muraille de Chine” !

20101009_LL_1 20101009_LL_1-2 20101009_LL_1-3 20101009_LL_1-4 20101009_LL_1-5 20101009_LL_1-6 20101009_LL_1-7